Nightmare (groupe français)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis J.C.Jess)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nightmare.
Nightmare
Description de cette image, également commentée ci-après

Nightmare, sur scène en 2012.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Heavy metal, power metal
Années actives 1979–1987 ; depuis 1999
Labels Ebony, Dream, Adipocere, Napalm, Regain, AFM
Site officiel nightmare-metal.com
Composition du groupe
Membres Jo Amore
Franck Milleliri
Matt Asselbergs
Yves Campion
David Amore
Anciens membres Voir anciens membres

Nightmare est un groupe de power metal français, originaire de Grenoble. Le groupe est particulièrement influencé par le phénomène New Wave of British Heavy Metal autrefois émergeant au Royaume-Uni durant les années 1980, et se lance initialement en joaunt du heavy metal, puis change plus tard pour du power metal accompagné d'éléments death et de thrash.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première carrière (1979–1987)[modifier | modifier le code]

Nightmare se forme en 1979 à Grenoble, en Rhône-Alpes[1],[2],[3] et se fait connaître en faisant la première partie de Def Leppard à l'Alpexpo de Grenoble[3],[4], en 1983 devant 5 000 personnes. Le groupe signe ensuite chez Ebony Records, label sur lequel sort l'album Waiting for the Twilight. L'album entre dans les classements musicaux au Japon[réf. nécessaire], et est distribué en Grèce par Virgin Records. Nightmare remplace Christophe Houpert par Jean-Marie Boix pour l'enregistrement de Power of the Universe. Peu de temps après, le groupe met fin à sa collaboration avec Ebony Records et l'album est réédité en France par Dream Records. Leur nouveau label subit alors des difficultés financières ce qui retarde la sortie d'un long play sur lequel le groupe travaillait. Par ailleurs, Jean-Marie Boix est contraint de quitter le groupe à cause de problèmes de santé[4]. Il est remplacé par Tom Jackson (ex-Praying Mantis) dont on[Qui ?] espère que ses qualités vocales, et sa maîtrise de la langue anglaise aideront au succès de Nightmare outre-manche. Une démo de deux titres est mise en boîte et Nightmare enchaîne quelques shows en France et en Angleterre qui recueillent un succès honnête. L'histoire s'arrête pourtant là, des dissensions entre les musiciens entraînant la dissolution du groupe en 1987[4].

Reformation (depuis 1999)[modifier | modifier le code]

Nightmare renaît de ses cendres en 1999 avec une formation remaniée[1],[4]. Jo Amore, anciennement batteur, prend le poste de chanteur et laisse les baguettes à son frère cadet, David. Le groupe signe un contrat avec Adipocère et fait paraître un mini-album Astral Deliverance enregistré en hommage à Jean-Marie Boix décédé quelques mois auparavant[5]. Par ailleurs, les anciens albums sont réédités par Brennus Records. Nightmare sort dans la foulée un double-live (Live Deliverance) qui immortalise le concert de reformation donné le 30 octobre 1999 au Summum de Grenoble. C'est le premier double-live sorti par un groupe de metal français. Nightmare prend part également au festival des Artefacts à Strasbourg ainsi qu'au prestigieux Wacken Open Air en 2000. À la fin de l'année, Nightmare officialise sa collaboration avec Napalm Records et débute en juin 2001 l'enregistrement de Cosmovision au Soundsuite Studio sous la houlette de Terje Refnes, connu entre autres pour son travail avec Theatre of Tragedy, Enslaved, Carpathian Forest. Le guitariste Patrick Rondat fait une apparition en tant qu'invité sur le premier titre Spirit of the Sunset. Le groupe part ensuite pour une petite tournée avec Saxon en France et en Italie et ouvre à Grenoble pour Grave Digger qui joue à cette occasion son tout premier concert en France. Par ailleurs, Alex Hilbert remplace Jean Stripolli et Stephane Rabilloud quitte son poste de claviériste. L'année suivante, Nightmare s'envole pour les États-Unis pour participer au Metal Meltdown Festival avec notamment Manowar et Saxon. Revenu en Europe, il ouvre pour Blind Guardian sur les dates de Lyon et de Paris et est à l'affiche de plusieurs festivals dont le Wacken Open Air.

En 2003, Nightmare retourne au Soundsuite Studio pour enregistrer un concept album, Silent Room et enchaîne début 2004 avec une tournée européenne (France, Espagne et Belgique) en compagnie de After Forever et de Dark Moor et avec quelques festivals comme le Rotonde Festival et le Raismes Fest. Quelque temps plus tard, Nightmare met fin à l'amiable à sa collaboration avec Napalm Records. En fin d'année, Nicolas De Dominicis, membre historique de Nightmare, s'éloigne du groupe et est remplacé par Franck Milleliri[4]. Un contrat est signé avec Regain Records pour l'enregistrement de The Dominion Gate, toujours au Soundsuite Studio avec Terje Refnes. Une tournée consistante s'ensuit en 2006, accompagnée comme lors de la précédente d'After Forever. Elle visite la France, l'Espagne, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas et l'Italie. Le groupe fait également une date à Tel Aviv. Nightmare répond présent lors des festivals d'été, notamment au Hellfest, Alex Hilbert ne pouvant assurer ce concert c'est JC Jess qui s'occupera de la guitare. En août 2008 Alex Hilbert décide de quitter le groupe pour « raison personnelle » après six ans de service[2]. Il sera remplacé par Jean Christophe Lefevre.

