Iva Toguri D'Aquino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Iva Toguri D'Aquino
Iva Toguri mug shot.jpg

Iva Toguri D'Aquino.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ChicagoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
戸栗郁子Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Condamnée pour
Condamnations
Emprisonnement (en), amendeVoir et modifier les données sur Wikidata

Iva Ikuko Toguri D'Aquino ( en japonais : 戸栗郁子 アイバ), née le à Los Angeles et morte le à Chicago, était une citoyenne américaine d'origine japonaise qui fut une « rose de Tokyo », une participante à la diffusion de propagande nippone en langue anglaise par radio à destination des soldats alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Iva Toguri D'Aquino est née à Los Angeles d'immigrants japonais[1], son père, Jun Toguri est arrivé aux Etats-Unis en 1899 et sa mère, Fumi, en 1913[2]. Élevée dans le christianisme, elle fait ses études secondaires à Mexico et San Diego avant de revenir à Los Angeles pour le lycée[2]. Elle est diplômée de l'Université de Californie à Los Angeles en 1940 en zoologie[3].

Le , elle embarque sur un navire partant de San Pedro pour le Japon, pour rendre visite à de la famille[2]. N'ayant pas de passeport, le Département d'État des États-Unis lui délivre un Certificat d'Identification[4]. En août, elle fait une demande de passeport auprès du consulat américain au Japon pour rentrer chez elle. La demande est envoyée au Département d'Etat mais après l'Attaque de Pearl Harbor le , ils refusent de reconnaître sa nationalité américaine[2].

The Zero Hour[modifier | modifier le code]

Toguri en décembre 1944 à Radio Tokyo

Alors que débute la Guerre du Pacifique, le gouvernement japonais la presse de renoncer à sa nationalité américaine, comme a tous les autres américains sur le territoire japonais à l'époque. Elle refuse et est déclarée comme ennemi étranger et interdite de carte de rationnement[5]. Pour subvenir à ses besoins, elle est embauchée comme dactylographe dans une agence d'informations japonaise et commence alors à travailler pour Radio Tokyo[2].

En novembre 1943, les prisonniers de guerre alliés sont obligés de participer à des émissions de propagande et elle est sélectionnée pour présenter l'émission The Zero Hour[2]. Son producteur est le major de l'armée australienne Charles Cousens, capturé durant la bataille de Singapour et forcé à prendre part à cette émission[5],[6]. Ils travaillent avec le capitaine de l'armée américaine Wallace Ince et le lieutenant de l'armée philippine Normando Ildefonso[2]. D'Aquino refuse d'enregistrer des émissions anti-américaines et Cousens et elle décide d'en faire une source d'amusement. La propagande japonaise officielle aimait peu leurs nuances et double sens[4].

Iva Toguri D'Aquino participe à de nombreux sketches mais ne présente pas les informations[2]. Elle gagne environ 150 yen par mois (soit environ 4€). Pendant la guerre, ni elle, ni les autres radiodiffuseurs n'utilisent le nom de Tokyo Rose pour parler d'elle en particulier. Tokyo Rose est le nom commun donné à toutes les voix féminines diffusant la propagande sur la radio japonaise[2]. Elle présente près de 340 épisodes de The Zero Hour[5],[7] sous les pseudos de « Ann » (pour « Announcer ») et plus tard, « Orphan Ann »[5], en référence au personnage du comic Little Orphan Annie[1].

Après-guerre et procès[modifier | modifier le code]

Arrestation[modifier | modifier le code]

Toguri interviewée par la presse en septembre 1945

Après la capitulation du Japon le , le Cosmopolitan et l'International News Service lui propose $2.000 pour une interview exclusive[8]. Ayant besoin d'argent et cherchant toujours à rentrer chez elle, elle est sur le point d'accepter lorsqu'elle est arrêtée le [2]. Elle passe un an en prison avant d'être libérée, ni le Federal Bureau of Investigation, ni le personnel du général Douglas MacArthur n'ayant trouvé de preuve de son aide aux forces de l'Axe[9]. Les prisonniers de guerre américains et australiens ayant écrit ses scripts prouvent qu'elle n'a commis aucun méfait[10].

Selon le site du FBI, « l'enquête du FBI sur les activités d'Aquino couvre une période de cinq. Au cours de celle-ci, le FBI a interrogé des centaines d'anciens membres des forces armées américaines ayant servi dans le Pacifique Sud pendant la Seconde Guerre mondiale, déterré des documents japonais oubliés et écoutés des enregistrements des émissions d'Aquino»[11]. Conduite avec le Counter Intelligence Corps de l'armée américaine, ils « ont mené une enquête approfondie pour déterminer si D'Aquino a commis des crimes contre les Etats-Unis. Au mois d'octobre suivant, les autorités ont décidé que les informations récoltées ne méritaient pas de poursuites et elle a été libérée »[12].

Elle demande a rentrer aux Etats-Unis pour permettre à son enfant de naître sur le sol américain[2],[5] mais l'animateur radio et journaliste Walter Winchell fait pression contre elle dans les médias[2]. Son enfant naît finalement sur le sol japonais mais meurt peu après[5]. Peu après, elle est de nouveau arrêtée par les autorités militaires américaines et envoyée à San Francisco le où elle est accusée de trahison pour avoir « adhéré au gouvernement impérial du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale et pour leur avoir apporté aide et réconfort »[2].

Procès pour trahison[modifier | modifier le code]

Son procès pour trahison s'ouvre le à la cour fédérale de San Francisco[2]. Ce fut le plus long et le plus coûteux des procès de l'histoire américaine[7]. Toguri est défendue par des avocats menés par Wayne Mortimer Collins, un avocat spécialisé dans les droits de nippo-américains[13]. Il demande l'aide de Theordora Tamba, qui deviendra un ami proche de D'Aquino jusque sa mort en 1973[2].

Le , elle est reconnue coupable d'une seule accusation qui statut : « un jour d'octobre 1944, la date exacte étant inconnue pour les jurés, l'accusé a, à Tokyo, Japon, dans les studios de la Broadcasting Corporation of Japan, parlé à la radio de la perte de navires alliés »[11]. Elle est condamnée à une amende de $10.000 et à dix ans de prison, son avocat la considérant ayant été déclarée « coupable sans preuve »[5]. Elle est envoyée à la Prison fédérale pour femmes de Alderson (Virginie-Occidentale)[2]. Elle est libérée sur parole le après six ans et deux mois d'incarcération et déménage à Chicago[2].

Pardon présidentiel[modifier | modifier le code]

Iva Ikuko Toguri D'Aquino 03.jpg

En 1976, une enquête du Chicago Tribune par Ron Yates découvre que Kenkichi Oki et George Mitsushio, deux des témoins principaux du procès D'Aquino, se sont parjurés. Ils avouent que le FBI et l'armée américaine les ont entraîné sur ce qu'ils devaient dire et les ont menacés de les poursuivre pour trahison si ils ne coopéraient pas[14].

Le président américain, Gerald Ford lui accorde un pardon présidentiel inconditionnel lors de son dernier jour à la Maison-Blanche le basé sur ce reportage du Chicago Tribune et sur les précédents problèmes soulevés pendant le procès[15]. La décision est votée de façon unanime à l’Assemblée et au Sénat de la Législature d'État de la Californie[1]. Le pardon lui permet de récupérer la nationalité américaine qui lui avait été retiré lors de sa condamnation[4].

Dernières années[modifier | modifier le code]

Le , le Comité des Vétérans de la Seconde Guerre mondiale décerne à D'Aquino le Edward J. Herlihy Citizenship Award pour « son esprit indomptable, son amour de la patrie et son courage qui fut un exemple pour ses compagnons américains »[16]. Selon son biographe, elle considère ce jour comme le plus important de sa vie[17].

Iva Toguri D'Aquino meure le à l'hôpital de Chicago, à l'âge de 90 ans[18],[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en-US) Richard Goldstein, « D’Aquino, Linked to Tokyo Rose Broadcasts, Dies », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) Duus, Masayo, Tokyo Rose: Orphan of the Pacific, Kodansha International Ltd.,
  3. « Edward J. Herlihy 2005 Citizenship Award RecipientIva Toguri », (consulté le 28 mai 2018)
  4. a, b et c (en) « Iva Toguri, 90, branded as WWII 'Tokyo Rose' - The Boston Globe », sur www.boston.com (consulté le 28 mai 2018)
  5. a, b, c, d, e, f et g (en-US) « Tokyo Rose - Full Episode » (consulté le 28 mai 2018)
  6. (en) Close, Frederick P., Tokyo Rose / An American Patriot: A Dual Biography, Scarecrow Press,
  7. a et b (en) Okihiro, Gary Y., Encyclopedia of Japanese American Internment, Greenwood,
  8. (en) Clark Lee, One last look around, Duell, Sloan and Pearce,
  9. (en) Siemaszko, Corky, « Still not Tokyo Rose: Long free, at 90, she's imprisoned by a myth », New York Daily News,‎
  10. (en) « Iva Toguri D'Aquino Dies at 90 », NPR.org,‎ (lire en ligne)
  11. a et b « FBI — Iva Toguri d’Aquino and “Tokyo Rose” », (consulté le 28 mai 2018)
  12. (en) Rex B. Gunn, They Called Her Tokyo Rose,
  13. (en) « Japanese Americans, the Civil Rights Movement and Beyond »
  14. (en-GB) « Death ends the myth of Tokyo Rose », BBC,‎ (lire en ligne)
  15. « Miss Yourlovin: Chapter 5 », sur www.gutenberg-e.org (consulté le 28 mai 2018)
  16. (en-US) « Setting the Record Straight | American Veterans Center », sur www.americanveteranscenter.org (consulté le 28 mai 2018)
  17. (en-GB) « Death ends the myth of Tokyo Rose », BBC,‎ (lire en ligne)
  18. (en-US) « MSN | Outlook, Office, Skype, Bing, Breaking News, and Latest Videos », sur msnbc.msn.com (consulté le 28 mai 2018)
  19. (en) « The Times & The Sunday Times » (consulté le 28 mai 2018)

Sur les autres projets Wikimedia :