Isabelle Coutant-Peyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coutant et Peyre.
Isabelle Coutant-Peyre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Nationalité
Activité
Conjoint

Isabelle Coutant-Peyre, née le (65 ans)[1], est une avocate française, ancienne secrétaire de la Conférence des avocats du barreau de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une famille de la bourgeoisie catholique française, Isabelle Coutant étudie en pension[2]. Elle épouse un élu local centriste du département de la Manche, Michel Peyre[3], avec qui elle a trois enfants[4].

Carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un DEA de droit des affaires à Paris X et d'un DEA d'histoire contemporaine de l'EPHE, Isabelle Coutant-Peyre prête serment à la cour d'appel de Paris le 14 février 1979.

Elle s'occupe, dans un premier temps, des procédures collectives mais très vite elle rencontre Jacques Vergès dont elle devient l'associée en 1981[2], ayant les mêmes causes politiques que lui.

En 1986, elle est élue secrétaire de la Conférence.

Avec Jacques Vergès, elle défend le terroriste Ilich Ramírez Sánchez, dit « Carlos », le négationniste Roger Garaudy — elle a dirigé la revue À Contre nuit[5] — et le militant nationaliste breton Alain Solé[6].

Elle est l'avocate de Jean-Edern Hallier, notamment lors de l'affaire des écoutes de l'Élysée, et représente aujourd'hui l'Association des amis de Jean-Edern Hallier.

Elle est l'avocate de Charles Sobhraj, un tueur en série français qui, dans les années 1970, aurait tué entre quinze et vingt personnes en Asie[7].

Elle défend Zacarias Moussaoui sur son dossier français[2].

En 2008, elle est l'avocate de Kémi Séba et, en 2009, de Youssouf Fofana, le chef du « gang des barbares » lors de son procès qui s'ouvre le 29 avril 2009 à Paris. Toutefois elle est récusée par Fofana le 20 mai ; celui-ci déclare : « Coutant-Peyre… Peyre c’est juif, non ? », avant de poursuivre : « On veut déjà me tuer… Donc, je ne vais pas m'entourer de gens comme ça »[8]. D'après elle, elle a quitté sa défense en raison d'un problème de moyens et de désaccords sur la stratégie, cette phrase n'étant qu'une blague[2].

En 2009, elle défend Hélène Houphouët-Boigny, la fille de Félix Houphouët-Boigny, ancien président de la République de Côte d'Ivoire, notamment lors de la bataille autour de l'héritage de celui-ci[9].

Elle défend les intérêts de Jean-Pierre Donnadieu, ancien membre du Grand Orient de France. À cette occasion, elle obtient la condamnation de la France par la Cour européenne pour illégalité de l'internement de son client[10].

En 2010, elle dépose plainte pour homicide volontaire après le décès par asphyxie de Skander Vogt, un prisonnier suisse qui avait mis le feu à son matelas dans sa cellule pour protester contre d'incessantes brimades[11].

En 2011, l’association Mouvement d’amitié et de coopération entre les peuples européen et libyen (MPSL), représentée par Isabelle Coutant-Peyre, porte plainte pour incitation au meurtre sur la personne du colonel Kadhafi et demande l'interdiction de diffusion de la chaîne de télévision Al Jazeera et de ses sites Internet en France et en Europe[12].

En 2012, elle assiste le père de Mohamed Merah qui porte plainte contre X pour le meurtre de son fils, abattu par le RAID[13].

En 2013, elle annonce qu'elle a été engagée par le ministère de la Culture iranien afin d'envisager des poursuites contre les productions cinématographiques hollywoodiennes hostiles au régime iranien. Cette démarche vise principalement le film Argo[14].

Elle est l'avocate de Merouane Benahmed, ancien membre du Groupe islamique armé algérien, assigné à résidence dans la commune de Beaupréau[15].

En 2014, elle est l'un des avocats dans l'affaire médiatisée Rafik Khalifa, homme d'affaires algérien poursuivi pour banqueroute et détournement de fonds[16].

Elle est l'un des avocats de Dieudonné et de la société des Productions de la Plume[17]. Elle dépose plainte pour détournement de l'image publique de Dieudonné, contre un site internet pornographique qui détourne la quenelle, geste popularisé par le polémiste depuis 2005[18]. Le 7 mai 2015, elle assiste Noémie Montagne, compagne de Dieudonné, pour déposer une plainte contre l'ancien député belge Laurent Louis pour diffamations et insultes[réf. nécessaire].

Elle défend l'un des membres de Forsane Alizza lors du procès qui s'ouvre le 8 juin 2015 à Paris[19],[20].

Défense de Carlos[modifier | modifier le code]

En 1984, avec Jacques Vergès, elle défend Ilich Ramírez Sánchez, dit « Carlos », condamné à perpétuité, et sa compagne Magdalena Kopp[2].

En 2001, elle « épouse » Carlos sous le rite musulman[4], sans se convertir et pas de manière civile[2].

