Jacob Bigelow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bigelow.
Jacob Bigelow
Jacob Bigelow2.jpg
Jacob Bigelow
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Abréviation en botanique
BigelowVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École de médecine Perelman à l'université de Pennsylvanie (en) (docteur en médecine) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Science végétale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinction

Jacob Bigelow est un médecin et un botaniste américain, né le [1] à Sudbury (Massachusetts) et mort le à Boston.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Ayant obtenu son Bachelor of Arts à l'université Harvard en 1806, Bigelow commence l’étude de la médecine auprès de John Gorham (1783-1829). Deux ans plus tard, il entre à l’université de Pennsylvanie. Il y obtient son Medical Doctorat en 1810. À cette époque, il étudie également auprès de Benjamin Smith Barton (1766-1815), qui l’initie à la botanique.

Il commence à pratiquer la médecine à Boston. À partir de 1812, il étudie la botanique à Harvard, auprès de William Dandridge Peck (1763-1822). En 1815, il enseigne la botanique médicale à l’école de médecine de Harvard.

En 1817, il épouse Mary Scollay et, un an plus tard, naît son fils Henry Jacob Bigelow.

En 1826-1827, Bigelow enseigne cette fois la mécanique à Harvard. Il s'intéresse en effet aux sciences sortant de sa formation de biologiste, ce qui le conduit à publier ses Elements of Technology en 1829. Cet ouvrage est à l'origine de l'usage populaire du mot technology dans la langue anglaise (avec un sens différent de celui qu'on lui donne en français)[2]. Bigelow est influencé par l'ingénieur John A. Etzler, qui — voyant dans la technique une dimension religieuse — diffusera quatre ans plus tard son idéal dans un livre très vite reconnu[3].

De 1847 à 1863, il préside l’American Academy of Arts and Sciences.

Il est entre autres l'auteur de travaux sur les serpents.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Le genre Bigelowia (famille des Compositae) lui a été dédié par Augustin Pyramus de Candolle.

Plusieurs espèces, principalement des Compositae, ont reçu l'épithète bigelowii en son honneur.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Des sources donnent 1786.
  2. Consulter l'article technologie et l'article correspondant dans l'Encyclopédie de l'Agora
  3. John Adolphus Etzler, The Paradise Within the Reach of All Men, Without Labor, by Power of Nature and Machinery, 1833

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

  • 1814 : Florula Bostoniensis.
  • 1817-1820 : American Medical Botany.
  • 1829 : Elements of Technology.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Asa Gray, Jacob Bigelow, dans Essays : Biographical sketches 1841-1886 selected by Charles Sprague Sargent, Boston, Houghton, Mifflin and Company, 1889, p. 413-416.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bigelow est l’abréviation botanique standard de Jacob Bigelow.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI