Isaac de l'Ostal de Saint-Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isaac de l'Ostal de Saint-Martin
Attributed to Jan de Baen Portrait of Isaac de l'Ostal de Saint-Martin.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Isaac de l'Ostal de Saint-Martin ou Lostal, né vers en Basse-Navarre et mort le , est un chevalier français d'une famille béarnaise, installé à une période inconnue dans les Provinces-Unies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Isaac de l'Ostal semble venir au monde à Saint-Palais ou près de Saint-Martin-d'Arberoue en Basse-Navarre. Il est le fils de Pierre de Lostal — lui-même fils d'un marchand d'Oloron —, seigneur de Cardesse, de Saint-Dos et de Buziet, conseiller d'État du roi, procureur général, puis vice-chancelier de Navarre.

Il s'embarque pour Batavia en 1657 — après un entrainement dans l'armée des Provinces-Unies, le Staatse leger (nl) —, aux côtés de Hendrik van Rheede et de Johan Bax van Herentals, futur gouverneur de la colonie du Cap. Il demeure à Ceylan et la côte de Malabar jusqu'en 1672. Il sert sous les ordres de l'amiral Rijcklof van Goens durant les campagnes menées contre les Portugais sur les côtes ouest de l'Inde[1]. Il est ensuite affecté à Batavia en raison de la guerre de Hollande, qui oppose le royaume de France à la Grande alliance de La Haye qui réunit les Provinces-Unies, l'archiduché d'Autriche, la monarchie catholique espagnole et le duché de Lorraine.

L'Ostal prend part en Indonésie aux combats de l'ancien royaume de Mataram, de Ternate et de Banten ; il semble avoir été un soldat de valeur, ses aventures étant reprises par le dramaturge Onno Zwier van Haren[2]. Il s'installe à Utrecht à partir de 1683 aux côtés du naturaliste Hendrik van Rheede.

Comme Van Rheede, l'Ostal est intéressé par la botanique ; il est également un ami de Joan Huydecoper (en), bourgmestre d'Amsterdam et l'un des dirigeants de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. En 1684, il vogue à nouveau vers Batavia. Durant son escale au cap de Bonne-Espérance, il explore le nord du pays. Il recherche des plantes médicinales ou à valeur économique aux côtés de Simon van der Stel. Une vallée au nord de Piketberg porte le nom de Lostal en son honneur[3],[N 1].

Peu après son arrivée à Batavia, il devient membre du Conseil de l'Inde. Il possède trois microscopes et assiste le naturaliste allemand aveugle Georg Everhard Rumphius sur l’île d’Ambon dans la rédaction et la publication de ses ouvrages. Il charge Engelbert Kaempfer de recherches sur la composition du papier de riz japonais.

À sa mort en 1696, son frère Gratian hérite de ses biens ; ce dernier habite alors à Oloron où il est, semble-t-il, juriste. L’héritage recèle près de 1 200 ouvrages en diverses langues telles que l’hébreu, l’arabe, le persan, le portugais et le malais. L’Ostal est l’un des tout premiers collectionneurs d’ouvrages en malais. Sa propriété de Kemayoran (en), comportant un pavillon japonais, est acquise par Joan van Hoorn (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La zone est connue au XXIe siècle pour ses productions de fruits et de rooibos.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Johannes Heniger, Hendrik Adriaan van Reede tot Drakenstein, 1636-1691, and Hortus Malabaricus : a contribution to the history of Dutch colonial botany, Rotterdam, A.A. Balkema, , 295 p. (ISBN 90-6191-681-X, notice BnF no FRBNF35046271), p. 9.
  2. Denys Lombard, Page d'exotisme : IX. Agon, sultan de Bantan, tragédie en 5 actes et en vers, (notice BnF no FRBNF39419666, lire en ligne), p. 53 - 64.
  3. (en) Patrick Richard Carstens, Port Nolloth : the making of a South African seaport, (ISBN 978-1-4653-4792-3, lire en ligne), p. 43 - 44.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert B. Cribb, Historical dictionary of Indonesia, Lanham, Scarecrow press, coll. « Historical dictionaries of Asia, Oceania, and the Middle East » (no 51), , 583 p. (ISBN 978-0-8108-4935-8 et 0-8108-4935-6, notice BnF no FRBNF42026082)
  • (en) Russell Jones, « The Origins of the Malay Manuscript Tradition », Cultural contact and textual interpretation: papers from the Fourth European Colloquium on Malay and Indonesian Studies, Leiden, Foris Publications,‎
  • (en) Merle Calvin Ricklefs, A history of modern Indonesia since c.1300, Basingtoke ; London, Macmillan, , 378 p. (ISBN 0-333-57689-6, notice BnF no FRBNF37472730)