Isothiazolinone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isothiazolinone
Isothiazolinone
Identification
Nom UICPA 1,2-thiazol-3-one
No CAS 1003-07-2
PubChem 96917
Propriétés chimiques
Formule brute C3H3NOS  [Isomères]
Masse molaire[1] 101,127 ± 0,008 g/mol
C 35,63 %, H 2,99 %, N 13,85 %, O 15,82 %, S 31,71 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'isothiazolinone est une famille de biocides composés à partir d'un hétérocycle, le 1,2-thiazol-3-one.

Chimie[modifier | modifier le code]

L'isothiazolinone est un thiazole avec une fonction cétone ou bien un lactame comprenant un atome de soufre dans le cycle insaturé.

La famille des isothiazolinones antimicrobiens comprend cinq dérivés importants :

La butylbenzisothiazolinone (BBIT) est beaucoup moins utilisée.

L'isothiazolinone est aussi un mélange plus connu sous la marque déposée Kathon CG¡ par l'entreprise Rohm and Haas, de deux thiazolinones, la méthylchloroisothiazolinone (75 %) et la méthylisothiazolinone (25 %)[2].

Applications[modifier | modifier le code]

Les isothiazolinones sont utilisées contre les bactéries, champignons, et algues dans les systèmes de refroidissement, tour de réfrigération, réservoir d'essence, la papeterie, l'extraction de pétrole et la préservation du bois.

Elles sont utilisées aussi dans les laques, les peintures, les antifoulings et les vernis.

L'isothiazolinone est un agent conservateur utilisé dans les produits cosmétiques tels que les shampooings et soins pour cheveux. Elle est autorisée en Europe pour toute application cosmétique à une concentration maximale de 15 ppm[2].

L'isothiazolinone est utilisée pour le traitement de surface de moisissures d'édifices historiques (les temples d'Angkor au Cambodge ou une église de Rome), ou plus récemment des cavernes préhistoriques telles que la grotte de Lascaux[3].

Santé[modifier | modifier le code]

Les isothiazolinones ont des effets indésirables : une toxicité élevée en milieu aquatique et source d'allergie par contact direct[2] ou par l'air.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b et c Dr Philippe Auriol, « Fiche pratique, l'isothiazolinone », Allergies, sur http://allergie.remede.org (consulté le 15 avril 2008).
  3. É. B.-R., « Les moisissures régressent dans la grotte de Lascaux », sur http://www.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 27 août 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]