Isabelle Guion de Méritens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Officier général francais 4 etoiles.svg Isabelle Guion de Méritens
Isabelle Guion de Méritens
Isabelle Guion de Méritens - 3 juillet 2020.

Naissance (58 ans)
Pau
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Gendarmerie nationale
Grade Général de corps d'armée
Années de service 1988 –
Commandement Gendarmerie maritime
École des officiers de la Gendarmerie nationale
Distinctions officier de l'ordre national de la Légion d'honneur
commandeur de l'Ordre national du Mérite
Famille Mariée - 2 enfants

Isabelle Guion de Méritens, née le à Pau (Pyrénées-Atlantiques), est un officier de la Gendarmerie nationale française.

Générale de corps d'armée, elle est détachée auprès de l'inspection générale de l'administration depuis le , après avoir commandé la Gendarmerie maritime de 2012 à 2015 et l'École des officiers de la Gendarmerie nationale de 2015 à 2018. Elle est la première femme à intégrer le corps des officiers de gendarmerie en 1987 et la première à être nommée officier général de gendarmerie en 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille de militaires[1], Isabelle Guion de Méritens obtient une maîtrise d'histoire en 1984[2]. La même année, elle intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (promotion Général Monclar). Nommée au grade de lieutenant à l'issue de sa scolarité, elle choisit comme école d'application l'École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) à Melun. Elle est la première femme officière recrutée par la gendarmerie[3]. Elle poursuit également des études de droit public et obtient sa licence en 1988. Elle est major du concours accédant au Collège interarmées de défense à Paris en 2001 (qui a repris l'appellation École de guerre en 2010)[4],[1]. Elle est auditrice de la 20ème session nationale d'études (2008-2009) de l'institut nationale des hautes études de sécurité (INHES) (arrêté du 22 juillet 2009, publié au JORF n°0147 du 27 juillet 2009) et auditrice du centre des hautes études du ministère de l'intérieur (CHEMI) pour la promotion 2011-2012 (arrêté du 2 juillet 20012 publié au JORF n°0154 du 4 juillet 2012).

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1988, à l'issue de sa scolarité à l'EOGN, Isabelle Guion de Méritens choisit d'être affectée au 1er groupement blindé de gendarmerie mobile de Versailles-Satory comme officier chargé de l'instruction et devient commandant du centre d'instruction blindée. Elle se voit affectée au poste d'officier pédagogie de l'école des sous-officiers de gendarmerie de Montluçon pour une durée de deux ans, avant de prendre le commandement d'une compagnie d'instruction au sein de cette même école en 1993. Elle est ensuite nommée commandant de la compagnie de gendarmerie départementale de Montmorency en 1995. Elle reste à ce poste pendant trois ans. De 1998 à 2001, elle est chef de la section « officiers » du bureau de la formation à la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) à Maisons-Alfort[4],[5].

En , Isabelle Guion de Méritens est nommée officier d'état-major à l'inspection générale des armées - gendarmerie à Paris. À partir de , elle assure les fonctions de commandant en second et chef d'état-major de l'école de gendarmerie de Chaumont. En 2006, elle est promue colonel, une première pour le corps des officiers ouvert aux femmes en 1983[6],[7]. Elle prend alors le commandement du groupement de gendarmerie départementale des Yvelines[4],[8].

En , Isabelle Guion de Méritens prend la tête de la gendarmerie maritime[9]. Lors du conseil des ministres du , elle est nommée général de brigade pour prendre rang le et devient la première femme gendarme à porter ce grade[8]. Elle commande, de 2015 à 2018, l'École des officiers de la Gendarmerie nationale à Melun.

Elle est nommée au grade de général de division lors du conseil des ministres pour prendre rang au [10]. Le , elle est détachée auprès de l'inspection générale de l'administration[11] (IGA).

Le , Isabelle Guion de Méritens est élevée aux rang et appellation de général de corps d'armée à compter du [12],[13]. Elle est la quatrième femme à accéder à cette appellation dans l'Armée française après les générales Monique Legrand-Larroche, Caroline Laurent et Maryline Gygax Généro, et la première au sein de la gendarmerie nationale[1].

Par ailleurs, Isabelle Guion de Méritens a pris à l'été 2018 la présidence de l'association "Femmes de l'Intérieur" (créée en 2013), succédant ainsi à la directrice des services actifs de la police nationale Marie-France Monéger, chef de l'inspection générale de la police nationale.

Décorations[modifier | modifier le code]

Initiation Parachutiste.jpg
Legion Honneur Officier ribbon.svg
Ordre national du Merite Commandeur ribbon.svg
Medaille de la Defense Nationale Bronze ribbon.svg
Ordre de l'Etoile de Moheli Officier ribbon.svg

Intitulés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Cyril Hofstein, « Générale Isabelle de Méritens, une vie sous les étoiles », Le Figaro Magazine, semaine du 6 mars 2020, p. 23.
  2. Christophe Cornevin, « Première femme nommée général de gendarmerie », Le Figaro, .
  3. Philippe Leymarie, « Madame la colonelle », RFI, .
  4. a b et c « Le colonel Isabelle Guion de Méritens a pris le commandement de la gendarmerie maritime », Opex360, .
  5. « C'est la première femme colonelle de gendarmerie », La Dépêche du Midi, .
  6. Hakim Djeroudi, « La première « colonelle » dans la gendarmerie », Libération, .
  7. « Les femmes gendarmes peinent à briser le « plafond de verre », AFP, .
  8. a et b « Première historique » : une femme nommée générale dans la gendarmerie », AFP, .
  9. « Un nouveau commandant pour la gendarmerie maritime », Marine nationale, .
  10. « Légifrance 08 juillet 2016 »
  11. Décret du 7 novembre 2018 portant nomination (inspection générale de l'administration) - Mme GUION de MERITENS (Isabelle)
  12. Décret du 26 février 2020 portant élévation dans la 1re section des officiers généraux.
  13. « Isabelle Guion de Méritens : 1re femme 4 étoiles de la Gendarmerie », La voix du gendarme,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2020).
  14. http://www.legiondhonneur.fr/sites/default/files/lh_2016_07_03.pdf
  15. Décret du 30 juin 2005 portant promotion et nomination
  16. Décret du 30 octobre 2019 portant promotion et nomination dans l'ordre national du Mérite en faveur des militaires appartenant à l'armée active
  17. « Décret du 8 novembre 2012 portant promotion et nomination », JORF,
  18. Décret du 31 octobre 2000 portant promotion et nomination