Insurrection et albums suivants (depuis 2009)[modifier | modifier le code]

En septembre 2009, Nightmare fait paraître son septième album, Insurrection, dans leur nouveau label AFM Records[6], après l'annonce de la liste des pistes et sa couverture[7]. Cet album, beaucoup plus direct, vaudra au groupes de nombreuses bonnes réactions de la part de la presse et du public. Le groupe fait l'objet d'un reportage sur la version locale, Rhône-Alpes Auvergne, de France 3 le mois suivant[réf. nécessaire]. Le 31 octobre 2009, un concert anniversaire est organisé pour les 30 ans du groupe à la salle Edmond Vigne de Grenoble d'où le groupe est originaire[8]. Ce concert est filmé pour une sortie DVD début 2011[9].

Le groupe participe à l'édition 2010 du Wacken Open Air et prépare une tournée en Amérique du Sud[10]. Un huitième album est par la suite annoncé en cours de composition durant janvier 2012[11]. Intitulé The Burden of God, il sort le 18 mai 2012, que La Grosse Radio, notamment, se permet de qualifier de « coup de maître »[12]. Quelques mois avant la sortie de l'album, J.-C. Lefevre se voit contraint de quitter Nightmare à cause de son emploi du temps lui empêchant de s'occuper de son projet solo[13]. Il est donc remplacé au pied levé par le guitariste Matt Asselberghs[14]. S'ensuit une tournée européenne qui commence par quelques dates dans leur ville natale, Grenoble, puis quelques concerts dans des festivals tels que le Motocultor Festival à Theix (Bretagne), ou encore le Rockstad : Falun en Suède. En mai 2014, le groupe fait paraître The Aftermath[15],[16].

En juillet 2015, Jo et David Amore quittent Nightmare et cessent toute collaboration avec Yves Campion[17].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Jo Amore – batterie (1980-1987), chant (depuis 1999)
  • Franck Milleliri – guitare (depuis 2004)
  • Matt Asselberghs – guitare (depuis 2012)
  • Yves Campion – basse (1979-1988, depuis 1999)
  • David Amore – batterie (depuis 1999)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Loic Ribaud – batterie (1979-1980)
  • Hervé Mosca – guitare (1979-1980)
  • Pierre-Louis Longequeue – guitare (1979-1980)
  • Étienne Stauffert – chant (1979-1980)
  • Nicolas De Dominicis – guitare (1981-1988, 1999-2004)
  • Eric Caneiro – guitare (1981-1982, 1983-1984)
  • Roland Fontana – chant (1981-1983)
  • Olivier Haurillon – guitare (1982-1983)
  • Christophe Houpert – chant (1983-1984)
  • Jean Stripolli – guitare (1984-1987, 1999-2002)
  • Jean-Marie Boix – chant (1985-1986 : décédé en 1999)
  • Laurent Stripolli – batterie (1987)
  • William Bigolin – batterie (1987-1988)
  • Patrick Gorlier – guitare (1987-1988)
  • Tom Jackson – chant (1987-1988)
  • Stéphane Rabilloud – claviers (1999-2001)
  • Alex Hilbert – guitare (2002-2008)
  • J.C. Lefevre – guitare (2008-2011)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EPs et albums live[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Astral Deliverance (mini CD)
  • 2000 : Live Deliverance (live)
  • 2011 : One night of Insurrection (live)

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2011 : One Night of Insurrection

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Chris True, « Nightmare » (consulté le 20 décembre 2014).
  2. a et b « Interview de Jo Amore (chant) », sur u-zine,‎ (consulté le 2 avril 2011).
  3. a et b « Nightmare Biography », sur france.metal.museum.free.fr (consulté le 2 avril 2011), p. Le groupe est alors composé de Hervé Mosca (guitare), Etienne Stauffert (chant), Loïc Ribaud (batterie) et Yves Campion (basse).
  4. a, b, c, d et e « Nightmare », sur Encyclopaedia Metallum (consulté le 2 avril 2011).
  5. (en) « Nightmare », sur The Bnr Metal Pages (consulté le 2 avril 2011).
  6. (en) « NIGHTMARE Signs With AFM RECORDS », sur Blabbermouth,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  7. (en) « NIGHTMARE: 'Insurrection' Artwork Revealed », sur Blabbermouth,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  8. (en) « NIGHTMARE Upload New Live Footage », sur Bravewords,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  9. (en) « NIGHTMARE: One Night of Insurrection DVD/CD Details Revealed », sur Blabbermouth,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  10. « Wacken 2010 - 04-07/08/2010 », sur U-zine (consulté le 20 décembre 2014).
  11. (en) « NIGHTMARE Begins Recording New Album », sur Blabbermouth,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  12. « Nightmare - The Burden of God », sur La Grosse Radio (consulté le 20 décembre 2014).
  13. Greg, « Interview de JC JESS », sur metalphizik.com (consulté le 20 décembre 2014).
  14. cricri, « NIGHTMARE Nouvel Album » (consulté le 20 décembre 2014).
  15. « Nightmare – The Aftermath », sur radiometal,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  16. « Nightmare - The Aftermath », sur La Grosse Radio,‎ (consulté le 20 décembre 2014).
  17. Le dauphiné libéré du 15 juillet 2015
  18. « Insurrection », sur metal-integral.com (consulté le 2 avril 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]