Ivan Golovine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ivan Golovine
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Arkhangelskoe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Kn. Chovra, I. NivologVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Université impériale de Dorpat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Ivan Golovine (Ivan Golovin, Iwan Golowin, Ivan Gavrilovitch Golovin, en russe Головин, Иван Гаврилович) né le à Arkhangelskoe, comté de Staritsa, empire russe, mort le 4 juin 1890 à Paris, est un économiste et publiciste d'origine russe, naturalisé anglais en 1843 et émigré en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille d'Ivan Golovine appartient à la noblesse russe[1]. Élève de l'Université de Dorpat et des universités de Berlin et à Heidelberg il est diplômé en droit en 1837. En 1840, il entre au ministère des Affaires étrangères de Saint-Pétersbourg en qualité d'interprète. Il est en poste en Suède puis en France. Le chancelier Nesselrode refusant de lui donner de l'avancement il donne sa démission et quitte la Russie. À Paris il prépare, en 1843, l'édition de l'Esprit de l'économie politique qui rencontre l'hostilité du pouvoir russe. Il lui est intimé l'ordre de rentrer en Russie. Il ne le fait pas. En mars 1844, Nicolas Ier applique le verdict du tribunal le condamnant à la "perte de ses charges et titre de noble, au séquestre de ses domaines et à la déportation en Sibérie"[2]. Golovine ne se rendit plus jamais en Russie. De 1845 à 1855 il s'exprime contre le régime tsariste de Nicolas Ier. Durant l'été de 1846 il se rend à Londres, en compagnie de Nicolas Sazonov[3] où il obtient la nationalité anglaise, il se déclare alors "citoyen anglais, expatrié de la Russie et auteur français". Golovine retourne en France mais il est expulsé à cause de ses prises de position sur l'affaire polonaise et de sa collaboration avec l'organe de Mickiewicz, La Tribune des Peuples. Il poursuit sa vie à l'étranger, en Angleterre, en Suisse, en Belgique, en Italie, en Allemagne et aux États-Unis et en France.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés en français[modifier | modifier le code]

La Russie sous Nicolas 1, Paris, 1845, ed. Capelle, 492 p. (cet ouvrage fut traduit en suédois, en hongrois, en espagnol, en grec...) lire en ligne sur Gallica

Autocratie russe , Leipzig, 1860, Éd.H. Hübner, 142 p. lire en ligne sur Gallica

La France et l'Angleterre comparées, Turin, 1852, Schiepatti, 82 p.

Esprit de l'économie politique, Paris, 1853, Firmin Didot, frères, 368 p.

Science de la politique, Paris, 1844, Firmin Didot, 398 p. lire en ligne sur Gallica

Des économistes et des socialistes, Paris, 1845, ed. Frimin Didot frères et ed. Capelle, 38 p.

Alexandre II et la Pologne, Paris, 1863, E. Dentu, 31 p.

La Constitution russe et la Pologne, Paris, 1863, : E. Dentu, 1863, 38 p.

Histoire de Pierre Ier, appelé le Grand, Leipzig, 1861, H. Huebner, 207 p.

Histoire d'Alexandre Ier, empereur de Russie, Leipzig, 1859, W. Gerhard, 263 p.

Mémoires d'un prêtre russe, ou la Russie religieuse, Paris, 1849, C. Reinwald, 336 p[4].

L'amateur de tableaux, Leipzig, 1862, Robert Hoffmann, 32 p.

Manuel du marchand de tableaux, Paris, 1862, Éd. E. Dentu, 140 p.lire en ligne sur Gallica

Ouvrages publiés, en d'autres langues[modifier | modifier le code]

Ivan Golovine a écrit des ouvrages en russe, en allemand et en anglais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Šliwowska Wiktoria. Un émigré russe en France : Ivan Golovine, 1816-1890. In: Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 11, no 2, Avril-juin 1970. pp. 221-243. DOI : https://doi.org/10.3406/cmr.1970.1803 www.persee.fr/doc/cmr_0008-0160_1970_num_11_2_1803
  2. La sanction concerne également Michel Bakounine.
  3. Nicolas Ivanovitch Sazonov (1815-1862), "doyen des émigrés russes", lui aussi privé en 1850 de tous ses titres et biens, mais rétabli dans ses droits en 1858, socialiste utopique, rédacteur en chef à Paris de La Gazette du Nord; in Michel Niqueux, L’émancipation des serfs en Russie : les projets en français (1858-1861), ILCEA [Online], 17 | 2013, Online erschienen am: 31 Januar 2013, abgerufen am 25 Mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/1751 ; DOI : 10.4000/ilcea.1751
  4. Joël Cherbuliez, « Mémoires d'un prêtre russe ou la Russie religieuse », Revue critique des livres nouveaux..,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]