Le 6 mars 2004, lors d'une émission chez Thierry Ardisson, elle déclare : « J’ai le mari idéal, il me laisse tranquille toutes les nuits[21]. »

Alors que Carlos est renvoyé aux assises pour l'Attentat du Drugstore Publicis du 15 septembre 1974, elle s'occupe toujours de sa défense. À partir du 13 mars 2017, plus de 42 ans après les faits, Carlos est jugé devant la cour d’assises spéciale de Paris ; outre Isabelle Coutant-Peyre, le défendent trois avocats du barreau de Paris (Xavier Nogueras, Antoine Van Rie et Francis Vuillemin) et un avocat du barreau de Zurich (Marcel Bosonnet).

Le 28 mars 2017, Ilich Ramirez Sanchez est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, pour l'attentat du drugstore.

Affaire Raphaël Shoemann[modifier | modifier le code]

Dans un entretien à vice.fr[2], elle explique avoir été l'objet en mars 2003, de menaces de mort de la part de Raphaël Shoemann, au même titre que José Bové, Alain Lipietz, Jean-Claude Willem[22] et d'autres personnalités.

Me Coutant-Peyre et d'autres personnalités ont reçu à leur domicile une lettre contenant une balle avec l'inscription en lettres majuscules : « la prochaine n'arrivera pas par la poste »[23].

Raphaël Shoemann est condamné à verser à chacune de ses victimes 1 euro de dommage et intérêt, plus 10 mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l’épreuve ; la cour ordonne également la destruction de son stock d’armes de guerre, constitué de fusil d’assaut, pistolet et revolver, balles spéciales perforantes, appareil de visée, silencieux, et autres engins[24].

Au cours du procès qui se déroule le 17 janvier 2007 devant la cour d'appel de Paris, Raphaël Shoemann ne présente aucune excuse, ni dit qu’il ne recommencera pas. Il désigne les personnalités visées comme « le cœur du mouvement négationniste français… le service après vente du 3e Reich »[25].

Le 14 février 2007, la cour d’appel de Paris le condamne une nouvelle fois à verser à chacune des victimes 500 euros.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Coutant et Joseph Vebret, Épouser Carlos : un amour sous haute tension (suivi d'un Post-scriptum de Ilich Ramírez Sánchez, dit Carlos), Éditions L'Archipel, Paris, 2004, 279 p. (ISBN 2-84187-552-0)
  • Isabelle Coutant-Peyre, Goulag trois points et omerta, les mystères d'un internement abusif, 2010, 246 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les notices du catalogue général de BnF, il est indiqué 1952 mais la notice d'autorité personne donne 1953.
  2. a, b, c, d, e, f et g Laurent Laughlin, « Isabelle Coutant-Peyre », vice.fr, 13 mai 2010.
  3. « Je ne suis pas la femme de Carlos ! », Tribune de Genève.
  4. a et b « My love for Carlos the Jackal ».
  5. Revue À Contre nuit.
  6. Communiqué de la Coordination anti-répressive de Bretagne, 3 juin 2003.
  7. « Charles Sobhraj, un tueur magnétique » (consulté le 9 juin 2015)
  8. « Procès du “gang des barbares” : Youssouf Fofana, un accusé pas comme les autres ».
  9. « Où est passé le trésor d'Houphouët ? - JeuneAfrique.com » (consulté le 9 juin 2015).
  10. Coutant-Peyre Isabelle, Goulag trois points et omerta, les mystères d'un internement abusif, , 246 p..
  11. « Mort suspecte d'un détenu en Suisse » (consulté le 8 juin 2015).
  12. « Communiqué de presse de L’association Mouvement d’amitié et de coopération entre les peuples européens et libyen » (consulté le 8 juin 2015)
  13. Mélanie Matarese, « Affaire Merah : une avocate algérienne controversée », Le Figaro, 11 juin 2012.
  14. Norine Raja, « « Isabelle Coutant-Peyre, l’avocate en guerre contre Argo » », Elle, 5 avril 2013.
  15. « Maine-et-Loire : un ancien du GIA algérien jugé indésirable » (consulté le 8 juin 2015).
  16. « La justice française veut percer l’énigme Khalifa | Presse-dz », sur www.presse-dz.com (consulté le 10 juin 2015).
  17. « L’avocat de Dieudonné donne sa Vérité - ma Vérité sur », sur www.maveritesur.com (consulté le 9 juin 2015)
  18. « Dieudonné attaque un site porno qui détourne «sa» quenelle » (consulté le 9 juin 2015)
  19. « Ouverture du procès de Forsane Alizza: risque terroriste ou agitation islamiste? », sur www.bfmtv.com (consulté le 8 juin 2015)
  20. « Procès de Forsane Alizza : qui est l'avocate du groupe islamiste, Me Isabelle Coutant-Peyre ? » (consulté le 9 juin 2015)
  21. Institut Ina.fr, « Isabelle Coutant "épouser Carlos" », sur Ina.fr (consulté le 13 juin 2015).
  22. « Une fatwa contre Bové ? - Les mots sont importants (lmsi.net) », sur lmsi.net (consulté le 10 juin 2015)
  23. David Castel, « Menaces de mort contre des personnalités: procès le 11 mai - INTIME CONVICTION » (consulté le 13 juin 2015)
  24. « L'affaire Redeker, deux poids, deux mesures » (consulté le 13 juin 2015).
  25. Israel Shamir, « Nuisibles », sur www.israelshamir.net (consulté le 13 juin 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]