Itinéraires pan-européens de l'écotourisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Itinéraires pan-européens de l'écotourisme
Image illustrative de l'article Itinéraires pan-européens de l'écotourisme

Création septembre 2013
Type Voyage, écotourisme, itinéraires, tourisme durable, guide de voyage
Site web En cours d'adaptation avec le blog et la Carte écotouristique d'Europe

Les 5 routes pan-européennes de l’écotourisme traversent 36 pays d’Europe en reliant les plus beaux parcs naturels (parcs nationaux, parcs régionaux) aux sites culturels labellisés par l'UNESCO et aux Réserves de biosphères (MAB). Ces 5 routes présentent chacune une facette de la culture européenne, sous forme d’itinéraires de découverte comme le proposent les routes mythiques : les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, la route de la soie qui relie l'Europe à l’Asie, la route 66 qui traverse les États-Unis, et la Route panaméricaine qui va de l'Alaska à Ushuaïa.

Ces routes ont pour objectif d'accompagne les voyageurs du monde dans la découverte des parcs naturels, des sites culturels, ainsi que des spécialités régionales et artisanales d'Europe, et dans l'organisation de leurs voyages sous forme d'itinéraires.

L'historique du projet[modifier | modifier le code]

1995[modifier | modifier le code]

La Fédération européenne de la montagne (FFEM), soucieuse du développement rural de ses territoires, demande à un consultant qualifié de la représenter à un Atelier de L’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) consacré à la recherche de « créneaux commerciaux et développement rural »[1].

20 pays membres de cette Organisation et le Conseil de l’Europe sont représentés pour échanger sur les propositions de 3 experts du secteur privé et de 5 consultants dont le Président du comité d’experts Initiative Leader Europe.

Les éditions de l’OCDE N° 48256 1995 publient le compte rendu de cet Atelier. Dans son chapitre 5,  Pierre Guerry, consultant de la Fédération, présente les nouveaux axes qui devraient assurer aux zones rurales la meilleure garantie de développement équilibrée. Selon lui, ce sont les signes explicites de territorialités, la certification de qualité et les appellations d’origine.

Devant la difficulté de vendre une mosaïque de produits locaux, tous attachés au même territoire, mais ne possédant bien souvent pas d’autres liens entre eux, il propose de rapprocher le patrimoine naturel et culturel de chaque territoire avec les spécialités régionales afin de les promouvoir. Il définit pour la première fois les grandes lignes d’un réseau européen de territoires dont la notoriété des sites naturels et culturels contribuerait à promouvoir la qualité des produits qui se réclament de l’identité territoriale. Ces « sites d’appel »ne génèrent pas forcément de chiffre d’affaires important puisqu'ils sont davantage des lieux de visites à la journée que des lieux de séjours mais ils permettent de créer un flux permanent de visiteurs constamment renouvelé qui sont à la recherche de spécialités régionales en souvenir de leur séjour ou de leur passage.

La proposition du consultant consiste en conséquence à créer un réseau européen de patrimoines naturels, culturels et artisanaux régionaux à visiter, promu à l’échelle européenne pour développer une économie rurale durable. La cible de clientèle sera les européens et les visiteurs venant d’autres continents, sensibles à la préservation de l’environnement, aux cultures, coutumes et traditions dont les spécialités régionales fabriquées sur place sont un témoignage de la volonté des populations locales de les conserver pour dynamiser l’économie locale .

1998[modifier | modifier le code]

La division « sciences écologiques » de l’UNESCO soutient cette initiative privée en proposant 120 MAB (man and biosphère) labellisés par cette organisation et 250 parcs nationaux qui sont les espaces naturels en Europe représentatifs du patrimoine naturel des principales régions. Ces MAB, Parcs nationaux et régionaux (pour la France) sont reliés entre eux permettant de former le réseau des itinéraires pan-européens de l'écotourisme.

Le consultant fait établir par des thésards de l’Institut de géographie Alpine de Grenoble une première carte de ce réseau dénommée « European Touring Nature Map ». La direction de cette division de l’UNESCO donne par écrit son autorisation au consultant pour apposer son logo sur cette carte européenne dépassant largement le cadre de l’Union Européenne.

