Isabelle Sorente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Son contenu est donc à considérer avec précaution. Améliorez l’article ou discutez-en.

Isabelle Sorente
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Isabelle Sorente est une femme écrivain française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Passionnée par les mathématiques, elle s’oriente d’abord vers des études scientifiques. Elle entre à Polytechnique, puis dans le Corps de l’aviation civile, où elle passe son brevet de pilote privé et s’essaie à la voltige aérienne. Elle suit en parallèle des cours de théâtre, notamment au Lucernaire et au cours Florent, où elle écrit et monte ses premières pièces. Le succès rencontré en 2001 par son premier roman, L, consacré au thème de l’addiction et à l’infantilisation des femmes dans une société conformiste, va la tourner définitivement vers l’écriture. Les thèmes de la métamorphose et de l’inassouvissement, la difficulté d’une quête spirituelle dans une société entièrement tournée vers la performance, sont omniprésents dans ses livres.

Son dernier roman, La Faille (J.C. Lattès, 2015)[1] est à la fois le portrait d'une femme, Lucie Scalbert, et la description minutieuse d'une relation d'emprise amoureuse. Au-delà de sa composante psychologique et érotique, la manipulation y apparaît comme un mal contemporain, à travers lequel se transmettent les secrets de famille et se perpétuent les rapports de domination, dans la vie intime comme dans la sphère sociale. C'est à partir de situations quotidiennes, par touches irréversibles, que se nouent peu à peu les drames qui vont mener les personnages à affronter ou à nier leur vérité.

Son précédent roman 180 jours (J.C. Lattès, 2013)[2], basé sur une enquête, nous entraînait à l'intérieur d'un élevage industriel, où des liens tragiques se nouaient entre les hommes et les bêtes.

Les romans d'Isabelle Sorente traitent notamment de la cruauté des phénomènes contemporains, comme l'addiction dans L ou le racisme dans La Prière de septembre, ils exposent des personnages confrontés à leur démesure (Le Cœur de l'ogre), à leur fantaisie (Panique[3]. ) ou à leur propre pouvoir de métamorphose (Transformations d'une femme).

Ses essais explorent quant à eux les limites et les excès de la rationalité, et la nécessité d'un entraînement de l'esprit à la joie et à la liberté. Paru en , son essai Addiction Générale analyse notre dépendance aux chiffres et à la productivité, en se fondant sur le paradigme de l'addiction. A la logique linéaire, compulsive, du calcul permanent, Isabelle Sorente oppose la valeur rationnelle et créatrice de la compassion, entendue comme magie sympathique plutôt que valeur religieuse (articles en ligne consultables ci-dessous).Dans son essai La femme qui rit (Descartes & Cie, 2007), Isabelle Sorente livre une vision théâtrale et charnelle de la réflexion sur le genre (gender studies), thèmes repris et développés dans son essai Etat Sauvage (Indigène Editions, 2012), où le féminin apparaît comme un entraînement radical à la liberté.

Sa pièce Hard Copy, comédie noire sur le thème du harcèlement en entreprise, a été jouée en 2009 au théâtre Lumen de Bruxelles, à Paris, au théâtre du Lucernaire et à Avignon OFF.

En 2008, Isabelle Sorente a fondé la revue RAVAGES, avec Frédéric Joignot et Georges Marbeck. Elle fait aussi partie des fondateurs du magazine Blast.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • L, J'ai Lu, 2002.
  • La Prière de septembre, éditions J.C. Lattès, 2003.
  • Le Cœur de l’ogre, éditions J.C. Lattès, 2004.
  • Panique, éditions Grasset, 2006.
  • Transformations d’une femme, éditions Grasset, 2009.
  • 180 jours, éditions J.C. Lattès, 2013.
  • La Faille, éditions J.C. Lattès, 2015 (à sortir en Folio)

Essais[modifier | modifier le code]

  • La femme qui rit (le marché noir de la réalité), éditions Descartes & Cie, 2007.
  • Addiction Générale, éditions J.C. Lattès, 2011.
  • Etat sauvage, Indigène éditions, 2012.

Articles en ligne[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Hard Copy, éditions Actes Sud, 2002.
  • Gilles de Rais, éditions J.C. Lattès (2004).

Revues[modifier | modifier le code]

  • Ravages, éditions JbZ.
  • Blast.

Nouvelles, articles et chroniques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]