Isidie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parmelia saxatilis couverte à partir du centre d'isidies concolores au thalle.

Une isidie (du grec isis, « corail ») est une petite excroissance de quelques dixièmes de millimètre[1], élaborée par un thalle lichénique.

Structure[modifier | modifier le code]

Les isidies contiennent des cellules du photosymbiote et du mycosymbiote, et sont entourées d’une couche serrées d’hyphes[1].

Fonction[modifier | modifier le code]

Les isidies jouent deux rôles essentiels : elles augmentent la surface photosynthétisante du thalle en développant les échanges gazeux et aqueux[2] ; elles permettent la reproduction végétative du thalle, se détachant à l’état sec (transportées par le vent) ou dispersées par les fèces d'animaux lichenovores (insectes, acariens)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Gavériaux, « Lexique des principaux termes de lichénologie », Bulletin d’information de l’Association Française de Lichénologie, vol. 34, fasc. 2,‎ , p. 86 (lire en ligne).
  2. (es) Martha Chaparro de Valencia, Hongos liquenizados, Univ. Nacional de Colombia, , p. 73.
  3. (en) Bertold Hock, Fungal Associations, Springer Science, , p. 318.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :