Jérôme Deneubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jérôme Deneubourg
Jérôme Deneubourg.jpg
Jérôme Deneubourg en 2019.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Jérôme Deneubourg au 20h de France 2 - 6 octobre 2019
Jérôme Deneubourg Journal de 20h, France 2, 6 octobre 2019

Jérôme Deneubourg, né le 7 février 1973 à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne), est un écrivain français, professeur de culture générale en classes de BTS. Ses textes sont des mixtes d'enquêtes journalistiques et de témoignages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Né le 7 février 1973 à Brou (77), Jérôme Deneubourg a vécu jusqu'à douze ans en Seine-et-Marne au cœur du village de Guermantes (77). Après un bac A1, Jérôme Deneubourg a suivi des études de philosophie, obtenu une maîtrise (sujet : Le corps et le langage : le monde du désir) puis un DEA de philosophie - Formes de la Rationalité (sujet : La nudité), enfin un Capes-Cafep de philosophie.[réf. nécessaire]

Œuvres[modifier | modifier le code]

En 2009, Jérôme Deneubourg publie une enquête sur l'affaire Ilan Halimi, L'affaire Ilan Halimi, les clés du procès[1].Le texte est une étude des faits, mais l'auteur s'interroge surtout sur le vocabulaire employé par le principal accusé, Youssouf Fofana (reconnu finalement coupable entre autres de l'enlèvement et de l'assassinat d'Ilan Halimi), un vocabulaire largement antisémite. Alors que bon nombre d'articles visaient à minimiser la portée antisémite du crime, l'auteur a cherché à articuler les propos antisémites du chef du « gang des barbares » avec ses actes. Ainsi, dans un courrier intercepté, l'auteur de l'assassinat, livre sa « définition » des Juifs : "Danger pour l’humanité. Se considèrent comme une race supérieure. Endoctrineur, manipulateur, ennemis à combattre pour le bien-être de l’humanité". L'originalité morbide de ce propos vient qu'il a été mis en œuvre par son auteur au travers des tortures infligées à Ilan Halimi, puis de son assassinat. Ilan Halimi n'a pas été assassiné uniquement parce que les membres de la bande criminelle le pensaient riche, mais d'abord et surtout parce que leur chef estimait que les Juifs étaient des «ennemis à combattre», un groupe social à détruire, car causes du malheur de l'humanité.

A propos de l'auteur, le site de l'éditeur indique : "Quand on l’interroge sur ses motivations, il répond : « En tant que non-juif, j’estimais de mon devoir d’analyser cette affaire. Si c’est un groupe qui est visé, tout être humain a le devoir de s’interposer. La lutte contre les racismes et l’antisémitisme est l’affaire de tous et non uniquement des victimes. S’attaquer à un Juif pour sa religion, c’est bafouer les Droits de l’Homme. C’est au nom de ces Droits que j’écris. »[1]

Parcours d'un donneur de gamètes[2], publié en 2018, est une enquête sur le don de spermatozoïdes en France. Jérôme Deneubourg s'est immergé dans un CECOS (banque de sperme) en effectuant lui-même les démarches qui mènent au don. Son récit interroge philosophiquement le don de gamètes : quelle est cette générosité particulière qui consiste à désirer des enfants, mais sans en avoir de facto ? Au-delà de la réflexion sur le don, le livre critique également la loi actuelle qui refuse l'accès aux origines pour les personnes issues d'un don. En effet, la législation d'aujourd'hui empêche une rencontre entre le donneur et les personnes issues de son don, et ce, même dans le cas où le donneur serait d'accord. À cet égard, les discussions rapportées avec la psychologue du CECOS (manifestement dépassées par les implications philosophiques du sujet) sont savoureuses.

Le texte a reçu le soutien d'Irène Théry (sociologue de la famille) : "Texte incroyable. Passionnant."[3], Vincent Brès (président de l'association PMAnonyme et directeur de la publication du livre : Je suis l'une d'entre elles, éditions L'Harmattan[4]) : "De très loin la plus belle chose que je n'ai jamais lue sur le sujet du don"[3], et enfin, Arthur Kermalvezen (première personne à avoir retrouvé son donneur par le biais des tests ADN et auteur du livre Le fils) : "Une immersion totale dans la peau d'un donneur dont les jeunes issus d'une PMA seraient fiers d'être issus..."[3]

Geneviève Delaisi de Parseval (psychanalyste) a fait la critique du livre dans un article du journal Libération. GAMÈTES, GAME OVER : "Ce petit livre drôle, érudit, cocasse, devrait être lu par tous les décideurs de la future loi de bioéthique, qui devrait enfin voir le jour début 2019", écrit-elle[5].

Mathilde Meurisse (le blog de Mathy[6]) ("Un livre très surprenant, par son sujet bien entendu mais aussi par l'écriture. L'auteur tient un véritable journal intime de son cheminement pour réaliser un don de sperme. Une véritable introspection et une mise en avant d'un milieu qui peut nous être parfaitement inconnu." [6]

Jérôme Deneubourg raconte en vidéo son expérience sur la chaîne des éditions L'harmattan[7].

Le 24 septembre 2019, il a été interviewé par Farida Nouar pour France Info, son portrait est passé dans la Matinale de ce jour[8],[9].

Le dimanche 6 octobre 2019, il a été interviewé par Frédérique Prabonnaud, dans un reportage du 20H de France 2[10],[11].

