Jace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jace
Gouzou6.jpg
Ruelle Tarzan, Saint-Pierre (La Réunion)
Naissance
Nationalité
Activités
Site web

Jace est un graffeur français, originaire du Havre, qui vit et travaille à La Réunion, créateur des gouzous.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur des gouzous, petits personnages oranges et sans visages quelquefois accompagnés d'une vache que l'on trouve dans les rues des villes et au bord des routes depuis 1992[1]. Spécialisé dans le détournement d'affiches publicitaires, il a exposé ses œuvres aux quatre coins de la Réunion et du monde à plusieurs reprises depuis 1996. Il a également publié à compte d'auteur plusieurs ouvrages où l'on retrouve sous forme de photographies le travail exécuté sur le terrain. La qualité de ses œuvres lui ont valu plusieurs publications dans différentes revues internationales.

Le graphisme du gouzou a été utilisé sans son accord par une marque de vêtements chinoise relativement connue dans ce pays. L'artiste a intenté un procès contre l'entreprise pour faire reconnaître sa paternité, procès qu'il a gagné[2].

En 2009, il présente une intervention artistique dans l'espace public dans le cadre du festival Leu Tempo Festival organisé par le Séchoir, scène conventionnée de la Réunion, au côté des artistes Betty Bui, Daniel Buren, Tadashi Kawamata, et Ligne Rouge.

En 2015, il peint les parapets provisoires du pont des Arts à Paris, lorsque les cadenas d'amour sont enlevés[3], mais ses gouzous sont rapidement dégradés[4].

Il expose régulièrement à la fondation Montresso à Marrakech, appelée le Jardin Rouge, en compagnie d’autres artistes comme les New-Yorkais de Tats Cru, 123klan, Jo Ber, Ceet Fouad[5].

Il décore l'institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille d'une fresque représentant les chasseurs, pêcheurs et tueurs de microbes de l’IHU[6]. Une de ses toiles décorant le bureau de Didier Raoult est beaucoup vue durant la pandémie de Covid-19[7].

Il signe l'affiche du Grand Raid 2022[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuelle Jardonnet, « Jace, un « Gouzou » dans la ville », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Pierre Boisson, « Jace : «  Je ne sais dessiner ni les yeux, ni la bouche, ni rien » », The Ground,‎ (lire en ligne)
  3. « Jace », sur Street Art Reunion Island (consulté le )
  4. « A peine installés, les Gouzous de Jace sont déjà détériorés sur le Pont des Arts à Paris », sur Outre-mer la 1ère,
  5. Olivier Cachin, « Jardin rouge : au Maroc, une oasis pour les graffeurs », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  6. « Fresques de l'IHU », sur mediterranee-infection.com
  7. Sophie des Déserts et Ghislain de Violet, « Didier Raoult, urgence oblige », sur parismatch.com,
  8. « Jace : "Le Grand Raid m'impressionne" », Le Quotidien de La Réunion,‎

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabienne Jonca. Jace : Magik Gouzou. Éd. Alternatives, coll. « Arts urbains », 2017
  • Jace. Jace (gouzous) 2016-2019. L'Usine A Gouzou, 2019
  • Jace. Tour du monde en 80 gouzous. L'Usine A Gouzou, 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]