Jacqueline Novogratz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacqueline Novogratz
Jacqueline Novogratz-CEO-Acumen.JPG
Jacqueline Novogratz en décembre 2014.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Michael Novogratz (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jacqueline Novogratz, née le 15 mars 1961[1], est une femme d'affaires américaine, fondatrice et PDG d’Acumen, un fonds de capital-risque à but non lucratif dont le but de combattre la pauvreté à l’échelle mondiale en soutenant des entrepreneurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jacqueline Novogratz est née aux États-Unis en 1961. Elle a obtenu une licence d’économie et de relations internationales à l’université de Virginie et un MBA à la Stanford Graduate School of Business[2]. À 25 ans, elle quitte son poste de cadre à la Chase Manhattan Bank pour partir au Rwanda afin de se lancer dans le financement de micro-crédit[3].

Carrière dans l’économie solidaire[modifier | modifier le code]

Jacqueline Novogratz a commencé par travailler comme directrice des projets spéciaux à la Fondation Rockefeller où elle a créé les programmes The Philanthropy Workshop et The Next Generation Leadership program[4].

En 1986, Jacqueline Novogratz co-fonde Duterimbere, une entreprise de micro-crédit au Rwanda[5].

En 2001, Jacqueline Novogratz lance Acumen, un fonds de placement à but non lucratif[6]. Début 2017, Acumen avait investi 110 millions de dollars dans 100 entreprises de 12 nationalités différentes (Ouganda, Kenya, Ghana, Pakistan, Inde, Colombie, États-Unis, etc.).

En 2009, Jacqueline Novogratz a écrit The Blue Sweater: Bridging the Gap between Rich and Poor. Le livre raconte comment elle est passée du secteur de la finance au secteur de l’économie sociale et solidaire. Le titre du livre lui a été inspiré par son expérience au Rwanda, lorsqu’elle a retrouvé un pull bleu qu’elle avait donné à une association lorsqu’elle avait 12 ans sur un petit garçon rwandais.

En décembre 2011, Jacqueline Novogratz a fait la couverture du Forbes américain. En 2015, Fast Company la nomme parmi les dix dirigeants d'entreprises à but non lucratif les plus innovants. En 2017, Forbes la compte parmi les 100 meilleurs penseurs de l'économie. Elle a été invitée à plusieurs reprises à des conférences TED notamment en 2009 à TED@State où elle s’est exprimée pendant 15 min sur « une troisième voie pour réfléchir à l’aide humanitaire »[7] et au Forum économique mondial en 2016[8].

Jacqueline Novogratz a travaillé comme consultante auprès de l’UNICEF et de la Banque mondiale dans divers pays africains. Elle est administratrice de l’Institut Aspen, et fait partie du membre du conseil consultatif du journal de la Stanford Graduate School of Business[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Novogratz, Jacqueline » sur lccn.loc.gov (consulté le 26 avril 2018)
  2. a et b (en) « Jacqueline Novogratz Founder and CEO of Acumen », sur huffingtonpost.com (consulté le 9 novembre 2017).
  3. Steven Bertoni, « Jacqueline Novogratz: How To Build A Global Business In The Age Of Trump », sur forbes.com, (consulté le 9 novembre 2017).
  4. « Company Overview of Acumen Fund, Inc. », sur bloomberg.com, (consulté le 9 novembre 2017).
  5. « Jacqueline Novogratz. », sur afdb.org (consulté le 9 novembre 2017).
  6. Paromita Pain, « Acumen's Jacqueline Novogratz: making sustainability profitable », sur theguardian.com, (consulté le 9 novembre 2017).
  7. « Jacqueline Novogratz: Une troisième voie pour réfléchir à l'aide humanitaire », sur ted.com, (consulté le 9 novembre 2017).
  8. « Towards an Energy Future Novogratz01 », sur youtube.com, (consulté le 9 novembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]