Jacques-Joseph Moreau de Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Moreau et Moreau.
Jacques-Joseph Moreau de Tours
Portrait de Jacques-Joseph Moreau de Tours
légende de l'image
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MontrésorVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Enterrement Cimetière du Père-LachaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre et psychologueVoir et modifier les données sur Wikidata

Jacques-Joseph Moreau dit Moreau de Tours[1], né le à Montrésor et mort le à Paris, est un médecin et psychiatre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Jacques Joseph Moreau (cimetière du Père Lachaise, division 3)

Il fait ses études de médecine à Tours où il est l'élève de Pierre Bretonneau. En 1826, il poursuit sa formation à Paris. Il est interne à la Maison royale de Charenton sous la direction de Jean-Étienne Esquirol . En 1830, il soutient sa thèse intitulée De l’influence du physique relativement au désordre des facultés intellectuelles.

À la suite d'un voyage de plusieurs années (de 1836 à 1840) en Orient, il découvre les effets du chanvre indien (cannabis) et les étudie pour appuyer sa conception de la folie qu'il avance comme un délire identique au rêve. Vers 1840, il ingère du haschich ramené du Caire pour en décrire précisément les effets psychotropes dans son traité Du hachisch et de l'aliénation mentale (1845)[2]. Pour lui, l'intoxication au hachisch est un moyen unique d'exploration du psychisme humain[2]. Il est l'un des premiers médecins à avoir pratiqué un travail systématique sur l'activité des drogues dans le système nerveux central et à avoir classé, analysé et enregistré ses observations[3].

Il est le créateur du Club des Hashischins, et cofondateur de la revue les Annales médico-psychologiques. Il publie en 1845 un livre intitulé Du Hachisch et de l’aliénation mentale.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (3e division).

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Les facultés morales considérées au point de vue médical,Rouvier et Le Bouvier (Paris), 1836, Texte intégal en ligne.
  • Études psychiques sur la folie, Lacour (Paris), 1840, disponible sur Gallica.
  • De la folie raisonnante envisagée sous le point de vue médico-légal, 1840, Texte intégral en ligne.
  • « Mémoire sur le traitement des hallucinations par le datura stramonium », in: Gazette Médicale de Paris, T.IX, 1841, n°41, pp. 641-646, Texte intégral en ligne.
  • Recherches sur les aliénés, en Orient : notes sur les établissements qui leur sont consacrés à Malte,île de, au Caire, Égypte, à Smyrne, Asie-Mineure, à Constantinople, Turquie, impr. de Bourgogne et Martinet (Paris), 1843, disponible sur Gallica.
  • Du haschisch et de l’aliénation mentale: études psychologiques, Texte intégral en ligne, Paris, Éditions Fortin, Masson et Cie, 1845.
  • Lettres médicales sur la colonie d'aliénés de Ghéel (Belgique), impr. de Bourgogne et Martinet (Paris), 1845, disponible sur Gallica.
  • Un chapitre oublié de la pathologie mentale, V. Masson (Paris), 1850, disponible sur Gallica.
  • « De l'étiologie de l'épilepsie et des indications que l'étude des causes peut fournir pour le traitement de cette maladie », Mémoires de l'Académie de médecine (Paris), 1854 (T18), Texte intégral en ligne.
  • « De l'identité de l'état de rêve et de la folie », in Annales médico-psychologiques, 1855, 3ème série, vol. I, pp. 361-408, Texte intégral en ligne.
  • La psychologie morbide dans ses rapports avec la philosophie de l'histoire, ou De l'influence des névropathies sur le dynamisme intellectuel, V. Masson (Paris), 1859, Texte intégral en ligne et disponible sur Gallica.
  • Traité pratique de la Folie névropathique (vulgo hystérique), Germer Baillière,Paris, 1869, disponible sur Gallica.
  • Titres à l'appui de la candidature du Dr Moreau ( de Tours ) à la place vacante dans la section de pathologie médicale à l'Académie nationale de médecine[Paris, typ. Malteste], 1869, Texte intégral en ligne.
  • Les hallucinations volontaires (l'état hallucinatoire), par le Dr Pierre Dheur, [suivi d'un chapitre sur les hallucinations, notes manuscrites et inédites du Dr J. Moreau (de Tours)], Société d'éditions scientifiques (Paris), 1899, disponible sur Gallica.

Nota : La liste des œuvres de Moreau de Tours inclut parfois par erreur l'ouvrage Histoire naturelle de la Femme, suivie d'un Traité d'hygiène qui est de Jacques Moreau de la Sarthe (1803).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom fut complété de l'attribut « de Tours », parfois mis entre parenthèses, pour le distinguer d'un contemporain, le docteur Louis-Jacques Moreau dit « Moreau de la Sarthe » (1771-1826).
  2. a et b Nicolas Millet, Petite encyclopédie du cannabis, Le castor astral, (ISBN 978-2-85920-816-5)
  3. Louis Tricot, « Les Moreau de Montrésor et Jacques Moreau de Tours », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLI,‎ , p. 501-501 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Ritti, Éloge de J. Moreau (de Tours), [lu à la séance publique annuelle de la société médico-psychologique du 25 avril 1887], O. Doin (Paris), 1887, Texte intégral en ligne.
  • Mirko Grmek « Histoire des recherches sur les relations entre le génie et la maladie », Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, 1962, Volume 15, Numéro 1, pp. 51-68, [www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1962_num_15_1_4407 Texte intégral] DOI : 10.3406/rhs.1962.4407
  • Claude Renner, « A propos de Moreau de Tours et du haschisch », Histoire des sciences médicales, 2012, 46 (4), pp. 367-372 Texte intégral en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]