Jacques-François Ochard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques-François Ochard
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Jacques-François Ochard (Saint-Valery-en-Caux, 1800 - 1870) est un peintre français.

Notice historique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Premier maître du jeune Claude Monet, son apport à l'histoire de l'art reste mineur en dehors de ce rôle pédagogique, de même que sa fonction de conservateur du musée du Havre à partir de mai 1867 en remplacement d'Adolphe-Hippolyte Couveley. Il aurait été l'élève de Jacques-Louis David, ce qui peut surprendre car David confie son atelier au baron Gros en 1815 ; Ochard avait alors 15 ans. Peut-être fut-il élève de David à Bruxelles, car selon Daniel Wildenstein, il aurait été à Anvers peindre d'après Rubens.

« L'élève d'Ochard - les premiers essais.

* Au collège du Havre, le dessin est enseigné, depuis 1829, et jusqu'à sa mort en 1870 par François-Charles Ochard. Né en avril 1800 à Saint-Valery-en-Caux, cet ancien élève de David a exposé des portraits au Salon en 1835 et 1837, et un paysage de Bretagne en 1841. Pour l'église Saint-François du Havre, il a exécuté deux tableaux, dont une Adoration des Mages de grandes dimensions qu'il serait allé copier à Anvers d'après Rubens. Professeur avant tout, il partage son temps entre l'école municipale de dessins,les principales institutions privées de la ville et le collège.Pédagogue habile, réputé pour sa patience, il intéresse ses élèves et forme un certain nombre de disciples tout au long de sa carrière[1], parmi eux le peintre d'histoire Adolphe Yvon et Charles-Marie Lhullier, plus connu sous le nom de Lhuiller, qui représentera vers 1861 Claude Monet en Militaire. »

— Daniel Wildenstein, Claude Monet, Genève, 1974, tome I, p.  3.

Salons[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1835, n° 1646, Tête de Vieille femme (costume de Saint-Malo) Ochard est domicilié au Hâvre; et à Paris, 7, rue de Cléry, l'œuvre est listée sans astérisque, c'est dire qu'elle est vendue.
  • 1837, n° 1376, Portrait de M. B., Ochard est domicilié au Hâvre, l'œuvre est listée sans astérisque.
  • 1841, n° 1310, Vue de Morlaix dans le Finistère, prise derrière le nouvel Hôtel-de-Ville, Ochard est domicilié au Havre ; et à Paris, chez M. Binant, 7, rue de Cléry ; l'œuvre est listée sans astérisque.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Musée du Havre, un dessin[2].
  • Hyères, Un Portrait d'homme[2].
  • Localisation inconnue: Intérieur d'église, 1838, vente publique à Paris le 19 avril 1950[2].
  • Localisation inconnue: La Jeune italienne, huile sur toile, 32 par 40 cm, signée, vente publique à Paris le 21 mars 1990, n° 126, Maître Briest, invendue.
La Jeune Italienne par Jacques-François Ochard

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Albert Anthiaume, Le Collège du Havre, contribution à l'histoire de l'enseignement secondaire en France et particulièrement au Havre (1579-1865), Le Havre, éd. Havre-Éclair, 1905, 2 vol., in-8°.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A. Anthiaume, op. cit. [évasif] t. II, p.  205-206, et p.  351. Ochard habite 1 rue de la Mailleraye au Havre. Lors du Salon de 1841, il a une adresse à Paris. Jusqu'à la fin de sa vie, il est conservateur du Musée du Havre, monument qui sera peint par Monet (tableau 261).
  2. a, b et c D'après le Bénézit, volume 10