Jacques-Louis de Valon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques-Louis de Valon
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Académie française (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacques Louis Valon, marquis de Mimeure, né le à Dijon et mort le , est un militaire, poète, traducteur français et académicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Menin du Dauphin, il entra dans la carrière militaire et devint lieutenant général. Louis XIV éleva la terre de Mimeure en marquisat autour de 1697 pour lui.

Il composa quelques pièces de vers qui ne furent pas imprimées. Poussé par le prince de Conti, Madame de Montespan et Boileau, il fut élu à l'Académie française le (fauteuil 3). On dit que ce fut Antoine Houdar de la Motte qui composa pour lui son discours de réception.

Le dernier travail littéraire que nous lui connaissons est une ode imitée d'Horace en 1715.

Sa femme, Charlotte Magdeleine de Carvoisin d'Achy, lui survécut jusqu'en 1739 et entretint une correspondance régulière avec Voltaire.

Il mourut sans descendance et le marquisat de Mimeure passa à son neveu à la veille de la Révolution, Claude Fyot de Vaugimois, qui devint ainsi Claude Fyot de Mimeure. Claude Fyot, marquis de Mimeure, n'eut qu'un seul fils Casimir qui à son tour n'eut qu'un seul descendant Claude. Claude mourût sans postérité et transmit son marquisat à Ferdinand de Buyer en 1874.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de Mimeure (en l'honneur de Jacques-Louis Valon) existe à Dijon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Bourgogne à l'Académie française de 1665 à 1727, de Charles Muteau, 1862
  • Charlotte-Madeleine de Mimeure : une muse des Lumières, de Alain Niderst, édité par Alain Baudry & Cie, Paris, 2010 - (ISBN 978-2-35755-037-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]