Jacqueline Caurat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacqueline Caurat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Jacqueline Isabel Louise CauratVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Jacqueline Caurat tombe.jpg
Vue de la sépulture.

Jacqueline Caurat est une présentatrice, animatrice de télévision et journaliste française, née le [1] à Croydon (Royaume-Uni) et morte le à Paris 15e.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Jacqueline Caurat naît en , de son père Fernand Caurat, négociant, et de sa mère Paule Canon.

Elle étudie au lycée de Saint-Cloud[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après quelques rôles au cinéma dans les années 1940 et 1950, Jacqueline Caurat doit renoncer à sa carrière de comédienne en raison d'ennuis pulmonaires. Elle débute derrière les caméras en tant que « voix off », puis apparaît en 1952 à l'écran sur la RTF, d'abord comme speakerine puis comme animatrice.

À partir de 1953, à l'occasion du couronnement d'Élisabeth II, car elle parle l'anglais, elle devient définitivement speakerine officielle de la RTF sur l'unique chaîne de télévision française. Elle y anime également de nombreuses émissions scolaires en partenariat avec l'Éducation nationale, ainsi que des émissions religieuses.

En 1959, elle interprète son propre rôle dans le film Mon pote le gitan aux côtés de Louis de Funès.

Son père est un philatéliste amateur passionné. Très jeune, elle s'intéresse, comme son père, aux timbres de collection ; on lui offre son premier album de timbres à l'âge de 8 ans[3].

À partir de 1961, elle popularise la philatélie en présentant avec Lucien Berthelot l'émission Télé-Philatélie où elle fait les reportages, les commentaires et les recherches. La première émission, consacrée au nouveau timbre la Marianne de Cocteau, voit le ministre des PTT de l'époque, Michel Maurice-Bokanowski, présenter quelques esquisses du timbre, puis lors de l'entrevue avec Jean Cocteau, celui-ci esquisse son timbre sur une vitre de la villa de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Santo Sospir), avec le rouge à lèvre de la journaliste, avant de présenter d'autres esquisses[4]. Elle anime cette émission pendant 22 ans.

En 1964, elle reste une des principales speakerines de la première chaîne de télévision française de l'ORTF.

En 1969, elle est une des victimes de l'émission La Caméra invisible. On lui fait croire qu'il y a une panne technique. Seule à l'antenne, elle parvient à faire patienter le téléspectateur pendant un quart d'heure[5].

En 1975, elle quitte son rôle de speakerine et va présenter sur TF1 le magazine féminin diffusé tous les soirs vers 18 h 30. Même année jusqu'en 1983, elle continue à produire avec son mari, Jacques Mancier et à présenter l'émission Philatélie-Club[6]. Elle y a interrogé des collectionneurs célèbres comme Rainier III de Monaco, ainsi que des dessinateurs et graveurs de timbres.

Elle a aussi tenu une rubrique « Philatélie Flash » dans le magazine Pilote dans les années 1960, une rubrique « Philatélie » dans le magazine Notre Temps dans les années 1970 et années 1980 et enregistra également des disques d'histoires pour enfants.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée en 1952 avec le comédien Jacques Mancier, Jacqueline Caurat a une fille : Caroline, née en 1961[7].

Mort[modifier | modifier le code]

Jacqueline Caurat meurt le à l'hôpital Cognacq-Jay dans le 15e arrondissement de Paris à l'âge de 93 ans[8]. Ses obsèques ont lieu le à l'église Notre-Dame-de-l'Assomption (16e arrondissement)[9], suivies de l'inhumation dans l'intimité auprès de Jacques Mancier au cimetière du Montparnasse (division 30)[10].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

  • 1960 : Week-end surprise d'André Leroux : la speakerine

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Émissions présentées par Jacqueline Caurat[modifier | modifier le code]

  • Faites-le vous-même (1959) - Une émission destinée aux enfants. Coprésentée avec Jean Michel.
  • Magazine féminin (1959) - rubriques sur la beauté, la mode et la décoration.
  • Télé-Philatélie, (1961-1975) coprésentée avec Lucien Berthelot
  • Journal télévisé (1961-1962) - rubrique sur la consommation
  • Kiplitou (1962) - émission consacrée à l'origami (Jacqueline Caurat y apparaît en geisha)
  • Philatélie Flash (1969-1975) - rubrique philatélique dans Midi Magazine puis dans le journal télévisé de 13 h.
  • Philatélie club (première émission le ) - à la suite de Télé-Philatélie. Elle s'arrêta en 1983[11] en raison de l'état de santé de son époux Jacques Mancier.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Papouf l'éléphant : 45 tours, label Juvenilia Disque, référence JD-G101, sortie : .
  • Rosalie va à la ville : 45 tours, label Geldage Juvenilia Disque, référence G 109.
  • Le roman de Renard : 45 tours, label Geldage Juvenilia Disque.
  • La Chèvre du Père Julien : 45 tours, label Président, référence PLE 4503, année de parution : 1962.
  • Alice aux pays des merveilles : 45 tours flexible, label Juvenilia - Gédalge, référence JD - G102.
  • Jacqueline Caurat raconte les Instruments de Musique à Clavier : 33 tours 25 cm, label IM, référence E42.
  • Une ouverture vers le bonheur : 45 tours, label Édition du Beau-Site, référence Disc BS 4001.
  • La kermesse aux devinettes : 33 tours 25 cm, Bel-Air, référence 311.012

Publication[modifier | modifier le code]

  • Le Monde merveilleux des timbres-poste, Paris, éd. Gautier-Languereau, 1967
préface de Lucien Berthelot, membre de l'Académie de philatélie, président de la Fédération internationale de philatélie. L'ouvrage comprend deux parties : une histoire postale de l'Europe et une introduction à la collection de timbres-poste.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Gauthier Toulemonde, Frédéric Giorgetti et Philippe Dordet, Jacqueline Caurat : confidences ... et reportage, Paris, Francetélévisions distribution, Timbropresse, 2008.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (BNF 11895607)
  2. Who's Who in France, dictionnaire biographique, 1992-1993. Éditions Jacques Lafitte 1992.
  3. Télé Magazine, semaine du 10 au , p. 32.
  4. « Dessin pour le timbre de Marianne par Jean Cocteau » [vidéo], sur ina.fr, Télé-Philatélie, (consulté le ).
  5. Télé 7 Jours no 473, semaine du 17 au , p. 84 et 85 : « Vedette piégée : Jacqueline Caurat ».
  6. « Jacqueline Caurat : « J'ai été l'une des premières speakerines de la télévision » », Télé Star,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. Almanach de la Télévision de Télé 7 Jours, année 1963.
  8. « Jacqueline Caurat, speakerine pionnière et star de la télévision, est morte », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Obsèques de Jacqueline Caurat : Olivier Minne très ému, Denise Fabre et Evelyne Dhéliat présentes », sur Purepeople, (consulté le ).
  10. 2021 - Cimetières de France et d'ailleurs - Landru cimetières.
  11. « Jacqueline Caurat vous dit bonsoir », Jean-Pierre Thiollet, Le Quotidien de Paris, 2-.

Liens externes[modifier | modifier le code]