J. J. Lionel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J. J. Lionel (Jean-Jacques Lionel)
Nom de naissance Jean-Jacques Blairon
Naissance
Binche (Belgique)
Décès (à 72 ans)
Comines-Warneton (Belgique)
Activité principale Chanteur
Site officiel La Danse des Canards

Jean-Jacques Lionel, dit J. J. Lionel, nom de scène de Jean-Jacques Blairon, né le à Binche (Wallonie) et mort le à Comines-Warneton, est un chanteur belge.

Il est connu principalement pour sa chanson La Danse des canards parue en 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Binche, Jean-Jacques Blairon est essentiellement bassiste, et diplômé du Conservatoire de musique de Mons. Musicien professionnel, il accompagne le chanteur Jacques Hustin, ou encore le groupe Wallace Collection à la fin des années 1970.

La Danse des canards, succès planétaire[modifier | modifier le code]

Musicien dans l'orchestre de l'accordéoniste Hector Delfosse, Jean-Jacques Blairon joue un soir Vogeltjedans (La danse des oiseaux), un morceau instrumental suisse lors d'un concert en région bruxelloise. Devant les réactions enthousiastes du public, Hector Delfosse et son frère Georges décident de mettre des paroles sur cet air de musique, et sollicitent le parolier Éric Genty, chanteur à succès en Belgique dans les années 1960. Jean-Jacques Blairon devient alors J. J. Lionel, et La danse des canards est un succès commercial mondial, avec 3,5 millions de disques vendus[1]. La chanson figure au Livre Guinness des records de l’année 1983 comme la chanson la plus vendue en France en single vinyle, avec plus de 2,5 millions d'exemplaires. En tant qu'interprète, J. J. Lionel touche seulement un pourcentage sur les ventes de disques[2].

J. J. Lionel enregistre ensuite d’autres 45 tours avec des titres comme La Danse des petits chats ou Moi je dois faire pipi, adapté d'un titre italien.

Il crée par la suite avec son épouse un spectacle pour enfants[3],[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

J. J. Lionel et son épouse Georgia Ghesquière emménagent le à Comines-Warneton[5] dans la section de Houthem[6].

Mort[modifier | modifier le code]

J. J. Lionel meurt d’une tumeur au cerveau dans la nuit du au [6].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]