Isak Gustaf Clason

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isak Gustaf Clason
Isak Gustaf Clason - from Svenskt Porträttgalleri XX.png

Isak Gustaf Clason en 1901.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Stora Kopparbergs församling (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Rättvik (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
Gustaf Clason (d)
Peder Clason (d)
Gunilla Clason-Carlquist (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Élève
Distinction
Œuvres réputées
Musée nordique (à partir de ), palais Hallwyl (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
I. G. Clasons familjegrav, Solna.jpg

Vue de la sépulture.

Isak Gustaf Clason, né le à Falun et mort le à Orsa, est un architecte suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1874, il étudie à l'Institut royal de technologie de Stockholm. Il est ensuite formé à son futur métier d'architecte dans des écoles professionnelles. Des voyages en Espagne et en France forment son goût. En France, il visite plus particulièrement les villes du sud : Marseille, Arles, Avignon, Nîmes, Narbonne, Toulouse... C'est d'ailleurs en France, à Tours, qu'il apprend qu'il a gagné le concours relatif à la construction de l'immeuble Bünsow sur Strandvägen (Stockholm).

En 1889, il entre à l'Académie royale des arts de Suède, dont il devient, vingt ans plus tard (1918), le président. On trouve sept dessins de sa main dans les collections du Musée national de Stockholm[1].

L'un de ses fils, Peder Clason, est le coauteur de la Maison des étudiants suédois à Paris (1931).

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Les réalisations de I. G. Clason sont nombreuses et sont visibles à Uppsala, Göteborg, Helsingborg... On trouve ci-dessous une liste de ses principaux travaux à Stockholm :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nationalmuseum : NMH 7/1925, 8/1925, 9/1925, 10/1925, 54/1932, 301/1964, 391/1984.


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]