Isidore Liseux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isidore Liseux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Nationalité
Activité
Logo Isidore Liseux Publisher France.jpg
Marque ou logotype

Isidore Liseux (1835-1894) est un éditeur français avec lequel Alcide Bonneau (1836-1904) collabora.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été l'élève de Mgr Dupanloup, l'éditeur Isidore Liseux fut actif sur Paris entre 1875 et 1894, et publia entre autres des ouvrages érotiques ou « curieux ». Dès 1876, l'érudit Alcide Bonneau lui apporte des manuscrits originaux et des ouvrages assez rares, ou du moins épuisés, et qu'ils éditent parfois en versions bilingues à partir du latin ou de l'italien. Jules Troubat (1836-1914) fut aussi de ses collaborateurs.

Liseux n'est pas un éditeur d'ouvrages pornographiques ni clandestins : sa marque est visible et les mentions afférentes sont rarement fantaisistes. En revanche, il fut imité dès la fin du XIXe siècle, sans doute dans le but de donner de la respectabilité à des textes qui n'en possédaient nullement : quoi qu'il en soit, son catalogue fut pillé, ce qui constitue en général un signe de qualité.

Paradoxalement, alors qu'il ne se cachait point, sinon des créanciers, un doute sur son existence réelle fut émis au cours du siècle suivant. De récentes études ont prouvé son existence et rétabli sa mémoire, ainsi que celle d'Alcide Bonneau[1].

Sa devise était scientia duce : « Que la connaissance te guide » et son modèle en matière de typographie fut Pierre Jannet. Ses couvertures comportaient un gaufrage et une impression parfois en bichromie. En ça, il fut le successeur de Jules Gay ou Poulet-Malassis.

Il ouvrit boutique au 19 passage Choiseul, non loin des éditions Alphonse Lemerre et mourut au 2 rue Bonaparte. D'après Guillaume Apollinaire, ses archives furent récupérées par l'éditeur belge François van Crombrugghe (1855-1921), lequel travaillait également avec Auguste Brancart.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • [traduction commentée] La Conférence entre Luther et le diable au sujet de la messe racontée par Luther lui-même dans son livre de la Messe privés et de l’onction des Prêtres, commentaires par Nicolas Lenglet Du Fresnoy et Géraud de Cordemoy[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paule Adamy, Isidore Liseux 1835-1894 : un grand « petit éditeur », Bassac, Plein Chant, 2009, (ISBN 9782854522938) — bibliographie sélective p. 498-506.
  • Guillaume Apollinaire, « Souvenirs d'Auteuil », in Le Flâneur des deux rives, chroniques, Éditions de La Sirène, 1918, p. 22-28.
  • Guillaume Apollinaire, Fernand Fleuret, Louis Perceau, L'Enfer de la bibliothèque nationale, Paris, Mercure de France, 1913.
  • Olivier Bessard-Banquy, « Isidore Liseux, ancien séminariste, éditeur de curiosa », in Curieux curiosa, textes réunis par Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens, Du Lérot éditeur, 2009, p. 99-112.
  • Alcide Bonneau, Curiosa, Isidore Liseux, 1887
  • Jean-Pierre Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1880 et 1920, Paris, chez l'auteur, 2002.
  • Pascal Pia, Les Livres de l'enfer, C. Coulet et A. Faure Édition, 1998, p. 820.
  • Marie-Françoise Quignard, Raymond-Josué Seckel (s./dir.), « Notice sur Isidore Liseux », in L'Enfer de la bibliothèque, Éros au secret, catalogue de l'exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, p. 212-213.
  • Octave Uzanne, Quelques-uns des livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou uniques titres de la bibliothèque d'un écrivain bibliophile parisien, Éditions A. Durel, 1984.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Friedrich Karl Forberg, son étude De Figuris Veneris fut traduite pour la première fois par Liseux et Bonneau en 1882.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Enfer de la bibliothèque. Éros au secret (2007), infra.
  2. Notice sur le site bibliographique scissors-and-paste.net.