Isaak Iselin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isaak Iselin
Iselin Isaak.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
BâleVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Isaak Iselin, né le à Bâle, mort le dans la même ville, est un philosophe suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Christoph Iselin, fabricant et vendeur de soie à Berlin, Isaak Iselin étudie en 1742 la philosophie à Bâle puis le droit. En 1747, il rejoint la faculté de droit de l'université de Göttingen. En 1751, Iselin est nommé à Bâle Doctor of Laws.

Ne parvenant pas à être professeur ou fonctionnaire, Iselin se tourne vers l'édition. En 1755, il publie Philosophischen und patriotischen Träume eines Menschenfreundes (Rêves philosophiques et patriotiques d'une union humaine). En 1756, Iselin devient secrétaire de mairie de la ville de Bâle, poste qu'il occupe, avec une brève interruption de 1758 à 1760, jusqu'à sa mort.

Iselin publie ses idées de politique sociale et de pédagogie avec Geschichte der Menschheit (Histoire de l'humanité) en 1764. En 1767, il travaille avec Friedrich Nicolai sur l'Allgemeinen Deutschen Bibliothek. En tant qu'éditorialiste, il promeut la philanthropie et la physiocratie. Au contraire de Jean-Jacques Rousseau, la philosophie de l'histoire d'Isaak Iselin est un progrès linéaire vers l'humanité. De 1776 à 1778 et de 1780 à 1782, il édite des Éphémérides de l'humanité. Il est ami de Johann Heinrich Pestalozzi.

En 1761, Iselin est membre fondateur de la Société helvétique qu'il préside en 1764. En 1777, il est un fondateur de la Gesellschaft für das Gute und Gemeinnützige.

Avec sa compagne Helena Forcart, Isaak Iselin a neuf enfants, leur deuxième fille est Anna Maria Preiswerk-Iselin.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :