Isaie Biton Koulibaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Isaïe Biton Koulibaly
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
AbidjanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Isaie Biton Koulibaly est un romancier et nouvelliste ivoirien né le à Abidjan-Treichville (Côte d'Ivoire) et mort dans la même ville le [1].

Il est spécialisé dans la littérature de genre (fantastique, romance, etc.) et un des auteurs les plus lus en Côte d'Ivoire[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Isaie Biton Koulibaly fait ses études primaires et secondaires à Abidjan et ses études universitaires à l'université d'Abidjan[3]⁣.

Il obtient un diplôme de l'école de rédaction de Paris. Il est par ailleurs le correspondant permanent du magazine international féminin Amina depuis plus de quinze ans.

Isaie Biton Koulibaly obtient en 2002 le prix Nyonda pour son roman Merci l'artiste, honorant le père du théâtre gabonais Vincent de Paul Nyonda, le grand prix ivoirien des lettres en 2005 avec Puissance des lettres, le prix Yambo Ouelogueum en 2008 avec Et pourtant, elle pleurait etc[4]. Il a été responsable du service littéraire des Nouvelles éditions ivoiriennes (NEI) pendant plus de trente ans.

Le , Isaie Biton Koulibaly fait valoir ses droits à la retraite[5].

Famille[modifier | modifier le code]

Isaie Biton Koulibaly est marié et père de trois enfants.

Publications[modifier | modifier le code]

Littérature enfantine
  • 1978 : La légende de Sadjo, (Ceda)
  • 1979 : Le destin de Bakary, (Ceda)
Nouvelles
  • 1978 : Les deux amis, (Nei)
  • 1982 : Le domestique du Président, (Vallesse),
  • 1987 : Ah ! les femmes, (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 1991 : Ah ! les hommes, (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 1991 : L’immeuble des célibataires, (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 1995 : Encore les femmes, toujours les femmes, (Koralivre/ Les classiques ivoiriens),
  • 1998 : Mon mari est un chauffeur de taxi, (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 1999 : Que Dieu protège les femmes, (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 2003 : Au nom du désir, (Nei),
  • 2004 : ! Ah, las mujeres… ! , traduction en espagnol de "Ah, les femmes" (Primerapersona),
  • 2007 : Le lit est tout le mariage, (Frat-Mat éditions),
  • 2012 : Enchaînée pour l’amour d’un homme, (Les classiques ivoiriens).
Romans
  • 1977 : Ma joie en Lui, (Nei),
  • 1989 : Le sang, l’amour et la puissance, (L’Harmattan),
  • 1999 : Sur le chemin de la gloire, (Koralivre),
  • 1999 : Merci l’artiste, Prix Nyonda 2001 des lycées du Gabon (Nei),
  • 2005 : Et pourtant, elle pleurait, Prix Yambo Ouelogueum 2008 (Frat-Mat éditions),
  • 2007 : La bête noire, Meilleure vente de la Librairie de France groupe 2008 (Frat-Mat éditions),
  • 2008: Christine, (Les Classiques ivoiriens),
  • 2013[6] : Le jour de demain, sous presse[réf. nécessaire], (Frat-Mat éditions),
  • 2012 : La parenthèse délicieuse, (NEI),
  • 2012 : Les désœuvrés du crépuscule, (Diasporas noires, édition en ligne).
Études
  • 2005 : La puissance de la lecture, grand prix ivoirien des lettres, Kaïlcedra, 2006 (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 2006 : Comment aimer un homme africain, (Koralivre/Les classiques ivoiriens),
  • 2006 : Comment aimer une femme africaine, (Koralivre/Les classiques ivoiriens).
Chroniques
  • Savoir aimer, 2011, 3e Prix Librairie de France Groupe 2011, (Go Magazine),
  • Littérature sentimentale Adoras (sous le pseudonyme de B. Williams)
  • Sugar daddy,2011, une jeune fille aime un tonton (Nei),
  • Tu seras mon épouse (Nei).
Préface d’ouvrages
  • La communication rapproche les hommes, Concours graine d’écrivain Orange
  • Pouvoir de femme (Mari-Constance Komara)
  • Plumes de femmes, une écriture en effervescence (Oumou Armande Sangaré Diarra)
  • Regards sur la crise ivoirienne à la lumière de Dieu, Tome 2 (Sébastien Zahiri Ziki)
  • Les coups de la vie (Anzata Ouattara)
  • Jo Bleck (Carlos Guédé Gou)
  • Affres, hics d'aujourd'hui (Awaba, NEI/CEDA)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. KOACI, « Côte d'Ivoire : Décès à 72 ans d'Isaïe Biton Koulibaly », sur KOACI (consulté le )
  2. N'goran 2014.
  3. « Isaïe Biton Koulibaly - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le )
  4. « Isaie Biton KOULIBALY - Librairie de France - Librairie de France », sur www.librairiedefrance.net (consulté le )
  5. Coulibaly Brahima, « Cote d'Ivoire: Reportage : Isaïe Biton Koulibaly, sa vie après les NEI », 2005,‎ (lire en ligne)
  6. « Littérature / Dédicace de la dernière œuvre d’Isaïe Biton Koulibaly : Les lecteurs s’arrachent ‘‘Le jour de demain’’ comme de petits pains », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • (en) Cyril K. Daddieh, « Koulibaly, Isaie Biton », dans Historical Dictionary of Cote d'Ivoire (The Ivory Coast), Lanham, Rowman & Littlefield, , 716 p. (ISBN 9780810873896, lire en ligne), p. 335-336
  • David K. N'goran, « Le « phénomène Isaïe Biton » en Côte d'Ivoire ou les dernières lignes d'un champ littéraire national », French Studies in Southern Africa, Association for French Studies in Southern Africa, vol. 2014, no 2 (spécial),‎ , p. 168-189 (ISSN 0259-0247, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]