Ivanka Trump

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trump et Famille Trump.

Ivanka Trump
Illustration.
Ivanka Trump en 2018.
Fonctions
Conseillère du président des États-Unis[1]
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 2 jours)
Président Donald Trump
Biographie
Nom de naissance Ivanka Marie Trump
Date de naissance (36 ans)
Lieu de naissance Manhattan, New York, NY, États-Unis
Nationalité américaine
Parti politique Parti républicain[2]
Conjoint Jared Kushner (depuis 2009)
Famille Donald Trump, Jr. (frère)
Eric Trump (frère)
Tiffany Trump (demi-sœur)
Barron Trump (demi-frère)
Profession Femme d'affaires
Ancien mannequin
Religion Judaïsme

Ivanka Trump est une femme d'affaires et ancien mannequin américain, née le à Manhattan.

Elle est la fille de Donald Trump, 45e président des États-Unis, et de la première épouse de celui-ci, Ivana Trump. Elle est vice-présidente du département « développement et acquisitions » de la compagnie de son père, The Trump Organization.

Après avoir activement participé à la campagne politique de son père pour l'élection présidentielle américaine de 2016, elle travaille à la Maison-Blanche depuis l'investiture de celui-ci.

Famille[modifier | modifier le code]

Origines et naissance[modifier | modifier le code]

Article connexe : famille Trump.

Fille du magnat américain Donald Trump et de sa première épouse, Ivana Zelníčková, Ivanka Trump est née à Manhattan à New York le 30 octobre 1981. Ses parents divorcent en 1991, alors qu'elle a neuf ans. Elle a deux frères, Donald Jr. et Eric ; une demi-sœur, Tiffany ; et un demi-frère, Barron[3],[4].

Mariage[modifier | modifier le code]

Le mari d'Ivanka, Jared Kushner, en 2008 (avant leur mariage).

Pendant ses études, elle a une relation de près de quatre ans avec Greg Hersch, un banquier d'investissement chez Salomon Brothers, Bear Stearns et UBS[5],[6]. De 2001 à 2005, elle fréquente James "Bingo" Gubelmann[7],[8],[5]. En 2005, elle commence à fréquenter le promoteur immobilier Jared Kushner[9]. Le couple rompt, en 2008, en raison des objections des parents de Kushner[9], mais ils renouent finalement et se marient lors d'une cérémonie juive le [9],[10]. Ivanka Trump et Jared Kushner ont trois enfants : une fille Arabella Rose Kushner née le 17 juillet 2011[11],[12] et deux garçons Joseph Frederick Kushner né le 14 octobre 2013 et Theodore James Kushner né le 27 mars 2016[13]. En janvier 2017, Jared Kushner est nommé par Donald Trump Haut conseiller du président des États-Unis[14].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Elle a des liens d'amitié avec Chelsea Clinton, la fille d'Hillary Clinton, la principale adversaire de Donald Trump lors de l'élection présidentielle américaine de 2016. Chelsea Clinton dit à son propos : « There's nothing skin-deep about Ivanka. And I think that's a real tribute to her because certainly anyone as gorgeous as she is could have probably gone quite far being skin-deep[n. 1]. »[15]. Son cercle d'amis comprend également Georgina Bloomberg (en), la fille de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York[16].

Ivanka Trump a une relation étroite avec son père, qui a publiquement exprimé à de nombreuses occasions son admiration pour sa fille[17],[18]. Ivanka a également fait l'éloge de son père, complimentant ses compétences en leadership et affirmant qu'il permet aux autres de développer leur potentiel[19].

Ivanka Trump a été élevée dans le culte presbytérien[20], mais avant son mariage, en juillet 2009, et après avoir étudié à l'école orthodoxe moderne Ramaz School (en) avec le rabbin Elie Weinstock, elle se convertit au judaïsme[21],[22],[23] et prend le nom hébreu de Yaël[24]. Elle décrit sa conversion comme un « voyage extraordinaire et beau », et précise que son père l'a soutenue dès le début, en raison de son respect pour la religion juive[25]. Pratiquante, elle dit respecter le chabbat et l’alimentation casher et elle envoie sa fille à la maternelle dans une école juive de New York[15],[25]. Elle visite également l'Ohel[n. 2], un lieu de pèlerinage populaire, peu de temps avant l'élection de son père[26]. Ivanka déménage à Washington D.C, avec son mari, le [27].

Formation[modifier | modifier le code]

Ivanka suit des cours à l'école Chapin (en) à Manhattan jusqu'à l'âge de 15 ans, puis elle rejoint la Choate Rosemary Hall à Wallingford dans le Connecticut[7]. Diplômée de l'école Choate[8], elle étudie à l'université de Georgetown durant deux années. En 2004, elle est finalement diplômée de la Wharton School de l'université de Pennsylvanie, avec un baccalauréat universitaire[7],[28],[5].

Ivanka Trump parle l'anglais, mais également le français. Elle dispose de connaissances élémentaires en tchèque[8],[29].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Monde des affaires[modifier | modifier le code]

Ivanka Trump en 2007.

Avant de rejoindre l'entreprise familiale, Ivanka Trump travaille brièvement pour Forest City Enterprises (en)[30]. En 2007, elle s'associe à un vendeur de diamant, Dynamic Diamond Corp., pour créer Ivanka Trump Fine Jewelry, une ligne de bijoux en or et diamants vendue dans un premier magasin de vente au détail ouvert à cette occasion à Manhattan[31],[32]. En novembre 2011, ce premier magasin déménage de Madison Avenue au 109 Mercer Street pour disposer d'un plus grand espace dans le quartier branché à SoHo[33],[34]. Le 2 octobre 2015, le site de vente au détail racked.com rapporte que le magasin-phare d'Ivanka Trump sur Mercer Street est fermé et qu'il ne sait pas exactement quand le magasin a cessé de faire des affaires[35]. En octobre 2016, le site internet de la marque répertorie un unique magasin dédié situé dans la Trump Tower, la marque est également disponible dans des bijouteries à travers les États-Unis et le Canada, ainsi qu'au Bahreïn, au Koweït, au Qatar, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis[36].

En 2009, elle publie un livre, The Trump Card : Playing to Win in Work and Life, qui donne des conseils pour réussir dans le monde des affaires sur la base de sa propre expérience et de celle acquise auprès de son père[n. 3]. Elle occupe un rôle de vice-président exécutif du développement et des acquisitions à The Trump Organization[37],[5]. Elle siège également au conseil d'administration de l'organisation 100 Women in Hedge Funds (en) qui offre un soutien aux femmes, professionnelles de la finance[38].

Marque Ivanka Trump[modifier | modifier le code]

Ivanka Trump a également développé sa propre ligne d'articles de mode, vêtements, sacs à main, chaussures et accessoires, qui est disponible dans les grands magasins américains[39].

Sa marque a notamment été critiquée pour avoir copié d'autres créateurs de mode[40],[41], et par la PETA et d'autres organisations des droits des animaux pour son utilisation de la fourrure de lapin dans certains de ses produits[42],[43]. En 2016, la Consumer Product Safety Commission a également rappelé des foulards de la marque Ivanka Trump, car ils ne répondaient pas aux normes fédérales d'inflammabilité[44],[45]. Une analyse 2016 révèle que la plupart des produits de sa ligne de mode sont fabriqués à l'extérieur des États-Unis[46].

En , un militant de l'ONG China Labor Watch qui enquêtait sur des usines sous-traitant la production de la marque Ivanka Trump est arrêté et deux autres sont portés disparus. Les usines en question sont soupçonnées de pratiques portant atteinte aux travailleurs[47],[48],[49].

Répercussions de la présidence Trump[modifier | modifier le code]

En 2017, à la suite de l'élection de son père Donald Trump comme président des États-Unis, une campagne de boycott est lancée à l'encontre des produits Ivanka Trump, notamment par la chaîne de magasins Nordstrom[50],[51]. À la suite de cela, la conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, appelle à la télévision à acheter des produits Ivanka Trump, suscitant des critiques et des accusations de conflits d'intérêts[52],[50].

Mannequinat[modifier | modifier le code]

Ivanka Trump fait sa première couverture de magazine en 1997 pour le mensuel Seventeen. Elle effectue ensuite des défilés de mode pour Versace, Marc Bouwer (en) et Thierry Mugler et des campagnes publicitaires pour Tommy Hilfiger et Vidal Sassoon. En août 2006, puis en septembre 2007, elle est présente sur la couverture de Stuff. Elle fait également les couvertures de Forbes, Golf Magazine, Avenue (en), DT, Elle Mexico et Top Choice Magazine[53],[54] et dans le numéro d'octobre 2007 du Harper's Bazaar[55]. Elle a également figuré à plusieurs reprises dans le magazine Love FMD magazine[56],[57].

Elle obtient la 83e place en 2007 dans le classement Hot 100 du magazine Maximal. Elle est également classée 99e en 2007 et 84e en 2008 dans le Top 99 des femmes sur le site AskMen. Ivanka Trump dispose également d'une entrée dans la base professionnelle du mannequinat et des agences de mannequins, Fashion Model Directory (en)[58].

Le Wharton Club de New York, un club d'anciens étudiants de la Wharton School de l'université de Pennsylvanie lui a décerné le Joseph Wharton Young Leadership Award en 2012 pour « for being a Wharton alumnus who, early in her career, has demonstrated great potential for leadership and lasting impact[n. 4]. »[59].

Télévision[modifier | modifier le code]

En 2006, elle remplace Carolyn Kepcher (en) pour cinq épisodes de la cinquième saison de l'émission télévisée de son père The Apprentice (en)[60]. Trump collabore ensuite avec le gagnant de la saison 5 Sean Yazbeck (en) sur le projet du vainqueur, Trump SoHo Hotel-Condominium[61],[62]. Elle remplace à nouveau Carolyn Kepcher en tant que juge dans la sixième saison de The Apprentice (en) et son itération The Celebrity Apprentice. Elle poursuit cette activité, apparaissant ensuite de manière récurrente dans le générique de l'émission avec son père et ses frères.

En 1997, elle commente le concours Miss Teen USA 1997 (en), qui est partiellement détenu par son père, Donald Trump. En 2003, elle apparaît dans Born Rich, un documentaire sur l'expérience de grandir parmi les familles les plus riches du monde. Elle participe à l'émission The Tonight Show with Jay Leno en avril 2006 et à Late Show with David Letterman en avril 2007. Ivanka Trump est juge invitée de la troisième saison de l'émission Projet haute couture, un concours de créateur de mode. En avril 2007, elle participe au Creating Wealth Summit à Milwaukee dans le Wisconsin. On lui propose de participer à émission The Bachelorette (en), mais elle décline l'offre[63]. Le 25 octobre 2010, Ivanka et son mari, Jared Kushner, sont brièvement dépeints dans la saison 4, épisode 6 de Gossip Girl[64].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Ivanka Trump prononçant un discours à Ashton, en Pennsylvanie, le .

Ivanka Trump affirme au sujet de ses opinions politiques qu'elle ne se considère pas catégoriquement comme républicaine ou démocrate[65]. En 2007, elle fait don de 1 000 $ à la campagne présidentielle d'Hillary Clinton[66]. En 2012, elle soutient la candidature de Mitt Romney à la présidentielle[67]. En 2013, Ivanka et son mari organisent une collecte de fonds pour le démocrate Cory Booker. Le couple récolte plus de 40 000 $ pour sa campagne au Sénat des États-Unis[68]. Elle affirme également son soutien à la cause des femmes et d'Israël[25].

En 2015, Ivanka approuve publiquement la campagne présidentielle de son père et s'implique dans cette dernière en faisant des apparitions publiques pour le soutenir et le défendre[69],[70],[71]. Cependant, elle a admis des sentiments mitigés au sujet des ambitions présidentielles de son père, en disant : « As a citizen, I love what he’s doing. As a daughter, it’s obviously more complicated[n. 5]. »[72]. En août 2015, Donald Trump déclare au sujet de sa fille qu'elle est sa principale conseillère sur les sujets de la santé et des femmes[73],[74]. En janvier 2016, Ivanka vante les mérites de son père dans une campagne publicitaire radiodiffusée dans les États de l'Iowa et le New Hampshire[75],[76]. Elle apparaît à ses côtés à la suite des résultats dans les premiers États pour les primaires républicaines, et prend notamment la parole en Caroline du Sud[77],[78]. Elle n'a pas été en mesure de voter pour son père pour la primaire à New York parce qu'elle a raté la date limite d'inscription des électeurs ; les indépendants n'étant pas autorisés à voter, elle aurait dû s'enregistrer en tant que républicaine en octobre 2015 au plus tard[79].

Après la victoire de son père à la primaire républicaine, Ivanka Trump participe à la Convention nationale républicaine de 2016 (en)[80]. Elle fait le discours d’introduction de Donald Trump à la Convention[81]. La chanson Here Comes the Sun de George Harrison est notamment utilisée comme musique d'entrée, ce qui a déplu aux héritiers du musicien. Lors de ce discours, elle a déclaré que l'un des plus grands talents de son père est de voir le potentiel chez les gens et que son père rendra sa grandeur à l'Amérique. Certains commentateurs politiques ont cependant estimé que ses positions politiques étaient plus proches d'Hillary Clinton que de son père[82],[83]. Après la victoire de Donald Trump, lorsque Nancy Pelosi, chef de file des démocrates à la Chambre des représentants, appelle le nouveau président, ce dernier lui passe sa fille Ivanka afin d'évoquer le sujet du congé parental d'éducation ; elle rencontre également Al Gore[84]. Le 18 novembre 2016, elle participe à la rencontre entre le président élu et le Premier ministre japonais Shinzō Abe[85].

La chancelière allemande Angela Merkel, Jared Kushner, Donald Trump et Ivanka Trump en mars 2017.

Travaillant auprès de son père (comme son mari Jared Kushner, conseiller du président), Ivanka dispose d’un bureau dans l’aile Ouest de la Maison-Blanche[86]. Elle s'investit notamment sur l'égalité salariale hommes-femmes, la place des femmes dirigeantes et les créatrices d'entreprises. À l'invitation de la chancelière allemande Angela Merkel, elle effectue son premier déplacement officiel à l'étranger fin avril au sommet Women 20 à Berlin[87]. En mai-juin 2017, elle plaide, en vain, auprès de son père pour que les États-Unis ne quittent pas l'accord de Paris sur le climat. Depuis le début de la présidence, elle fait partie, avec son mari Jared Kushner, de l'aile modérée du cabinet du président, « force clé, censée modérer les élans des populistes » auprès du président, comme le conseiller Stephen Bannon[88]. En juillet 2017, elle remplace pendant une réunion son père au sommet du G20 de 2017 ; elle s'est par ailleurs entretenue avec plusieurs dirigeants internationaux. Elle organise chez elles des dîners bipartismes, avec des élus républicains et démocrates[89]. Son influence amène certains commentateurs à voir en elle la « seule Première dame des États-Unis », par rapport à sa belle-mère Melania Trump, beaucoup moins présente[90],[91]. Début 2018, elle conduit la délégation américaine à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'hiver en Corée du Sud et assiste en mai à l'inauguration de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem avec son mari. Son influence auprès du président est cependant jugée moins importante qu'un an plus tôt[92].

Publications[modifier | modifier le code]

  • The Trump Card, éd. Touchstone,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Traduction : Il n'y a rien de superficiel chez Ivanka. Et je pense que c'est véritablement un compliment à son sujet car certainement une personne aussi magnifique qu’elle devrait être très superficielle.
  2. Ce lieu de pèlerinage accueil les sépultures des leaders spirituels du judaïsme Menachem Mendel Schneerson et Yossef Yitzchok Schneersohn.
  3. Voir (en) Ivanka Trump, 'The Trump Card : Playing to Win in Work and Life, Touchstone Books, , 241 p. (ISBN 978-1439140017)
  4. Traduction: [...] un ancien élève de Wharton qui, au début de sa carrière, a fait preuve d'un grand potentiel de leadership et d'un impact durable.
  5. Traduction : En tant que citoyen, j'aime ce qu'il fait. Comme fille, c'est évidemment plus compliqué.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ne fait pas partie du gouvernement.
  2. (en) « My Voter Detail Release Version 2.20.0 », sur voterlookup.elections.state.ny.us.
  3. Adrien Lelievre, « La campagne de Donald Trump, une affaire de famille », Les Echos.fr,‎ (lire en ligne).
  4. « Qui est qui dans la famille Trump », sur rtbf.be, (consulté le 13 novembre 2016).
  5. a, b, c et d (en) Lisa DePaulo, « Ivanka Trump's Plan For Total World Domination », GQ,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Andrew Welsch, « $2B Advisor Leaves UBS », OnWallStreet, .
  7. a, b et c (en) George Gurley, « Trump Power », Marie Claire, (consulté le 19 février 2010).
  8. a, b et c (en) Jonathan Van Meter, « Did Their Father Really Know Best? », New York Magazine,‎ (lire en ligne).
  9. a, b et c (en) Lizzie Widdicombe, « Ivanka and Jared’s Power Play », The New Yorker, (consulté le 30 septembre 2016).
  10. (en) « Ivanka Trump Marries Jared Kushner in Lavish Ceremony », people.com, (consulté le 21 février 2011).
  11. (en) « Ivanka Trump and Jared Kushner welcome baby girl », Herald Sun,‎ (lire en ligne).
  12. (en) « Ivanka Trump tweets birth announcement of 1st child, a daughter born in NYC », Washington Post,‎ (lire en ligne).
  13. (en) « Ivanka Trump Gives Birth to Theodore James Kushner », NBC News, (consulté le 6 mars 2016).
  14. (fr) « Donald Trump nomme son gendre Jared Kushner à la Maison Blanche », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  15. a et b (en) Jonathan Van Meter, « Ivanka Trump Knows What It Means to Be a Modern Millennial », Vogue (magazine),‎ (lire en ligne).
  16. (en) Gabrielle Bluestone, « Horse Girl Georgina Bloomberg Trying To Make This About Her », sur Gawker.com, .
  17. (en) « Donald Trump's brilliant daughter Ivanka is a businesswoman and mom », Business Insider,‎ (lire en ligne).
  18. (en) Nancy Benac, « All about Ivanka: Trump's daughter, political muse and deal-maker — in stiletto heels », StarTribune,‎ (lire en ligne).
  19. (en) Corinne Heller, « Ivanka Trump "Proud" of Dad Donald Trump Over His Presidential Run, But It's Also "Complicated" for Her », eonline.com,‎ (lire en ligne).
  20. (en) Melanie Dostis, « Zooey Deschanel joins these other stars who changed their religion for love », New York Daily News,‎ (lire en ligne).
  21. (en) « Ivanka Trump visits the Lubavitcher rebbe’s grave ahead of election », sur JTA, (consulté le 14 novembre 2016).
  22. (en) « Report: Tycoon Donald Trump's daughter converting to Judaism », haaretz.com,‎ (lire en ligne).
  23. (en) Lesley Messer, « Ivanka Trump Converts to Judaism for Fiancé », People,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Lesley Messer, « Ivanka Trump Opens Up About Converting to Orthodox Judaism », Good Morning America,‎ (lire en ligne).
  25. a, b et c (en) Barney Breen-Portnoy, « Ivanka Trump at Florida Synagogue : My Father Called Before Jewish High Holidays and Said ‘You Better Pray Hard for Me’ », The Algemeiner,‎ (lire en ligne).
