Jack Off Jill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jack Off Jill
Description de cette image, également commentée ci-après

Jessicka au concert de réunion de Jack Off Jill au Orange Peel, le 18 juillet 2015.

Informations générales
Surnom JOJ
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Riot grrrl, punk rock, punk hardcore[1], rock gothique[2]
Années actives 19922000, 2015
Labels Rectum, Risk, Sympathy for the Record Industry
Site officiel www.jackoffjill.com
Composition du groupe
Anciens membres Jessicka Addams
Tenni Ah-Cha-Cha
Michelle Inhell
Helen Storer

Jack Off Jill est un groupe de riot grrrl américain, originaire de Ft. Lauderdale, en Floride. C'est en 1992 que Jack Off Jill se crée. Ce groupe, voulant rester indépendant de leur musique réalise quelques démos et se fait remarquer par Marilyn Manson. Ne pouvant concilier musique et études, certains membres du groupe sont alors contraints d'arrêter de jouer. Le groupe semble assez instable dans ces membres menés par Jessicka, la chanteuse. Le groupe revient ensuite en 2000, puis se sépare suite à l'« échec » de leur album Clear Hearts Grey Flowers, n'étant pas de la qualité du précédent mais ayant pourtant un artwork assez bien réussi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tenni Arslanyan fait la rencontre de Jessicka à la Piper High School de Sunrise, en Floride. Le groupe se forme après l'arrivée de Moulder et Inhell. Le premier concert de Jack Off Jill se fait avec Marilyn Manson et son groupe Marilyn Manson and the Spooky Kids, lors d'une nuit à Davie, en Floride, dans un club appelé The Plus Five Lounge. Manson prendra le groupe sous son aile. Il devient leur mentor, produit leurs premières démos, et ouvrent à plusieurs de leurs concerts[3].

À cette période, le groupe ouvre pour d'autres groupes féminins comme Joan Jett, L7, Silverfish, Tribe 8, Fetchin' Bones et les Lunachicks. Sur scène, Jessicka déshabillait de jeunes homme, et le groupe recouvrait la foule de crachat, de vrai sang et de bonbons[4],[5]. En début 1993, Jessicka joue avec le projet éphémère de Manson, Mrs. Scabtree[6]. Le 27 décembre 1994, Jack Off Jill se joint à Marilyn Manson à des dates en Floride. Jouant au Club 5 de Jacksonville, Manson est appréhendé pour avoir violé les lois de la ville en faisant tomber le pantalon devant le public qui ne prendra pas cet acte avec humour. Jessicka est arrêtée pour tentative d'actes sexuelles sur mineurs[7].

Jack Off Jill publie plusieurs albums indépendant : Children 5 and Up (produit par Marilyn Manson)[4], The Boygrinder Sessions, Cannibal Song Book, (produit par JOJ et Manson au Studio 13 de Deerfield Beach, en Floride)[6], Cockroach Waltz, et plusieurs singles 7". Ce n'est pas avant le 8 avril 1994, lorsque JOJ joue un concert du Rock Against Domestic Violence avec Babes in Toyland et 7 Year Bitch au Cameo Theatre de Miami Beach que Jack Off Jill attire l'intérêt des labels[8]. Risk Records les signe plus tard en janvier 1997. Le groupe remplace Ah Cha Cha et Inhell avec deux autres membres qui étaient prêts à quitter la Floride. Le groupe publie son premier 7" national, Girl Scout/American Made en mars 1997. Le 9 septembre 1997, leur premier album, Sexless Demons And Scars, (produit par Don Fleming, meneur de Gumball) est publié.

Après un succès underground modéré, tournant avec Lords of Acid, et jouant à guichet fermé en 1997, Jack Off Jill joue en tête d'affiche à Los Angeles puis publie Covetous Creature, un EP comprenant des remixes de Sexless Demons and Scars avec l'aide de SMP (Scott Putesky), membre fondateur de Marilyn Manson et la nouvelle batteuse Claudia Rossi[9]. Jack Off Jill joue son dernier concert au Troubadour de Los Angeles en avril 2000. Ils sont rejoints sur scène par la guitariste Helen Storer du groupe britannique Fluffy (puis de Thee Heavenly Music Association) et du proeducteur Chris Vrenna à la batterie[10].

Retour[modifier | modifier le code]

Le 7 avril 2015, Bust.com annonce un concert de réunion de Jack Off Jill au Orange Peel d'Asheville, NC, le 18 juillet. Ils joueront aussi à Manchester (19 octobre), à l'Electric Ballroom de Londres (21 octobre) et au Heaven Nightclub (23 octobre), où ils sont rejoints par Scott Putesky, membre fondateur de Marilyn Manson[11]. Le groupe comprend alors Jessicka, Tenni Ah-Cha-Cha, Michelle Inhell (née Oliver), et Helen Storer[12].

Membres[modifier | modifier le code]

Derniers membres[modifier | modifier le code]

  • Jessicka Addams (Jessica Fodera), chant, paroles (1992-2000, 2015)
  • Helen Storer, basse (2000, 2015)
  • Tenni Ah-Cha-Cha (Tenni Arslanyan), batterie (1992-1996, 2015)
  • Michelle Inhell (Michelle Oliver), guitare (1992-1996, 2015)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Lauracet Simpson (Laura Simpson), batterie (1996-1997)
  • Ho Ho Spade (Jeff Tucci), guitare (1996-1997)
  • SMP (Scott Mitchell Putesky), guitare (1997-1998)
  • Claudia (Claudia Rossi), batterie (1997-1999)
  • Clint Walsh, guitare (1999-2000)

Membres live[modifier | modifier le code]

  • Norm Block, batterie (1999-2000)
  • Helen Storer, guitare (2000), basse (2015)
  • Chris Vrenna, batterie (2000)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Sexless Demons and Scars
  • 1998 : Covetous Creature
  • 2000 : Clear Hearts Grey Flowers
  • 2006 : Humid Teenage Mediocrity

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) MacKenzie Wilson, « Jack Off Jill », AllMusic, (consulté le 18 juillet 2011).
  2. http://www.altpress.com/features/entry/legendary_riot_goths_jack_off_jill_cheat_death_again_to_reform_for_one_nigh
  3. (en) Ted B. Kissell, « Manson: The Early Years - Page 1 - News - Miami », Miami New Times, (consulté le 18 juillet 2011).
  4. a et b (en) Todd Anthony, « Distaff of Life - Page 1 - News - Miami », Miami New Times, (consulté le 18 juillet 2011).
  5. (en) Pelletier, George."Paying The Rant" Miami New Times feature, 27 novembre 1997.
  6. a et b (en) Greg Baker, « Program Notes 48 », Miaminewtimes.com, (consulté le 19 décembre 2014).
  7. (en) Baker, Greg. " Miami New Times, 5 janvier 1995.
  8. (en) Greg Baker, « The Hits Just Keep on Coming - Page 3 - Music - Miami », Miami New Times, (consulté le 18 juillet 2011).
  9. (en) « MTV news April 20, 1998 », Mtv.com, (consulté le 18 juillet 2011).
  10. (en) Tina Johnson, « MTV news March 04, 2000 », Mtv.com, (consulté le 18 juillet 2011).
  11. (en) « Jack off Jill Reunion », sur The Collected Rantings of a Blue Haired Geek (consulté le 7 mars 2016).
  12. (en) « EXCLUSIVE: Seminal 90s Riot-Goth band Jack Off Jill Reunite For One Weekend Only! », bust.com (consulté le 7 avril 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]