Le titre de cette page ne peut être modifié.

Jacqueline de Guillenchmidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillenchmidt.
Jacqueline de Guillenchmidt
Defaut.svg
Fonctions
Membre du Conseil supérieur de la magistrature en tant que personnalité extérieure
-
Membre du Conseil constitutionnel
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Jacqueline Barbara de Labelotterie de Boisséson
Nationalité
Formation
Activité
Père
Robert de Boisséson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Distinctions

Jacqueline de Guillenchmidt, née Jacqueline Barbara de Labelotterie de Boisséson le 25 septembre 1943 à Pékin (Chine), est une magistrate française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Robert Barbara de Labelotterie de Boisséson (1905-1993), diplomate qui a été successivement ambassadeur de France au Chili, au Liban et en Espagne, et de France Pasquet du Bousquet de Laurière, elle est mariée à Michel de Guillenchmidt, conseiller d'État honoraire, professeur de droit et avocat à la Cour.

Elle fut membre de la Conférence Olivaint de 1963 à 1965.

Formation[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

  • Avocat au barreau de Paris (1972-1982)
  • Juge d'instruction au tribunal de grande instance de Pontoise (1982-1985)
  • Magistrat à l'administration centrale du ministère de la Justice (1985)
  • Chef du bureau du droit commercial (1989-1992), puis de la réglementation des professions à la direction des Affaires civiles et du Sceau du ministère de la Justice (1992-1993)
  • Conseiller technique (1993-1994), puis directeur adjoint du cabinet du garde des Sceaux, ministre de la Justice (1994-1995)
  • Conseiller d'État (1995[2]-2009[3])
  • Présidente de la Commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l'enfance et à l'adolescence (1995-1999)
  • Présidente de la Commission du fonds de soutien à l'expression radiophonique (1995-1999)
  • Membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (1999[4]-2004[5]), nommée par le président du Sénat Christian Poncelet.
  • Membre du Conseil constitutionnel de mars 2004 à mars 2013, nommée le 24 février 2004 par le président du Sénat Christian Poncelet.
  • Membre du Conseil supérieur de la magistrature nommée en 2015 par le président du Sénat Gérard Larcher[6], démissionnaire en mars 2016.
  • Présidente de la Commission d'éthique régionale de la Région Île-de-France depuis mai 2016[7], aux côtés de Daniel Labetoulle et de Philippe Bilger (démissionnaires en mai et juillet 2018), remplacés respectivement par Jean-Éric Schoettl[8] et Marie-Christine Denoix De Saint Marc[9]. Cette commission de déontologie a rendu ses deux premiers rapports d'activité en mars 2018[10] et en mars 2019[11].

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • " Participation d'un élu local à une délibération relative à un organisme extérieur à une collectivité territoriale dans lequel il représente cette collectivité et prise illégale d'intérêts " (co-écrit avec Marie-Christine Denoix De Saint Marc et Jean-Éric Schoettl), Petites affiches, n° 123, 20 juin 2019, p. 7[12].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]