Jacques-Armand Cardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un auteur <adj> de bande dessinée image illustrant français
image illustrant un dessinateur ou un illustrateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un auteur français de bande dessinée et un dessinateur ou un illustrateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques-Armand Cardon
Naissance
Le Havre
Drapeau de la France France
Nationalité française
Profession
dessinateur, caricaturiste

Cardon, de son vrai nom Jacques-Armand Cardon, né en 1936 au Havre (Seine-Maritime), est un dessinateur et caricaturiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cardon connaît la reconstruction du port de Lorient et vit dans les baraquements du Château de Soye, avant de travailler dans les Arsenaux de la Marine. En 1958, l'occasion lui est offerte de fréquenter l’École des beaux-arts de Toulon, où il étudie la lithographie ; il pratiqua ensuite la gravure et la sculpture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il publie ses premiers dessins en 1961, dans Bizarre, éditions Jean-Jacques Pauvert. Dès 1962, il collabore à Siné-Massacre, France-Deux (il publie entre autres : Le Crime paie bien), à L'Humanité, à la revue du SNESup (Syndicat national de l'enseignement supérieur).

En 1968, célèbre année, il collabore à L'Action, publie des dessins dans L'Enragé, avec Siné, Gébé, Wolinski, Roland Topor, etc. De 1970 à 1978, il fait paraître des bandes dessinées dans Charlie Hebdo, L'Écho des savanes, et des bandes dessinées politiques dans Politique-Hebdo – pour L'Humanité-Dimanche jusqu'en 1979.

Il participe à Tac au Tac, la série télévisée de Jean Frapat ; il dessine pour un ballet de Paul-André Fortier, à Montréal, en 1981. Il réalise un dessin animé L'Empreinte (Prix de la première œuvre au Festival d'Annecy, sélection pour le Festival de Cannes, 1975). Il crée la revue Le Père Denis avec Kerleroux, Vasquez de Sola et Grandremy.

Il collabore régulièrement au Monde et au Canard Enchaîné. Parallèlement, il expose ses dessins en France, en Allemagne et dans d'autres pays européens.

Parution de dessins dans l'anthologie Planète, L’Humour noir, de Jacques Sternberg (1967) dans laquelle est éditée la fameuse série des chaises impossibles datant de 1962, plagiée quelques années plus tard par Carelman dans son "Catalogue des objets introuvables" ; création de La Condition humaine dans Satirix (1972) ; publication des albums « Ligne de fuite », éditions Albin Michel, de La Véridique histoire des compteurs à air, éditions de La Courtille (1973), du recueil Comment crier et quoi[1] (1986) ; en 1995, dessins pour Les Sursitaires d'Elias Canetti; en 2001, dessins dans l'anthologie Tout l'humour du monde, éditions Glénat.

En 2002, paraît une monographie, Cardon, Dessins, regroupant une sélection de sa production des trente dernières années, aux Éditions du Héron, Lausanne.

En 2010 paraît une rétrospective de ses dessins : Cardon, Vu de dos - trente ans de dessins plus que politiques aux éditions L’Échappée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éditions du héron

Liens externes[modifier | modifier le code]