Jacques-Arnaud Penent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques-Arnaud Penent

Activités écrivain, journaliste
Naissance
France Toulouse
Décès (à 51 ans)
France Moulis
Langue d'écriture français
Genres roman

Jacques-Arnaud Penent, né Jacques-Arnaud Michel Pierre Penent d'Izarn le à Toulouse en Haute-Garonne, et décédé le à Moulis en Ariège, est un écrivain et journaliste français.

Il a été parmi les témoins les plus laudateurs de Mai 68 (notamment dans le journal Combat et dans son ouvrage Un printemps rouge et noir). De noblesse occitane (qu'il a un moment niée), il n'a pas prolongé son passage dans la mouvance socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Toulouse le . Il fait ses études secondaires au Lycée Condorcet, et prépare une licence d'histoire. En 1961, à 18 ans, il est secrétaire du Front lycéen antifasciste, et membre du bureau du Front d'Action des Intellectuels antifascistes (où figure notamment Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir). En 1963, à 20 ans, il est secrétaire général des étudiants du Parti socialiste unifié (P.S.U.), et expose, à la Mutualité, la politique du P.S.U. en compagnie de Pierre Naville, Laurent Schwartz, Gilles Martinet et Édouard Depreux. Il démissionne de toute fonction politique en 1964. Il était membre de la fédération de l'Ariège du P.S.U. Il publie Les Temps morts en 1964. En 1968, journaliste à Combat, il publie le lundi 6 mai, au lendemain du premier vendredi d'émeute au Quartier latin un article intitulé « Qui sont les enragés ? » dans lequel il fait un parallèle avec les étudiants « enragés » du . Dans le numéro du 11 mai (dernière édition), sur deux colonnes à la une, il écrit : « Les syndicats ouvriers doivent proclamer sans délai la grève générale. Les partis et organisations solidaires des étudiants doivent renverser le gouvernement. Enfin, vous tous qui nous lisez, refusez d'être complices. Un crime vient d'être commis. Nous n'aurons pas assez de mains pour désigner les coupables. Nous n'aurons pas assez de citoyens dans nos rues de cette Barbarie (sic). Nous n'aurons pas assez de résolutions pour renverser l'État policier. Paris ne sera pas Madrid ! » Le 15 mai, au lendemain de l'immense manifestation du 13 mai, dans son article « Et demain ? » il écrit : « J'ai vu des jeunes du printemps 1968 rendre leurs 20 ans et l'espoir aux jeunes de 1936. », annonce qu'il vient de démissionner de la Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.) et lance un appel pour créer un Comité d'Action à partir de Combat : « J'ai l'intention de constituer un comité à partir de Combat. Nous vous attendons. Et tous ensemble, nous apporterons à nos camarades la violence de nos refus, la force de nos résolutions. Ce mouvement n'est à personne car nous sommes tous ce mouvement… » À la fin du mois de mai il fonde avec Marc Valle, Pierre Kyria et une cinquantaine de lecteurs de Combat qui ont répondu à son appel, le Mouvemement socialiste de Mai 68 (M.S.M. 68). À l'automne 1968 il publie Un printemps rouge et noir, en rapport avec les évènements de Mai 68. Il prit un moment part au Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (C.E.R.E.S.).

Il avait également collaboré pour Paris Match. Il se suicide à Moulis en Ariège le , à 51 ans[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Le simple fait que des individus en groupe, doués ou non, aient pu sortir des caves de l'édition française pour entrer, par effraction, dans la “Révolution de mai”, choisissant d'occuper un cimetière classé monument historique, suffit à prouver que l'imagination n'avait pas pris le pouvoir partout, d'une part, et que, d'autre part, les amicales professionnelles ne réussissent jamais que les tombolas, les soirées de bienfaisance et les séminaires d'étude. »
  • « […] inlassable, dans le grand amphi, marchant sur les flots de la contestation, le capitaine Sartre dans son dressage de concepts-otaries. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. «  Jacques-Arnaud Penent, ancien journaliste à Combat et à Paris-Match, s'est donné la mort, dans la nuit du 23 au 24 mai à son domicile de Moulis (Ariège) à l'âge de cinquante et un ans (Le Monde du 26 mai). Né le 25 avril 1943 à Toulouse, Jacques-Arnaud Penent avait été, dans les années 1960 l'un des responsables du Front universitaire antifasciste (FUA) puis des étudiants du PSU (ESU) avant d'adhérer à la SFIO et de participer à la fondation du CERES de Jean-Pierre Chevènement. Il avait rompu avec la SFIO en mai 1968. Journaliste notamment à Combat et à Paris-Match, il avait publié deux romans Les Temps morts (Grasset) en 1967 et Un printemps noir et rouge (R. Laffont) en 1968. Il avait été à la fin des années 1980 rédacteur en chef de la revue République organe du courant de Jean-Pierre Chevènement au sein du PS. » in Le Monde du 28 mai 1994.