2000[modifier | modifier le code]

Un premier test est réalisé dans la vallée d’Aoste en Italie sur fond Feder DG XVI à cette époque. A cette occasion la carte européenne en 4 langues est éditées en 1000 exemplaires format carte routière pliable. Au verso 51 professionnels locaux sont présentés et localisés pour faciliter les visites sur place des voyageurs.

2002[modifier | modifier le code]

L’Expert tourisme du Programme Environnement des Nations Unies (PNEU), après plusieurs auditions du consultant, répond favorablement aux 10 questions servant d’expertise de cette initiative privée.

2005[modifier | modifier le code]

Un deuxième test est réalisé dans la région du lac Tisza en Hongrie avec comme jury le Président Suédois du groupe « économie rurale et tourisme durable » de l’Assemblée des Régions d’Europe, une ONG à laquelle adhèrent 270 régions en Europe.

4 comtés, 73 villages et 150 professionnels locaux y participent et signent la charte du projet pour la préservation de leur environnement local, naturel, culturel et spécialités régionales. A cette occasion il est édité 5000 cartes/plaquettes en 2 langues. Elle présente un premier tracé des itinéraires européens en 5 routes de découvertes, atlantique, méditerranéenne,  nordique, centrale et occidentale. Approuvée par le groupe tourisme rural de l’Assemblée des régions d’Europe, la carte des itinéraires prend la dénomination suivante : Touring Nature, the Pan European Routes to rural tourism (based on the Village + sustainable developpement european label).

Le ministre de l’aménagement du territoire et du tourisme hongrois donne une conférence de presse devant une dizaine de journalistes de la presse écrite et 2 chaines de télévision conférant à cette initiative privée une valeur d’exemple à suivre pour tous les territoires régionaux en Europe qui souhaiteraient promouvoir leurs spécificités.

2007[modifier | modifier le code]

L’Assemblée des régions d’Europe présentent ce projet aux financements européens pour permettre aux collectivités territoriales de le cofinancer afin de créer rapidement ce réseau de territoires. L’élargissement de l’Union Européenne impose d’autres priorités de financement compte tenu de l’élargissement de l’Union à 10 nouveaux Etats. Le projet ne pouvant pas continuer à être financé sur fond européen, le consultant qui est à l’initiative du projet choisit de continuer à financer son développement sur fond propre.

2010[modifier | modifier le code]

Le consultant qui a organisé plusieurs voyages aux Etats-Unis favorise les transferts d’expériences sur ce projet européen. En effet les Etats Unis attirent, chaque année 280 millions de visiteurs dont 10% ne résidant pas sur ce continent, sur 300 sites de visites représentés sur une carte (National Park System Map) qui couvre 391 régions américaines. Les MAB et Word Heritage labellisés par l’UNESCO sont les « sites d’appel » de ce réseau qui est fréquenté tout à la fois par des randonneurs souhaitant faire un séjour de découverte que par des camping-car et des bus à la journée. Pour apporter aux visiteurs les différents services qu’ils attendent, NPS a conclu des contrats avec 630 entreprises privées essentiellement des PME familiales de produits locaux, d’hébergements, d’activités de découvertes ou sportives .

Ainsi en Europe comme outre atlantique les sites naturels labellisés par l’UNESCO, les MAB, deviennent les « sites d’appel » pour tous les visiteurs.  La stratégie du consultant, favorable au développement d’une économie rurale locale, est confirmée par la sélection des « sites d’appel » faite par l’UNESCO pour les itinéraires pan européens de l’écotourisme.

2013[modifier | modifier le code]

Les itinéraires pan européens de l’écotourisme finalisent le tracé des 5 routes de découverte traversant 36 pays et 230 régions.

Pour faciliter les visites sur place, il est proposé 154 étapes et 180 sous étapes pour découvrir l’Europe autrement.

2015[modifier | modifier le code]

Il est proposé à tous les fabricants de spécialités régionales en Europe de se faire référencer sur ces itinéraires pan européens de l'écotourisme qui géo localisent « 1000 sites écotourisme à visiter en Europe : Naturels, culturels et artisanaux ». Ainsi les principaux sites de fabrications des spécialités régionales de 36 pays contribuent au financement de ces itinéraires qui sont un transfert de savoir-faire nord-américain ayant fait les preuves de son succès. Ils favorisent ainsi le développement de l’économie locale des territoires en Europe qui en retour favorisent la notoriété des produits locaux.

