Jack Warner (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Jack Warner, producteur de cinéma canadien
Jack Warner
Jack warner football executive.jpg

Le Premier ministre britannique Gordon Brown et Jack Warner en 2009.

Biographie
Naissance
Nom de naissance
Austin WarnerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti libéral indépendant (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jack Warner, né Austin Warner le à Rio Claro (Trinité-et-Tobago), est un homme politique, un homme d'affaires et un administrateur sportif trinidadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'université des Indes occidentales (UWI) à Saint Augustine, il enseigne au North Eastern College à partir de 1971. Il est maître de conférences en histoire à l'école Polytechnique de Trinité-et-Tobago de 1972 à 1993.

Football[modifier | modifier le code]

Impliqué dans le milieu du football de son pays dès les années 1960, il devient secrétaire de la Fédération de Trinité-et-Tobago de football (FFTT) en 1973. En 1990, il devient président de l'Union caribéenne de football. Il démissionne alors de son poste à la FFTT, mais obtient un poste de conseiller spécial.

En 1983, il devient vice-président de la CONCACAF et membre du comité exécutif de la FIFA. En 1990, il est élu président de la CONCACAF à la place de Joaquín Soria Terrazas[1]. En 1997, il devient vice-président de la FIFA.

En 1996, il fonde le Joe Public Football Club.

Allégations de corruption[modifier | modifier le code]

En 2011, il démissionne de ses postes de président de la CONCACAF et de vice-président de la FIFA en raison des allégations de corruption à son encontre[2],[3].

Le , il est arrêté à Zurich par la police suisse avec huit autres membres du comité exécutif de la FIFA à la demande des États-Unis. Accusé de fraude, de racket et de blanchiment d'argent, il devrait être extradé aux États-Unis[4]. On lui reproche notamment d'avoir touché des pots-de-vin lors de l'attribution de la coupe du monde de 1998[5]. Il est placé en garde à vue durant 24 heures après s'être présenté volontairement le 28 devant les services antifraude de la police locale. Il est libéré après le versement d'une caution d'environ 400 000 dollars[6].

Le 29 septembre 2015, le comité d’éthique de la FIFA bannit Jack Warner à vie de toute activité liée au football à la suite de ces allégations de corruption[7].

Politique[modifier | modifier le code]

Chef du Congrès national uni (UNC) en 2007, il conduit ce parti lors des élections de la même année et est élu député. En 2010, l'UNC s'allie à d'autres partis et cette coalition remporte les élections. Warner est nommé ministre du Travail et des Transports dans le gouvernement de Kamla Persad-Bissessar.

En avril 2013, il démissionne du gouvernement, de son poste de président de l'UNC et de son siège de député[8]. Il fonde un nouveau parti, le Parti libéral indépendant, et est réélu.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]