Jacques-Antoine Priqueler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques-Antoine Priqueler
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
VesoulVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Noble et officier de la garde du Roi, Jacques-Antoine Priqueler est né le à Champagney (Haute-Saône) et mort en à Vesoul (Haute-Saône).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils posthume de Jean-Baptiste Priqueler (1696-1752), lieutenant de cavalerie au régiment de Rosen-Allemand, et de Marie-Thérèse Gobel, fille du procureur fiscal de Thann et sœur du futur évêque de Paris Jean-Baptiste Gobel. Il entre en 1771 dans les gardes du corps du roi, dont il est renvoyé le avant d'être intégré dans la Gendarmerie nationale en 1793 d'abord à Delémont[1]. Le 15 mai 1795, il est nommé à la tête de la première compagnie, remplaçant ainsi le capitaine Bouchelier parti en retraite. Il s'installe alors à Porrentruy (dans l'ancien département du Mont-Terrible annexé par la Suisse le ) où il devient le chef de tous les gendarmes du département. Après l'annexion, malgré la recommandation de Théodore Liomin, il est remplacé par son neveu Joseph-Antoine Rengger[2].

Il fréquentait les milieux avancés de Paris et fut proche de la Société des amis des Noirs[2], un groupe humaniste, initié en Angleterre. Ainsi il put informer les habitants de Champagney du sort réservé aux esclaves. Cela donna lieu à l'article 29 de leur cahier de doléances connu sous le nom de vœu de Champagney adressé le au roi Louis XVI afin de demander que soit mis fin à l'esclavage.

Pour rappeler ces événements, la Maison de la Négritude ouvre à Champagney en 1971.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les personnages célèbres », champagney.fr (consulté le 7 août 2015)
  2. a et b Emma Chatelain, « Priqueler, Antoine (1753-?) », Dictionnaire du Jura, (consulté le 11 novembre 2020)