Une application et un site web simple et dynamique est en cours de création pour permettre une bonne localisation des fabricants de spécialités régionales référencés à l'échelle européenne et une opération facile avec les mobiles et tablettes par les visiteurs pour organiser leurs voyages.

Les 5 Routes pan-européennes de l'écotourisme[modifier | modifier le code]

La route Méditerranée (environ 8000 km)[modifier | modifier le code]

C’est un véritable kaléidoscope de couleurs : des eaux bleu azur, des côtes marines et des criques, des plages, des marchés du Sud... Les rues sont animées par une ambiance chaleureuse et gaie où festivals et fêtes traditionnelles se mêlent aux bonnes odeurs d'épices. L'Europe Méditerranéenne attire depuis des siècles tous ceux qui s'intéressent au berceau des civilisations grecque et romaine et à la mythologie.

10 Pays traversés

  • Drapeau du Portugal Portugal : 1 étape, 1 région
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : 6 étapes, 12 sous-étapes, 3 régions, 8 parcs naturels, 12 sites UNESCO, 3 sites pèlerins
  • Drapeau d'Andorre Andorre : 1 étape, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la France France : 4 étapes, 15 sous-étapes, 3 régions, 9 parcs naturels, 8 sites UNESCO, 6 sites pèlerins
  • Drapeau de l'Italie Italie : 9 étapes, 16 sous-étapes, 12 régions, 21 parcs naturels, 22 sites UNESCO, 14 sites pèlerins
  • Drapeau de la Croatie Croatie : 1 étape, 5 sous-étapes, 4 régions, 5 parcs naturels, 6 sites UNESCO
  • Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine : 1 étape, 1 sous-étape, 1 région, 1 parc naturel, 1 site UNESCO, 2 site pèlerin
  • Monténégro Monténégro : 1 étape, 1 sous-étape, 1 région, 2 parcs naturels, 1 site UNESCO
  • Drapeau de l'Albanie Albanie : 2 étapes, 6 sous-étapes, 6 régions, 1 parc naturel, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la Grèce Grèce : 1 étape, 5 sous-étapes, 3 régions, 5 parcs naturels, 4 sites UNESCO

La route Atlantique (environ 8300 km)[modifier | modifier le code]

Elle permettra aux Américains du Nord et du Sud de retrouver la terre et la culture de leur histoire. Voici le moyen de découvrir en peu de temps la diversité des modes de vie européens : la vie typiquement anglo-saxonne des Irlandais, des Écossais, des Gallois et des Anglais, la joie de vivre et la gastronomie de la Douce France, les soirées tardives et les rues animées des villages du Sud de l'Europe, Espagnols et Portugais.

5 Pays traversés

  • Drapeau du Portugal Portugal : 3 étapes, 11 sous-étapes, 3 régions, 5 parcs naturels, 7 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : 3 étapes, 13 sous-étapes, 4 régions, 8 parcs naturels, 4 sites UNESCO, 3 sites pèlerins
  • Drapeau de la France France : 11 étapes, 34 sous-étapes, 7 régions, 12 parcs naturels, 4 sites UNESCO, 10 sites pèlerins
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 9 étapes, 28 sous-étapes, 17 régions, 16 parcs naturels, 14 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de l'Irlande Irlande : 3 étapes, 13 sous-étapes, 3 régions, 4 parcs naturels, 1 site UNESCO, 1 site pèlerin

La route nordique (environ 11500 km)[modifier | modifier le code]

Elle traverse des pays extraordinairement riches en châteaux historiques, grandes cathédrales, églises et musées. Elle permettra de découvrir la route du champagne et du beaujolais en France et les célèbres moulins aux Pays-Bas. Les grands espaces permettent de découvrir un nombre incalculable de lacs en Finlande, de fjords en Norvège, d'immensité de forêts en Suède. Ces espaces sont traversés par les plus beaux circuits ferroviaires ou ferries du monde. La route nordique regagne le cœur de l'Europe par les Pays baltes, cosmopolites et animés qui regorgent d'histoire, d'architecture, de culture et de vie nocturne.

13 Pays traversés

  • Drapeau de la France France : 6 étapes, 20 sous-étapes, 4 régions, 9 parcs naturels, 7 sites UNESCO, 5 sites pèlerins
  • Drapeau de la Belgique Belgique : 1 étape, 5 sous-étapes, 3 régions, 1 parc naturel, 8 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas: 3 étapes, 13 sous-étapes, 8 régions, 9 parcs naturels, 6 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : 3 étapes, 9 sous-étapes, 3 régions, 7 parcs naturels, 3 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau du Danemark Danemark : 1 étape, 1 sous-étape, 1 région, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la Suède Suède : 4 étapes, 10 sous-étapes, 4 régions, 6 parcs naturels, 4 sites UNESCO
  • Drapeau de la Norvège Norvège : 6 étapes, 8 sous-étapes, 4 régions, 8 parcs naturels, 4 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la Finlande Finlande : 7 étapes, 14 sous-étapes, 7 régions, 14 parcs naturels, 4 sites UNESCO
  • Drapeau de l'Estonie Estonie : 2 étapes, 5 sous-étapes, 6 régions, 3 parcs naturels, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la Lettonie Lettonie : 1 étape, 6 sous-étapes, 2 régions, 2 parcs naturels, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la Lituanie Lituanie : 1 étape, 4 sous-étapes, 2 régions, 5 parcs naturels, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la Russie Russie : 1 étape
  • Drapeau de la Pologne Pologne : 3 étapes, 6 sous-étapes, 1 région, 1 parc naturel, 2 sites UNESCO, 1 site pèlerin

La route occidentale (environ 10400 km)[modifier | modifier le code]

Elle traverse des pays où l'histoire a profondément marqué l'esprit de ses populations. Aujourd'hui, l'heure est à la redécouverte de ces pays qui regorgent de patrimoines naturel et culturel : du massif des Carpates, de la Grande Plaine de Hongrie jusqu'au Danube qui se jette dans la Mer Noire, les paysages changent en un rien de temps. La richesse du patrimoine architectural et les talents artistiques – musique, peinture, écriture- renforcent l'authenticité des folklores et des traditions locales dans ces pays. Elle permettra de découvrir les milieux naturels de qualité en Suisse et les Alpes avec le Mont Blanc.

14 Pays traversés

  • Drapeau de la France France : 5 étapes, 22 sous-étapes, 2 régions, 10 parcs naturels, 2 sites UNESCO, 8 sites pèlerins
  • Drapeau de l'Italie Italie : 3 étapes, 7 sous-étapes, 3 régions, 8 parcs naturels, 3 sites UNESCO, 5 sites pèlerins
  • Drapeau de la Suisse Suisse : 1 étape, 7 sous-étapes, 8 régions, 1 parc naturel, 2 sites UNESCO, 2 sites pèlerins
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : 1 étape, 4 sous-étapes, 1 région, 1 parc naturel, 1 site UNESCO, 3 sites pèlerins
  • Drapeau de l'Autriche Autriche : 3 étapes, 7 sous-étapes, 3 régions, 2 parcs naturels, 5 sites UNESCO, 3 sites pèlerins
  • Drapeau de la République tchèque République tchèque : 1 étape, 5 sous-étapes, 5 régions, 1 parc naturel, 6 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la Pologne Pologne : 2 étapes, 2 sous-étapes, 2 régions, 3 parcs naturels, 2 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la Slovaquie Slovaquie : 1 étape, 2 sous-étapes, 2 régions, 1 parc naturel, 2 sites UNESCO
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : 1 étape, 1 sous-étape, 1 région, 1 parc naturel
  • Drapeau de la Hongrie Hongrie : 2 étapes, 5 sous-étapes, 5 régions, 5 parcs naturels, 3 sites UNESCO, 2 sites pèlerins
  • Roumanie Roumanie : 5 étapes, 10 sous-étapes, 4 régions, 11 parcs naturels, 4 sites UNESCO
  • Serbie Serbie : 3 étapes, 7 sous-étapes, 1 région, 2 parcs naturels, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la Bulgarie Bulgarie : 5 étapes, 10 sous-étapes, 13 régions, 2 parcs naturels, 5 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la Turquie Turquie : 2 étapes, 3 sous-étapes, 1 région, 1 site UNESCO, 1 site pèlerin

La route centrale (environ 7200 km)[modifier | modifier le code]

Elle traverse les pays des grandes plaines du Nord avec leurs forêts denses pour ensuite aller vers les chaînes de montagne tchèques avec leur folklore animé. Ensuite, elle permet de découvrir les paysages grandioses de la Pologne et de la Biélorussie en allant jusqu’à Moscou.

