Jérôme David

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jérôme David
Album des députés au Corps législatif entre 1852-1857-David.jpg
Fonctions
Député
Conseiller général (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
LangonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jérôme Frédéric Paul, baron David, né à Rome le et mort à Langon le , est un officier, journaliste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du peintre Jacques-Louis David, il a pour parrain le roi Jérôme Bonaparte, qui était en fait son père biologique[1]. Il épousa en janvier 1853 Jeanne Cécile Elisa Merle (dite Larissa), fille d'un gros propriétaire et maire de Langon[2], dont il eut deux enfants, Jérôme (1854-1874, mort en duel) et Marie-Thérèse (1856-1872), décédés avant lui sans postérité.

Jérôme David entame une carrière militaire et intègre Saint-Cyr en 1842 (promotion 1842-1844, dite « du Tremblement »[3]). Il démissionne de l'armée en 1857 pour entrer ensuite en politique. Il est député de la Gironde du 1er mai 1859 au 27 octobre 1881, et ministre de l'agriculture et du commerce du au dans le gouvernement Charles Cousin-Montauban.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gonzague Saint Bris, Les Anglons dispersés, Jean-Claude Lattès, 1993 (ISBN 2-7096-1246-1)
  2. Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, , 633 p. (lire en ligne), p. 216
  3. Ce nom est choisi par la 26e promotion de Saint-Cyr à la suite du tremblement de terre qui détruisit Pointe-à-Pitre, la capitale de la Guadeloupe, en février 1843.

Lien externe[modifier | modifier le code]