Ivan A. Alexandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ivan A. Alexandre
Description de l'image Image manquante.jpg.

Naissance
Paris Drapeau de la France France
Activité principale metteur en scène,
journaliste,

Ivan A. Alexandre, né à Paris le , est un auteur, metteur en scène et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études de musique et musicologie à la Sorbonne, Ivan A. Alexandre se tourne vers la presse et publie en 1980 son premier article dans le mensuel Diapason, journal dont il devient par la suite éditorialiste.

En 1990, il entre au Nouvel Observateur. On lui doit par ailleurs de nombreuses études parues dans le périodique L'Avant-scène opéra (opéras de Lully, Jean-Philippe Rameau, Henry Purcell et Georg Friedrich Haendel), mais aussi dans plusieurs numéros spéciaux de Télérama (les opéras de Haendel ; Tintin et la musique) et des revues politiques telles que Le Débat ou Commentaire.

Il a contribué à divers ouvrages (Opéras, Guide des opéras de Verdi, Encyclopædia Universalis…), dirigé le Guide de la musique ancienne et baroque paru en 1992 dans la collection Bouquins (Robert Laffont) et produit de nombreuses émissions sur France Musique et Radio Classique.

Parallèlement, il écrit pour le théâtre et publie dès 1981 quelques vers dans les revues Vagabondages et Backstage.

Parmi ses travaux partagés avec différents musiciens il faut mentionner l'adaptation des Sept dernières paroles du Christ de Haydn (Jordi Savall, Ambronay, 1990), celle de La Flûte enchantée de Mozart (Jean-Christophe Spinosi, Théâtre des Champs-Élysées, 2006), les sept poèmes de Jurassic Trip (Guillaume Connesson, 2000), les dialogues de To be or not to be (Vincent Dumestre, Opéra de Rouen 2016, Cité de la Musique [Paris] 2017 ) ainsi que plusieurs livrets mis en musique par le compositeur Edouard Lacamp : Hécatombe, 1996 ; Le Joueur de flûte, 1998, Agence Orient-Midi, 1999, Nos vacances, 2002 et Marianne, opéra créé le à Saint-Étienne.

Depuis 2017, il dirige l'Académie d'art vocal au sein de la Fondation des Treilles[1].

Mise en scène[modifier | modifier le code]

Au printemps 2007 à Buenos Aires il met en scène Rodelinda, opéra de Haendel représenté pour la première fois en Amérique du Sud.

Au mois de mars 2009, il monte le premier opéra de Rameau, Hippolyte et Aricie au Capitole de Toulouse, spectacle adapté en juin 2012 pour l'Opéra de Paris.

En avril 2011, il met en scène Le Cid de Corneille [2] au Théâtre Polonais de Varsovie.

En janvier 2014, il met en scène Orfeo ed Euridice de Gluck aux festivals de Salzbourg (Mozartwoche) et de Brême, ainsi qu'à la MC2 de Grenoble et à l'Opéra de Nancy (2016).

En décembre 2014, il présente à l'Opéra Comique (Paris) une nouvelle traduction française (par Pascal Paul-Harang) de l'opérette de Johann Strauss II, La Chauve-souris.

En 2016, il met en scène Armide de Christoph Willibald Gluck au Staatsoper de Vienne.

En 2015, Le nozze di Figaro inaugure un cycle Mozart-Da Ponte au festival de Drottningholm (Suède), repris à l'Opéra Royal de Versailles (2016).

Cycle que continuent Don Giovanni l'été 2016 puis Così fan tutte en 2017.

Semi Staging :

Les Amours de Ragonde de Mouret (Orangerie de Sceaux, Opéra Royal de Versailles, Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, Festival de Sablé - 1990 / 94).

Il Barbiere di Siviglia de Rossini (Kanazawa - 2017)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

1 www.les-treilles.com/

  1. « Fondation des Treilles », sur www.les-treilles.com (consulté le 21 novembre 2017)
  2. 2

Liens externes[modifier | modifier le code]