Jénine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jénine
Administration
Pays Drapeau d’Israël Israël
Territoire Cisjordanie
Gouvernorat Gouvernorat de Jénine
Maire Hadem Rida
Démographie
Gentilé Jéninois
Population 39 004 hab. (2007)
Densité 1 046 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 27′ 42″ nord, 35° 18′ 05″ est
Superficie 3 730 ha = 37,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Israël

Voir sur la carte administrative d'Israël
City locator 14.svg
Jénine

Jénine (en arabe : جنين, en hébreu : ג'נין) est une ville et capitale du gouvernorat de Jénine en Cisjordanie et un important marché agricole palestinien. Le nom de Jénine désigne également le district auquel la ville appartient dans son ensemble, et le camp de réfugiés de Jénine. La ville comptait 39 004 habitants en 2007 et le camp de réfugiés en comptait 10 371. L'agglomération (càd le district) avait une population de 256 619 habitants en 2007.

Cette ville, qui était sous l'administration de l'Autorité palestinienne depuis l'application des Accords d'Oslo, fut à nouveau sous l'autorité israélienne au cours de l'opération militaire "Rempart" menée en 2002.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un camp de réfugiés palestiniens est installé à Jénine à la suite de la guerre israélo-arabe de 1948. Ce camp est notamment évoqué dans le roman de Susan Abulhawa, The Scar of David, publié en 2006 (et en 2008, en français sous le titre : Les Matins de Jénine).

Incursion israélienne à Jénine en 2002[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Rempart.

L'assaut contre le camp de réfugiés de Jénine, considéré alors par les Israéliens comme une pépinière d'auteurs d'attentats-suicides (surnommés par la presse kamikazes), a duré du 3 au 19 avril 2002, dans le cadre de l'opération Rempart. L'objectif d'Israël, dans cette opération, était de rechercher des membres d'organisations terroristes, après l'attentat du 27 mars 2002 à l'hôtel Park de Netanya. Les forces de défense israéliennes ont fait face à une forte résistance palestinienne. Une partie du camp a été rasé au bulldozer[1].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Le Cinema Jenin, fermé depuis 1987, a rouvert ses portes en août 2010.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Dhombres, « Les morts de Jénine », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]