Isabelle Wéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Isabelle Wéry
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Isabelle Wéry est une actrice, dramaturge et romancière belge, née à Liège en 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Elle étudie le théâtre à l'INSAS dont elle sort en 1991. Elle y est l'élève de René Hainaux.

Son parcours est d'abord intimement lié au Théâtre de la Vie. Sa carrière s'épanouit ensuite entre sa Belgique natale et la France, mais elle a l'occasion de jouer ailleurs à l'étranger, notamment en Italie et au Royaume-Uni.

Son interprétation des Monologues du vagin d'Eve Ensler sur une mise en scène de Tilly la fait éclater au grand jour et lui fait gagner la notoriété dans son pays.

Elle est nominée pour le Prix de la critique belge dans la catégorie « Seul en scène » (2008).

Elle est, épisodiquement, apparue au cinéma. Ses capacités s'étendent au chant et à la danse, et elle combine ces trois talents dans des comédies musicales.

Dramaturge[modifier | modifier le code]

Isabelle Wéry débute dans l'écriture avec La Mort du cochon, une pièce de music-hall, qui lui vaut sa première nomination au Prix du Théâtre.

Le Théâtre de la Vie lui donne l'occasion de mettre en scène ses deux autres œuvres : Mademoiselle Ari Nue et Juke-Box et Almanach.

En 2006, elle publie son premier roman Monsieur René. Le texte écrit au présent et à la forme radicalement originale, inspiré par elle-même et son mentor René Hainaux. Dans le livre, les deux comédiens deviennent respectivement Riri et René Hinaux.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sur quelques œuvres[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire] Marilyn désossée[modifier | modifier le code]

C'est le journal intime d'une jeune fille à trois époques de sa vie ici et maintenant), avec évocation de ses proches.

Le lecteur peut comparer à L'Avalée des avalés (1966, Réjean Ducharme), à Quand j'avais cinq ans je m'ai tué (1981, Howard Buten).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]