JDS Kaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kaga
Image illustrative de l’article JDS Kaga
Le JS Kaga à son lancement.
Type Destroyer porte-hélicoptères
Histoire
A servi dans Pavillon de la force maritime d'auto-défense Force maritime d'autodéfense japonaise
Commanditaire Force maritime d'autodéfense japonaise
Chantier naval Ishikawajima-Harima, Tokyo
Commandé 2010
Quille posée
Lancement
Armé [1]
Caractéristiques techniques
Longueur 248 m
Maître-bau 38 m
Tirant d'eau 7,5 m
Déplacement 19 500 tonnes (lège), 27 000 tonnes à pleine charge
Propulsion COGAG (en), 2 propulseurs
Puissance 112 000 ch
Vitesse 30 nœuds
Caractéristiques militaires
Aéronefs 14 hélicoptères
Carrière
Port d'attache Base navale de Yokosuka
Indicatif DDH184

Le JS Kaga (DDH-184) est un destroyer porte-hélicoptères (DDH dans la classification du Japon) de la Force maritime d'autodéfense japonaise, lancé le et mis en service le . C'est le second navire à porter le nom de la province de Kaga, après un porte-avions du milieu du XXe siècle (le Kaga) et le second de la classe Izumo.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il est construit par IHI Marine United Yokohama Shipyard pour accueillir jusqu'à officiellement 14 hélicoptères et dispose de 5 spots sur son pont d'envol et remplace dans l'ordre de bataille de la marine japonaise le second destroyer de la classe Shirane. Il est destiné à la lutte anti-sous-marine, à jouer le rôle de navire-amiral et assurer un rôle de sauvetage. Il a un équipage de 470 personnes, peut transporter 450 passagers militaires et civils et pourra embarquer des V-22 Osprey de la force terrestre d'autodéfense japonaise. Il est équipé d'un sonar OQQ-22 et de deux lanceurs Raytheon RIM-116 Rolling Airframe Missile SeaRAM[2].

C'est le deuxième navire de sa classe après le JDS Izumo (lancé en 2013 et entré en service en ), les plus grands navires militaires japonais mis en service depuis la Seconde Guerre mondiale. Il est équipé de sept Mitsubishi Heavy Industries ASW SH-60K (Sikorsky SH-60, hélicoptère de transport et de recherche produit sous licence) et sept Kawasaki Heavy Industries MCM-101 (AgustaWestland EH101 de lutte contre les mines (MCM), produit sous licence)[3].

Selon un officier de la JMSDF, Asahi Shimbum, ces navires « renforcent la capacité à traiter avec les sous-marins chinois qui sont devenus plus difficiles à détecter ».

Selon les plans de renforcement militaire du pays face aux dangers de la Chine et de la Corée du Nord, le Kaga sera modifié pour devenir un porte avions et accueillir des F35[3].

Littérature[modifier | modifier le code]

Le Kaga figure dans le roman "Rise of the Taishaku" (2018)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Japan’s second large helicopter carrier enters service », South China Morning Post,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mars 2017)
  2. (en) « Izumo class : Japanese helicopter carrier », Naval forces, sur le site web de Military-Today (consulté le 2 octobre 2013)
  3. a et b (en) « Japan Launches Latest Helicopter Carrier », sur USNI News (consulté le 31 août 2015).
  4. W. Lee Radcliffe, Rise of the Taishaku, New York, Kindle, , 432 p. (ISBN 978-1-9834-9123-8, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :