Ivan Rand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rand.

Ivan Rand, C.C. ( - )[1] était avocat, homme politique, professeur et juge puîné de la Cour suprême du Canada[2].

Il est né à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Il reçoit le baccalauréat-ès-arts de l'Université Mount Allison en 1909, et le baccalauréat en droit de la Faculté de droit de Harvard en 1912[1]. Entre 1912 et 1920, il pratique le droit à Medicine Hat en Alberta. En 1920 il retourne à Moncton et devient avocat-conseil pour la Compagnie des chemins de fer Canadien National (CN)[1].

En 1924 il est nommé procureur général du Nouveau-Brunswick au gouvernement libéral de Peter Veniot. Il est membre de l'assemblée législative du Nouveau-Brunswick du février au juin 1925[1].

Le 22 avril 1943, il est nommé juge de la Cour suprême du Canada, poste qu'il détiendra pendant seize années[1].

En 1946, il agit comme arbitre pour régler une grève à la compagnie Ford. Sa décision arbitrale introduit la formule Rand aux relations industrielles au Canada[1]. Cette formule établit que tout employé d'un unité de négociation régi par une convention collective doit payer la cotisation syndicale, qu'il soit membre du syndicat ou non.

En 1947, il représente le Canada au Comité spécial des Nations unies sur la Palestine (UNSCOP)[1]. Il favorise la position sioniste et exerce une influence importante au sein du Comité pour faire adopter le Plan de partage de la Palestine, ce qui mène à la création éventuelle de l'état d'Israël.

Il se retire de la Cour suprême en 1959 à l'âge de 75 ans. Il devient alors le premier doyen de l'École de droit de l'Université de Western Ontario de 1959 à 1964.

Il est nommé compagnon de l'ordre du Canada le [2]. Il est mort le [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g L’honorable Ivan Cleveland Rand Cour suprême du Canada (avec photo), consulté le 20 juin 2015
  2. a b et c « Ivan C. Rand, C.C. », sur Le gouverneur général du Canada (consulté le 7 février 2011)