  26. (en) Allison Kaplan Sommer, « Ivanka Trump, Jared Kushner Visit Lubavitcher Rebbe's Grave to Pray for Election Victory », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  27. Baptiste Erondel, « Ivanka Trump et son mari vont s'installer à Washington », Madame Figaro,‎ (lire en ligne).
  28. (en) Ruth La Ferla, « Introducing the Ivanka », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  29. (en) « Ivana Trump Now Fashions Herself As Plaza's Innkeeper », The Morning Call (en),‎ (lire en ligne).
  30. (en) Stephane Fitch, « The Real Apprentices », Forbes.com,‎ (lire en ligne).
  31. (en) « If I Owned: Ivanka Trump », InStoreMag.com, (consulté le 27 octobre 2016).
  32. (en) « About », .
  33. (en) Anthony DeMarco, « Luxury Jewelry Brands Ivanka Trump and Aaron Basha Relocate N.Y. Boutiques », Forbes.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  34. (en) Lauren Murrow, « Now Open: Inside Ivanka Trump’s New Diamond-Packed Boutique », nymag.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  35. (en) Laura Gurfein, « Discontinued: Ivanka Trump's Soho Flagship Has Quietly Shuttered », ny.racked.com, (consulté le 21 octobre 2016).
  36. (en) « Store Locator: International Locations », ivankatrumpfinejewelry.com (consulté le 21 octobre 2016).
  37. (en) « Who is Ivanka Trump? Fashion designer, trusted adviser », USA Today,‎ (lire en ligne).
  38. (en) « Ivanka Trump », sur 100womeninhedgefunds.org (consulté le 27 septembre 2014).
  39. (en) « Who is Ivanka Trump? Fashion designer, trusted adviser », USA Today,‎ (lire en ligne).
  40. (en) Brian Moylan, « Ivanka Trump Accused of Stealing Designs from Actual Fashion Designer », gawker.com,‎ (lire en ligne).
  41. (en) David Yi, « Ivanka Trump accused of copying popular shoe design ».
  42. (en) « PETA tries to pull the rabbit out of Ivanka Trump's hat - », .
  43. (en) Gregory Krieg, « PETA tries to pull the rabbit out of Ivanka Trump's hat », CNN.
  44. (en) Byron Tau, « Safety Agency Recalls Ivanka Trump-Brand Scarves Over ‘Burn Risk’ », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  45. (en) Erin Dooley, « Ivanka Trump Scarves Recalled Over 'Burn Risk' », ABC News, .
  46. (en) Jordyn Phelps, « Trump Decries Outsourcing but Much of Family Brand Is Made Abroad », sur ABC News, (consulté le 22 juillet 2016).
  47. (en) « Un militant qui enquêtait sur la marque d'Ivanka Trump arrêté en Chine, 2 autres disparus », sur Huffington Post, (consulté le 31 mai 2017).
  48. Jill Disis, « China activists detained in probe of Ivanka Trump supplier won't be released », sur CNNMoney, (consulté le 14 juin 2017).
  49. (en-GB) Krithika Varagur, « Revealed: reality of life working in an Ivanka Trump clothing factory », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  50. a et b « États-Unis : la conseillère de Trump fait la promotion des produits d'Ivanka », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  51. « Ivanka Trump : Sa marque est de plus en plus boycottée... Son père vient à sa rescousse ! », Public.fr,‎ (lire en ligne).
  52. « Maison Blanche : nouvelle controverse sur les conflits d'intérêts », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  53. (en) « Fall 2012 – Cover – Ivanka Trump » [archive du ], topchoicemagazine.com (consulté le 29 juillet 2014).
  54. (en) « Dominatrix babe is a top Trump », sur thesun.co.uk, News Group Newspapers Limited, .
  55. (en) Bill Keith, « Ivanka on Top », Stuff Magazine,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  56. (en) « Photo of model Ivanka Trump - ID 21133 - Models », fashionmodeldirectory.com.
  57. (en) « Photo of model Ivanka Trump - ID 345808 - Models », fashionmodeldirectory.com.
  58. (en) Ivanka Trump sur The Fashion Model Directory..
