J. Bernlef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J. Bernlef
Description de cette image, également commentée ci-après
J. Bernlef en 2008
Nom de naissance Hendrik Jan Marsman
Naissance
Sint Pancras, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Décès (à 75 ans)
Amsterdam, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Néerlandais
Mouvement Surréalisme
Genres

Œuvres principales

  • Chimères
  • Secret Public

J. Bernlef, né Hendrik Jan Marsman, le à Sint Pancras et mort le à Amsterdam[1], est un romancier, poète et traducteur néerlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Sint Pancras le .

Il commence sa carrière d'écrivain en 1960 sous le pseudonyme de "Bernlef", un choix motivé par le souvenir alors très présent de son prédécesseur Hendrik Marsman (1899 - 1940)[1]; En 1959, il se distingue par la publication de son premier ouvrage "Kokkels", un recueil de poésie pour lequel il obtient le prix Reina Prinsen Geerligsprijs.

J. Bernlef se fait connaître à l'international avec la publication du roman Chimères en 1984, traduit en plusieurs langues, dont en Français. Un second roman, Secret Public, publié en 1987, lui vaut de recevoir la même année le Prix littéraire AKO.

En 1994, il reçoit le prix P.C. Hooft de poésie, soit la plus haute distinction de la littérature néerlandaise[2].

J. Bernlef travaille aussi comme traducteur. Il est notamment connu pour avoir traduit les textes du poète suédois Tomas Tranströmer[3].

Il meurt le à Amsterdam, âgé de 75 ans.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français
  • Chimères (Hersenschimmen, 1984) ;
  • Secret public (Publiek geheim, 1987).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Remko Ekkers, « La poésie: épicentre de l'écriture de J. Bernlef », Septentrion, vol. 23,‎ , p. 73-75 (lire en ligne).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1]
  2. [2]
  3. [3]