8 Pays traversés

  • Drapeau de la France France : 6 étapes, 18 sous-étapes, 4 régions, 7 parcs naturels, 4 sites UNESCO, 11 sites pèlerins
  • Drapeau du Luxembourg Luxembourg : 4 sous-étapes, 3 régions, 1 parc naturel, 1 site UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : 5 étapes, 13 sous-étapes, 6 régions, 3 parcs naturels, 15 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la République tchèque République tchèque : 1 étape, 2 sous-étapes, 2 régions, 2 parcs naturels, 1 site UNESCO
  • Drapeau de la Pologne Pologne : 4 étapes, 8 sous-étapes, 5 régions, 7 parcs naturels, 5 sites UNESCO, 2 sites pèlerins
  • Drapeau de la Lituanie Lituanie : 1 étape, 3 sous-étapes, 3 régions, 2 parcs naturels, 2 sites UNESCO, 1 site pèlerin
  • Drapeau de la Biélorussie Biélorussie : 2 étapes, 1 sous-étape, 2 régions
  • Drapeau de la Russie Russie : 5 étapes, 7 sous-étapes, 1 région, 2 parcs naturels, 7 sites UNESCO

Pourquoi créer les routes pan-européennes de l'écotourisme ?[modifier | modifier le code]

Parce que l'Europe possède un patrimoine naturel et culturel particulièrement riche et diversifié que le monde entier souhaite connaître de façon simple et organisé au moyen d'Itinéraires de découverte reliant ces lieux d'exceptions :

  • La très grande variété de ses paysages d'Ouest en Est et du Nord au Sud sont spectaculaires et la faune et la flore y sont protégées dans 200 parcs naturels qui reliés les uns aux autres forment des itinéraires de découvertes de l’Europe.
  • Le plus grand nombre de sites culturels UNESCO dans le monde dont la visite, conjointe à l'artisanat local très différent selon les régions, est passionnante quel que soit son âge et sa culture d'origine, éloigné ou proche de chez soi.
  • Le réseau le plus dense de sites pèlerins qui sont autant de lieux de ressourcements personnels ou spirituels, où chacun peut venir individuellement, en famille ou en groupe, laissent le corps et l'esprit en paix bien au-delà des vacances.

Qui a créé les routes pan-européennes de l'écotourisme ?[modifier | modifier le code]

Bien qu'elles soient une initiative privée, de nombreuses organisations internationales ont été consultées et ont adhéré à cette initiative :

L’UNESCO MAB[modifier | modifier le code]

La division Sciences écologiques MAB (Man And Biosphère) de l'UNESCO a proposé une sélection de sites d'exceptions tant pour leur paysage que pour la qualité de l'architecture du lieu et la spécificité des produits locaux.

L’UNEP[modifier | modifier le code]

La coordination du programme tourisme de l'UNEP (United Nations Environmental Program ou Programme Environnemental des Nations Unies), qui après expertise a qualifié ce projet international très intéressant pour le tourisme durable qui mérite l'intérêt des professionnels locaux, des réseaux de transports de voyageurs en groupe et des Touring Club, Automobile Club ou Associations de camping-car et de randonneurs.

L’ARE[modifier | modifier le code]

L'assemblée des régions d 'Europe (ou Assembly of European Regions), ONG à laquelle adhérent 250 régions de 35 pays, a contribué au tracé des "routes pan-européennes de l'écotourisme" et à la charte de référencement des professionnels locaux qui a été testée sur 4 comtés de Hongrie et sur un portail web permettant aux visiteurs de trouver toutes les informations pour savoir où séjourner, manger, sortir, quoi visiter, organiser ses propres voyages personnalisés ou comparer des destinations pour des voyages de groupes.

L’OCDE[modifier | modifier le code]

Les ateliers de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sur les créneaux commerciaux permettent le développement rural au niveau des 130 pays et économies qui participent aux échanges d'idées de l’organisation. Pierre Guerry, consultant de cet atelier en tant qu'expert marketing a proposé cette démarche d'écotourisme permettant de mettre en valeur les produits locaux et les spécificités territoriales à l'échelle supranationale. Par la suite, il a été proposé aux organisations institutionnelles d'adopter cette démarche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les éditions de l'OCDE, Paris, « n° 48256 », 1995 (ISBN 92-64-24636-3).