Jackson Rose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rose.
Jackson Rose
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo publiée en 1918
Nom de naissance Jackson Joseph Rose
Naissance
Chicago
Illinois, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 69 ans)
Los Angeles
Californie, États-Unis
Profession Directeur de la photographie
Films notables L'Âme d'une nation (1928)
Seed (1931)
Dillinger, l'ennemi public n° 1 (1945)

Jackson Rose (parfois crédité Jackson J. Rose) est un directeur de la photographie américain (membre de l'ASC), né Jackson Joseph Rose le à Chicago (Illinois), mort le à Los Angeles (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jackson Rose débute comme chef opérateur au sein d'Essanay Studios, son premier film à ce poste étant One Wonderful Night (en) d'E.H. Calvert (avec Francis X. Bushman et Beverly Bayne), sorti en 1914. Suivent neuf autres films muets américains pour cette compagnie, le dernier sorti en 1917.

Puis, de 1920 à 1933, il travaille essentiellement pour Metro Pictures Corporation, Universal Pictures et Tiffany Pictures. De cette période, mentionnons Smouldering Fires (en) de Clarence Brown (1925, avec Laura La Plante et Malcolm McGregor), L'Âme d'une nation d'Edward Sloman (1928, avec Patsy Ruth Miller et George J. Lewis), Seed de John M. Stahl (1931, avec John Boles et Bette Davis), et le western Phantom Thunderbolt (en) d'Alan James (1933, avec Ken Maynard et Frances Lee).

En 1935, il rejoint la Metro-Goldwyn-Mayer, pour laquelle il tourne principalement des courts métrages, le dernier sorti en 1946. Plusieurs d'entre eux appartiennent aux séries cinématographiques Les Petites Canailles (ex. : Cousin Wilbur (en) de George Sidney en 1939, avec Carl Switzer et Scotty Beckett) et Le crime ne paie pas (ex. : Forbidden Passage (en) de Fred Zinnemann en 1941, avec Addison Richards et Hugh Beaumont).

Parmi ses quelques longs métrages de cette époque, évoquons Mama Steps Out (1937, avec Guy Kibbee et Alice Brady) de George B. Seitz, ainsi que Main Street After Dark (1945, avec Edward Arnold et Selena Royle) d'Edward L. Cahnréalisateur qu'il assiste sur onze longs métrages et seize courts métrages, sortis entre 1932 et 1950 —.

Dès 1943 et jusqu'en 1950 (année où il se retire, après environ cent-cinquante films), il collabore aussi avec des petites compagnies indépendantes (dans le domaine de la série B), telles Monogram Pictures et Producers Releasing Corporation. Citons Dillinger, l'ennemi public n° 1 de Max Nosseck (1945, avec Lawrence Tierney dans le rôle-titre et Anne Jeffreys), et Frayeur (Fear) d'Alfred Zeisler (1946, avec Warren William et Nestor Paiva).

Pour la télévision, Jackson Rose est directeur de la photographie sur deux séries dédiées à Buster Keaton, diffusées en 1950 et 1951, dont The Buster Keaton Show (en)[1] (deux épisodes, 1950).

Membre de l'American Society of Cinematographers (ASC), on lui doit la première édition (en 1935, sous le titre The American Cinematographer Hand Book and Reference Guide) d'un manuel de référence publié par l'ASC, titré en sa forme actuelle American Cinematographer Manuel (dernière édition en 2004).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma (sélection)[modifier | modifier le code]

(CM = court métrage)

Télévision (intégrale)[modifier | modifier le code]

(séries)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Certains épisodes de ce show ont été rassemblés en un long métrage sorti au Royaume-Uni en 1950, sous le titre The Misadventures of Buster Keaton.