Jacqueline Chonavel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacqueline Chonavel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Députée française
Sixième circonscription de la Seine-Saint-Denis
-
Conseillère générale
Seine-Saint-Denis
-
Maire de Bagnolet (d)
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (96 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Roger Chonavel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Jacqueline Chonavel est une personnalité politique française, née le à Paris, membre du Parti communiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille ouvrière, dont le père meurt en déportation, Jacqueline Chonavel devient sténo-dactylo[1].

En 1944, elle adhère aux jeunesses communistes et à la CGT, puis en 1945 au Parti communiste français. Elle est également responsable locale de l'Union des jeunes filles de France (UJFF).

Elle épouse en 1947 Roger Chonavel, typographe, rescapé de la déportation et militant communiste, qui devient journaliste à l’hebdomadaire France nouvelle.

Élue au conseil municipal de Bagnolet (Seine puis Seine-Saint-Denis) en 1947, elle est 4e adjointe, puis 3e adjointe au maire en 1953. Elle devient maire de Bagnolet en 1959, à la suite du retrait de Paul Coudert, qui exerçait cette fonction depuis 1925. Elle est, en France, la première femme élue maire d'une commune de plus de trente mille habitants.

En 1958, Jacqueline Chonavel est secrétaire de l’Union des femmes françaises (UFF) pour le département de la Seine, puis, en 1964 et 1965, membre du conseil départemental de la Seine de cette organisation.

En 1968, elle devient députée de la Seine-Saint-Denis, à la suite du décès de Jean Lolive dont elle était la suppléante, et réélue en 1973 et 1978. Elle fait partie de la commission des lois, puis de celle des affaires culturelles, familiales et sociales. Elle exerce les fonctions de vice-présidente de l'Assemblée nationale en 1975[2].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Céline Lenormand, Nadia Ténine-Michel, « Notice Chonavel Jacqueline », sur maitron.fr.
  2. William Guéraiche, Les femmes et la République, éditions de l'Atelier, 1999, p. 132-133, entretien avec Jacqueline Chonavel.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]