Jack Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jack Smith
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Columbus
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès
Manhattan
Profession Réalisateur et acteur

Jack Smith est un cinéaste et acteur américain de l'underground né le à Columbus, dans l'État de l'Ohio, et mort du sida le à Manhattan.

Durant sa carrière, il collabore notamment avec le cinéaste Richard Foreman[1] et les artistes La Monte Young, Marian Zazeela et Andy Warhol. Son œuvre influença ce dernier, ainsi que les cinéastes d'avant-garde qui suivirent.

Il est surtout connu pour son film Flaming Creatures (en) (1963), au contenu homo-érotique et sexuel explicite. Interdit dans 24 États américains et quatre pays, à l'époque le film suscite un nombre d'arrestations et donne lieu à une affaire concernant la liberté d'expression devant la Cour suprême des États-Unis[2].

En 1987, il reçoit un diplôme honorifique en lettres humaines du Whittier College[3].

Le film documentaire Jack Smith and the Destruction of Atlantis (en) (2006) lui est dédié[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

  • Little Stabs at Happiness, de Ken Jacobs (1960)
  • Blonde Cobra, de Ken Jacobs (1963)
  • Queen of Sheba Meets the Atom Man, de Ron Rice (1963)
  • Chumlum, de Ron Rice (1964)
  • Camp, d'Andy Warhol (1965)
  • Hedy, d'Andy Warhol (1966)
  • Up Your Legs Forever, de John Lennon et Yoko Ono (1971)
  • Silent Night, Bloody Night, de Ted Gershunny (1974)
  • (Frankenhooker)'s Shadows in the City, d'Ari Roussimoff (1989)

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Jack Smith, Wait for Me at the Bottom of the Pool : The Writings of Jack Smith, Serpent's Tail, , 192 p. (ISBN 9781852424282)

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hilton Als, « Talk Talk », The New Yorker,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) David Ebony, « Film Examines Art-World Provocateur », Art in America,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) « Honorary Degrees », sur www.whittier.edu (consulté le )
  4. (en) Wesley Morris, « Rethinking the edgy filmmaker who made Warhol look tame », The Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Bradford Nordeen, « Forever Flaming: Jack Smith at MoMA », The L Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) « MOMA Pays Homage to Experimental Filmmaker Jack Smith », PBS News Hour,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]