  59. (en) « Joseph Wharton Award Recipients » (consulté le 20 octobre 2016).
  60. (en) « Ivanka Trump to appear on 'Apprentice' », today.com,‎ (lire en ligne).
  61. (en) « Soho Hotel, Downtown New York Hotels » [PDF], sur trumpsohohotel.com.
  62. (en) « Dossier de presse » [PDF], sur TrumpSOHO.com, .
  63. (en) « Ivanka Trump: I Love My Dad's Hair », People,‎ (lire en ligne).
  64. (en) « Easy J, Gossip Girl, Full Cast & Crew », sur imdb.com, .
  65. (en) Noor Al-Sibai, « Transcript Of Ivanka Trump's RNC Speech Highlights How Dedicated She Is To Her Dad », Bustle,‎ (lire en ligne).
  66. (en) Robert Yoon, « Celebrities ante up for Democratic campaigns », CNN,‎ (lire en ligne).
  67. (en) Christian Heinze, « Ivanka Trump endorses Romney, praises his 'business intelligence' », TheHill.com,‎ (lire en ligne).
  68. (en) Alisa Wiersema, « Ivanka Trump Switches Teams For Cory Booker », ABC News,‎ (lire en ligne).
  69. (en) Tierney McAfee, « Melania Trump Makes Her First Appearance on Campaign Trail... », People,‎ (lire en ligne).
  70. (en) « Ivanka Trump: Dad '100 percent believes in equality of gender' », CNN,‎ (lire en ligne).
  71. (en) Cassie Spodak, « Trump stands by immigration remarks, blames media », CNN,‎ (lire en ligne).
  72. (en) Eliza Collins, « Ivanka Trump on how she feels about her dad's run: It's complicated », Politico.com,‎ (lire en ligne).
  73. (en) « Ivanka Trump: The Woman Donald Trump Cherishes Most », newsmax.com,‎ (lire en ligne).
  74. (en) Melinda Henneberger, « The woman Trump cherishes most is daughter Ivanka », The Detroit News,‎ (lire en ligne).
  75. (en) Donovan Slack, « Ivanka Trump: My dad is the best! », USA Today,‎ (lire en ligne).
  76. (en) Veronica Stracqualursi, « New Donald Trump Radio Ad Features Daughter Ivanka », ABC News,‎ (lire en ligne).
  77. (en) Amanda Ota, « Trump declares victory in South Carolina primary », KOMO (AM), Washington,‎ (lire en ligne).
  78. (en) Justin Holcomb, « Victory Speech, Trump Sacks 'Bush Country', Dominates the First Southern State », townhall.com,‎ (lire en ligne).
  79. (en) Tom LoBianco, « Trump children unable to vote for dad in NY primary », CNN, .
  80. Maurin Picard, « Ces conventions qui ont divisé l'Amérique », Le Figaro,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  81. (en) Sunlen Serfaty, « Ivanka Trump delivers in prime-time », CNN,‎ (lire en ligne).
  82. (en) Callum Borchers, « Ivanka Trump continues to impress the media that her father feuds with », Washington Post,‎ (lire en ligne).
  83. (en) Paul Owen et Scott Bixby, « 'The greatest asset Trump has': Ivanka gets rave reviews for Cleveland speech », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  84. Sarah Ellison, « Les golden girls de Trump », Vanity Fair no 44, mars 2017, pages 94-101.
  85. Olivier O'Mahony, « Ivanka Trump, la seconde First Lady », parismatch.com, 7 janvier 2017.
  86. « La semaine de Trump. La santé, un échec majeur », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  87. Guyonne de Montjou, « Ivanka Trump, l'autre Première dame », Le Figaro Magazine, semaine du 21 avril 2017, page 23.
  88. Laure Mandeville, « À la Maison-Blanche, Bannon a cette fois-ci gagné la bataille », Le Figaro, samedi 3 / dimanche 4 juin 2017, page 4.
  89. Olivier O'Mahony, « Ivanka, incontournable », Paris Match, semaine du 2 au 8 novembre 2017, pages 84-89.
  90. « G20 à Hambourg: Donald Trump se fait remplacer par sa fille Ivanka Trump à la table des discussions », huffingtonpost.fr, 8 juillet 2017
  91. Anthony Berthelier, « Ivanka Trump, la fille de Donald Trump, s'est imposée comme la seule Première dame des États-Unis en 100 jours », huffingtonpost.fr, 28 avril 2017.
  92. Kahina Sekkai, « Ivanka Trump en invitée spéciale pour l'ambassade américaine à Jérusalem », parismatch.com, 14 mai 2018.