Józefa Joteyko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Józefa Joteyko
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
VarsovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Józefa Joteyko (grób).JPG

La pierre tombale de Józefa Joteyko au cimetière de Powązki à Varsovie.

Józefa Franciszka Joteyko, parfois dite Joséphine ou Josepha (née le 29 janvier 1866 à Poczujki près de Kiev, morte le (à 62 ans) à Varsovie) est une psychologue, physiologiste et pédagogue polonaise, coorganisatrice, avec Maria Grzegorzewska, de la pédagogie spéciale à Varsovie.

Elle a été vice-présidente de la Société belge de neurologie et lauréate de l’Académie des sciences en France[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Joteyko appartient à l’aristocratie lituanienne, ses parents ont quitté la Lituanie en 1873 pour s’installer à Varsovie. Le frère de Joséphine, Tadeusz (1872-1932), était un compositeur.

Après les études en lycée (terminées en 1884), Joséphine Joteyko, pour pouvoir poursuivre son éducation, est partie à Genève, où elle a commencé ses études en 1886. En 1888 elle devient bachelière en sciences physiques et naturelles, et après un bref séjour à Varsovie, elle part à Bruxelles pour continuer son éducation, et ensuite à Paris, où elle soutient sa thèse en médecine en 1896. Son habilitation à diriger les recherches est soutenue à Varsovie en 1927.

En 1898, Joséphine Joteyko retourne à Bruxelles, pour y travailler sur la physiologie à l’Institut Solvay. Elle s’intéresse en particulier à la physiologie du travail, et, avec Charles Henry, publie « Sur l'équation générale des courbes de fatigue » (1903), et ensuite, seule, « Les lois de l’ergographie: Etude physiologique et mathématique » (1904)[2].

En 1909, elle est la seule femme à faire partie du 6e Congrès international de Psychologie à Genève.

Elle enseigne notamment à Mons et à Charleroi (1906-1914), en 1916 elle enseigne la pédagogie et la psychologie expérimentale à la Sorbonne, pour ensuite donner des cours au Collège de France (chaire Michonis), en tant que première femme à y avoir jamais enseigné[3]. En 1918 elle commence à enseigner à Lyon, mais rentre en Pologne en 1919. Après avoir travaillé à l’Institut de Pédagogie de Varsovie, elle continue sa carrière d’enseignante à l’Université de Varsovie à partir de 1926.

Ces centres d’intérêts scientifique ont varié avec le temps. Elle a commencé à travailler sur la physiologie, puis sur la psychologie et la pédagogie du travail.

Publications majeures[modifier | modifier le code]

  • avec Michalina Stefanowska, Psycho-physiologie de la douleur, Paris : F. Alcan, 1909
  • La fonction musculaire, Paris : O. Doin et fils, 1909
  • La science du travail et son organisation, Paris : F. Alcan, 1917.
  • Fatigue, Flammarion, 1920.
  • La psychologie de la forme dans ses rapports avec les thèses de l’École active, Varsovie : Instytut Głuchoniemych i Ociemniałych, 1927.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joyce Harvey, Marilyn Ogilvie, The Biographical Dictionary of Women in Science: Pioneering Lives from Ancient Times to the Mid-Twentieth Century, Volume 1, Taylor & Francis US, 2000, p. 670.
  2. Cf. Académie des sciences (France). Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences 1903/12/28 (T137).
  3. Gerard Jorland, Annick Opinel, George Weisz, Body Counts: Medical Quantification in Historical and Sociological Perspectives//Perspectives historiques et sociologiques sur la quantification médicale, McGill-Queen's Press - MQUP, 2005, p. 150.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • O. Lipkowski, Józefa Joteyko – życie i działalność, PWN, Warszawa 1968.