Dans Qui a peur d'Annie Ernaux ? [12], Jérôme Deneubourg fait le récit d'un avortement clandestin qui a eu lieu en 2016 en Argentine, et dont il a été le témoin direct. Le site des éditions Lunatique indique : « Son texte, écrit dans une langue intime et grave, montre comment les femmes sont contraintes à la clandestinité dans ce pays démocratique et cultivé, berceau de plusieurs prix Nobel et de l'actuel pape François. Ou comment une législation misogyne condamne le « deuxième sexe » à la prison et, indirectement, parfois aux mutilations et à la mort. "J’ai pensé écrire mon journal comme une lettre d’amour", écrit l'auteur dans ce texte d'une intensité bouleversante. »

Dominique Cozette a écrit à propos de ce texte : "C’est une histoire vraie, touchante, sans fioritures, rapportée d’une belle écriture classique, un peu à la Ernaux, qui montre, ce n’est pas courant, comment un homme peut réagir à une épreuve qui concerne les femmes dans leur plus profonde intimité."[13]

Le blog "Le domaine de Squirelito" écrit : "Un document qui permet de montrer une fois de plus l’ineptie contemporaine à refuser aux femmes un droit fondamental et qui est même parfois menacé dans les pays où il existe. L’auteur termine avec un faible espoir de voir une modification de la législation en Argentine lors des élections d’octobre. En attendant, des milliers de femmes souffrent encore de par le monde, voire meurent, parce qu’une grossesse ne peut être interrompue…"[14]

En 2013, Jérôme Deneubourg réalise un court-métrage documentaire sur la guerre d'Algérie[15]. Le personnage principal a refusé de porter des armes, mais s'est trouvé le témoin d'actes de tortures et d'assassinats, et le réfractaire en question n'est autre que son père. Le documentaire – au titre explicite Parler à son père[16] – a reçu le prix du public au festival franco-arabe de Noisy le sec en novembre 2013.

2017, réalisation d'un film sur la fabrication d'une bière artisanale[17].

En 2019, le court-métrage Je serai toujours ton père aborde la même problématique que le livre Parcours d'un donneur de gamètes, mais dans la perspective – fictive – d'une rencontre entre donneur et donataire. L'intrigue se déroule dans un futur proche, où les lois de bioéthique sur la PMA auraient changé. Dans cette fiction, les personnes issues d'un don de spermatozoïdes peuvent désormais contacter leur donneur pour le rencontrer. Un garçon de 16 ans a appris qu'il était issu d'un don. Il hésite à faire les démarches : il a très peur que son père en soit blessé.

« Dans ce court-métrage, j’ai voulu montrer que la rencontre d’un donneur ne va rien enlever de la relation avec le père-d’intention. Chacun a une place, sa place. », explique l'auteur.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Le 4 juin 2019, Jérôme Deneubourg signe, aux côtés de personnalités, dont Irène Théry et Annie Ernaux, une Tribune dans le journal Le Monde pour exiger la légalisation de la possibilité de l'accès aux origines pour les personnes issues d'un don: « L’accès aux origines personnelles doit être garanti à tous les enfants conçus par don »[18].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix du public 2013 au festival franco-arabe de Noisy-le-Sec, pour son documentaire « Parler à son père ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Editions du Cygne - Affaire Ilan Halimi : les clés du procès », sur www.editionsducygne.com (consulté le 28 août 2019)
  2. « Parcours d'un donneur de gamètes, Jérôme Deneubourg - livre, ebook, epub », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 28 août 2019)
  3. a b et c Deneubourg, Jérôme, 1973-, Parcours d'un donneur de gamètes (ISBN 9782140097478 et 2140097475, OCLC 1076269403, lire en ligne)
  4. [http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62554&motExact=0&motcle=&mode=AND « Je suis l'une d'entre elles - La première génération de personnes concues par PMA avec don témoigne, Vincent Br�s - livre, ebook, epub »], sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 28 août 2019)
  5. « Gamètes, game over », sur Libération.fr, (consulté le 28 août 2019)
  6. a et b Mathy, « La bibliothèque de Mathy: En 2 minutes chrono : mes avis lecture [Adulte] #19 », sur La bibliothèque de Mathy, (consulté le 2 septembre 2019)
  7. « PARCOURS D'UN DONNEUR DE GAMÈTES - Jérôme Deneubourg » (consulté le 28 août 2019)
  8. « "Je n'étais traité que comme de la chair génétique" : un homme raconte pourquoi il milite pour la levée de l'anonymat des donneurs de sperme », sur Franceinfo, (consulté le 24 septembre 2019)
  9. « France Info septembre 2019 » (consulté le 23 octobre 2019)
  10. « JT 20H du 6 octobre France 2 » (consulté le 23 octobre 2019)
  11. « Dons de sperme : quelles conséquences après la levée de l'anonymat des donneurs ? », sur Franceinfo, (consulté le 23 octobre 2019)
  12. « Qui a peur d'Annie Ernaux ? | éditions Lunatique », sur lunatique (consulté le 28 août 2019)
  13. « Cozette vide sa plume » L’avortement vu par un homme » (consulté le 12 décembre 2019)
  14. « Le domaine de Squirelito » (consulté le 12 décembre 2019)
  15. « Bande annonce "Parler à son père" » (consulté le 28 août 2019)
  16. « Court-métrage documentaire "Parler à son père" - réalisation Jérôme Deneubourg » (consulté le 28 août 2019)
  17. « Comment faire de la bière artisanale : le Tuto Zymokit complet » (consulté le 28 août 2019)
  18. « « L’accès aux origines personnelles doit être garanti à tous les enfants conçus par don » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]