Jacopo Melani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacopo Melani
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
PistoiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Autres informations
Mouvement
Genres artistiques

Jacopo Melani (Pistoia-Pistoia, ) est un compositeur, organiste et chanteur italien, frère du compositeur Alessandro et du chanteur Atto.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacopo Melani est l'aîné des fils de Domenico et Camilla Giovannelli, une éminente famille de musiciens, et où l'enfant pratique la musique et le chant.

À partir de 1645, il est organiste, puis maître de chapelle à la Cathédrale de San Zeno à Pistoia.

En 1644, il se produit à la cour de Paris et en 1647, il joue Jupiter lors de la création de l'Orfeo de Luigi Rossi avec Atto Melani et Marc'Antonio Pasqualini au Palais-Royal. Devenu prêtre, il poursuit sa carrière théâtrale.

À la même époque, est nommé organiste à la Congrégation du Saint-Esprit et collabore avec de grandes académies de florence, qui organisent les grands spectacles de musique.

Jacopo Melani compose plusieurs opéras-comiques : La Tancia o il Podestà di Colognole à l'occasion de l'inauguration du Teatro della Pergola à Florence (1657), Il pazzo per forza (1658) au Teatro della Pergola, Il vecchio burlato (1659) au Teatro della Pergola et La serva mobile (1660). En 1657, est créé l'opéra Scipione in Cartagine au Teatro del Cocomero (la musique en est perdue).

Il compose également de l'opera seria : Ercole in Tebe, mis en scène en 1661, avec le ténor Antonio Cesti et Giovanni Francesco Grossi au Teatro della Pergola, à l'occasion du mariage du prince Cosme III avec Marguerite-Louise d'Orléans. En 1668, Il girello sur un livret de Filippo Acciaiuoli est créé au Palazzo Colonna à Rome ; en 1669, Il ritorno di Ulisse au Palais des Médicis de Florence, en 1670 Enea in Italia, au Palais des Médicis et en 1674 Tacere et amare au Teatro del Cocomero à Florence.

Ses œuvres ont été hérités par les pères de la Congrégation de Chiodo, de sa ville natale ou acheté par le grand-duc de Toscane[1].

Ils mettent également en évidence ses sept frères, parmi lesquels Alessandro, maître de chapelle et compositeur d'oratorios et de motets[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Jacopo Melani » (voir la liste des auteurs).

  1. Monaldini 2009.
  2. Andrea Della Corte et Guido M. Gatti, Dizionario di musica, Turin, Paravia, 1956, p. 384.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Prunières, L’opéra italien en France avant Lulli, Paris, Champion, 1913, xlvii-432 p. (OCLC 458203882, notice BnF no FRBNF31156479, lire en ligne)
  • (it) E. Tamburini, Due teatri per il principe. Studi sulla committenza teatrale di Lorenzo Onofrio Colonna (1659-1689), Rome,
  • (en) J.S. Leve, Humor and intrigue: a comparative study of comic opera in Florence and Rome during the late seventeenth century, Yale University,
  • (it) S. Monaldini, L’orto dell’Esperidi. Musici, attori e artisti nel patrocinio della famiglia Bentivoglio (1646-1685), Lucques,
  • (it) S. Mamone, Serenissimi fratelli principi impresari. Notizie di spettacolo nei carteggi medicei: carteggi di Giovan Carlo de’ Medici e di Desiderio Montemagni suo segretario (1628-1664), Florence,
  • (it) Sergio Monaldini, « Melani, Jacopo », dans Enciclopedia Treccani, vol. 73 : Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]