Ivan Iline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ilyne.
Ivan Iline
Iljin02.jpg

Ivan A. Iline.

Naissance
Décès
Nationalité

Ivan Alexandrovitch Iline (en russe : Иван Александрович Ильин), né le à Moscou (Russie), mort le à Zollikon (Suisse), était un philosophe russe monarchiste qui émigra de Russie bolchevique en 1922.

Famille[modifier | modifier le code]

Iline descendait d'une famille aristocratique, descendante des Rurikides. Le père du philosophe, Alexandre Ivanovitch Iline (1851-1921), avocat, était le filleul de l'empereur Alexandre II. Sur la Table des rangs, il était secrétaire de gouvernement et avait passé son enfance au Kremlin de Moscou, car son propre père[1] était commandant du palais. Sa mère, née Caroline Louise Schweikert von Stadion (1858-1942), était une Allemande de Russie de confession luthérienne et le père de celle-ci, Julius Schweikert von Stadion (1805-1876), était conseiller de collège sur la Table des rangs. Elle se convertit à l'orthodoxie, sous le nom de Catherine (Ekaterina) Youlievna Ilina, lorsqu'elle épousa en 1880, en l'église de la Nativité du village de Bykovo (près de Moscou), Alexandre Iline. Il était propriétaire du domaine Les Grandes clairières, dans le gouvernement de Riazan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ivan Iline par Mikhaïl Nesterov.

Il est baptisé le 22 avril en l'église de la Nativité de la Vierge, Porte de Smolensk à Moscou. Il étudie au lycée no  5 de Moscou, puis au lycée no  1. Il termine ses études secondaires classiques en 1901 avec médaille d'or. Il maîtrise alors le grec, le latin, le slavon, le français et l'allemand. En 1906, il sort de la faculté de droit de l'Université impériale de Moscou. Il y obtient un poste d'assistant et donne des cours aussi à l'université féminine. En 1909, il est maître de conférence à la chaire d'histoire du droit.

Il devient professeur de droit en 1918, après avoir soutenu sa thèse sur La philosophie de Hegel en tant que doctrine sur le concret de Dieu et de l'être humain.

En 1905, Iline est plutôt favorable à certains aspects de la révolution et se trouve proche des milieux intellectuels de sa tante Lioubov qui avait épousé un professeur juif, mais il désapprouve les désordres. En fait, il épouse les thèses du parti KD, étant lui-même le mari de Nathalie Vokatch (1882-1962), nièce du président de la première Douma, Sergueï Mouromtsev. Son attention est ensuite polarisée par son doctorat et il évolue vers l'aile droite du parti cadet.

En 1911, il passe une année en Europe occidentale pour travailler à sa Crise de la philosophie rationaliste en Allemagne au XIXe siècle. Il retourne à la faculté pour donner un cycle de conférences sur la philosophie du droit. Il donne ensuite d'autres cours dans différents instituts, dont l'École de commerce de Moscou. Lorsque la guerre éclate, il est opposant à la guerre, mais puisque la Russie impériale doit être défendue, il déclare qu'il est du devoir de tout Russe de défendre son pays.

En , il est d'abord favorable aux nouvelles idées, mais sa désillusion est amère avec la révolution d'Octobre, néanmoins, il n'émigre pas et devient professeur de droit à la faculté de Moscou. Il est arrêté plusieurs fois.

Il est condamné à mort pour menées anti-communistes en 1922, puis finalement expulsé de Russie avec 160 autres philosophes, historiens et économistes sur « les bateaux des philosophes ». Le , il est à Stettin (alors en Allemagne, aujourd'hui en Pologne) et, de 1923 à 1934, travaille à Berlin en tant que professeur dans un institut russe, financé par le ministère des Affaires étrangères. Il est licencié de son travail en 1934 et poursuivi par la Gestapo. Il quitte l'Allemagne en 1938, pour la Suisse, où il termine ses jours en 1954.

Un certain nombre d'œuvres d'Iline[2],[3] (y compris l'une écrite en 1948) traitent de certains aspects du fascisme mussolinien avec bienveillance. Il est franchement admiratif du National-Socialisme allemand, qu'il préfère dans une comparaison avec l'URSS de 1933 : http://iljinru.tsygankov.ru/works/vozr170533full.html

Ivan Iline se fait remarquer par ses conférences et ses publications au sein de l'émigration russe. Il est appuyé par les anciens officiers de l'Armée blanche, fermement anti-communistes. Il arrive à quitter l'Allemagne grâce au soutien financier de son ami Serge Rakhmaninov.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Iline était devenu totalement inconnu en Russie soviétique et son nom surgit à nouveau à partir des années 1990, à la chute de l'U.R.S.S.. Ses travaux ont commencé à être publiés en 1989, et de 1998 à 2003, on a publié son œuvre complète en 28 tomes.

Ses restes et ceux de son épouse ont été transférés, en 2005, au cimetière du monastère Donskoï à Moscou, grâce à l'appui, notamment, du cinéaste Nikita Mikhalkov.

Michel Eltchaninoff croit pouvoir démontrer qu'il est un maître à penser pour le président russe Poutine dans son effort de reconstruction de la grandeur russe[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Iline a écrit plus de 50 livres et plus d'un millier d'articles en russe, allemand ou français.

  • Resistance to Evil By Force (О сопротивлениии злу силою, 1925).
  • The Way of Spiritual Revival (1935).
  • Foundations of Struggle for the National Russia (1938).
  • The Basis of Christian Culture (Основы христианской культуры, 1938).
  • About the Future Russia (1948).
  • On the Essence of Conscience of Law (О сущности правосознания, 1956).
  • The Way to Insight (Путь к очевидности, 1957).
  • Axioms of Religious Experience (Аксиомы религиозного опыта, 2 volumes, 1953).
  • On Monarchy and Republic (О монархии и республики, 1978).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Ivanovitch Iline (1799-1865), ancien colonel et architecte du Palais du Kremlin de Moscou, plus tard commandant du Palais.
  2. I. Ilyin, National-Socialisme: L'Esprit nouveau. 1933 (Национал-социализм. Новый дух)
  3. I. Ilyin, Sur le fascisme, 1948 (О фашизме)
  4. Michel Eltchaninoff, Dans la tête de Vladimir Poutine, Acte Sud, 2015, ISBN 978-2-330-03972-1.

Lien externe[modifier | modifier le code]