Isolation topographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Isolement topographique et hauteur de culminance.

L'isolation topographique d'un sommet (ou simplement isolation[1] d'un sommet ou encore parfois proéminence[2]) est, en topographie, la distance le séparant du point le plus proche de même altitude ou d'altitude supérieure. En d'autres termes, l'isolation topographique représente le rayon du cercle à l'intérieur duquel le sommet est le point le plus élevé. Avec la proéminence, il constitue un critère objectif pour distinguer les sommets indépendants des sommets secondaires.

Liste des sommets du monde par ordre d'isolation topographique[modifier | modifier le code]

Ci-dessous sont recensés les 25 sommets les plus isolés.

# Sommet Pays Altitude (m) Proéminence (m) Isolation (km)
1 Everest Chine / Népal 8 849 8 849 40 008
2 Aconcagua Argentine 6 962 6 962 16 520
3 Denali États-Unis (Alaska) 6 190 6 148 7 451
4 Kilimandjaro Tanzanie 5 892 5 882 5 562
5 Puncak Jaya Indonésie (Nouvelle-Guinée) 4 884 4 884 5 264
6 Massif Vinson Antarctique 4 892 4 892 4 911
7 Mont Orohena Polynésie française (Tahiti) 2 241 2 241 4 133
8 Mauna Kea États-Unis (Hawaï) 4 205 4 205 3 947
9 Gunnbjørn Groenland 3 694 3 694 3 254
10 Aoraki/Mont Cook Nouvelle-Zélande (île du Sud) 3 754 3 754 3 140
11 Thabana Ntlenyana Lesotho 3 482 2 390 3 005
12 Maunga Terevaka Chili (île de Pâques) 506 506 2 836
13 Mont Blanc France / Italie 4 809 4 697 2 812
14 Piton des Neiges France (Réunion) 3 069 3 069 2 767
15 Klioutchevskoï Russie (Kamtchatka) 4 750 4 649 2 748
16 Pic d'Orizaba Mexique 5 636 4 922 2 687
17 Queen Mary's Peak Tristan da Cunha 2 060 2 060 2 665
18 Mont Whitney États-Unis 4 421 3 071 2 650
19 Mont Kinabalu Malaisie (Bornéo) 4 098 4 098 2 523
20 Elbrouz Russie 5 642 4 741 2 473
21 Pico da Bandeira Brésil 2 890 2 640 2 392
22 Mont Cameroun Cameroun 4 040 3 901 2 338
23 Mont Paget Géorgie du Sud 2 915 2 915 2 269
24 Mauga Silisili Samoa 1 858 1 858 2 245
25 Huascarán Pérou 6 746 2 776 2 196

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvain Jouty et Hubert Odier, Dictionnaire de la montagne, Omnibus, 2009, p. 769
  2. Christian Thöni, « Critères de définition des sommets dans les Alpes suisses. Proéminence et hauteur de culminance »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) , Les Alpes, 2003, no 1, p. 26-28, qui utilise le terme hauteur de culminence pour la proéminence

Annexes[modifier | modifier le code]

L'Aconcagua photographié entre 1890 et 1923.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]