Issaak Boleslavski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Isaac Boleslavski)
Aller à : navigation, rechercher
Issaak Boleslavski
Description de cette image, également commentée ci-après

Issaak Boleslavski

Naissance
Zolotonocha, Ukraine
Décès
Minsk, Ukraine
Nationalité Drapeau Soviétique
Drapeau d'Ukraine Ukrainien
Profession
Joueur d'échecs

Issaak[1],[2] ou Isaac Iefremovitch Boleslavski (né le à Zolotonocha, Ukraine, mort le à Minsk) est un grand maître international ukrainien du jeu d'échecs.

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1933, Boleslavski devient le champion scolaire de Dniepropetrovsk. Trois ans plus tard, il remporte le troisième prix du championnat d'URSS junior 1936 qui se tient à Léningrad

En 1938, âgé de 19 ans seulement, il gagne le championnat national ukrainien. En 1939, il le remporte à nouveau, se qualifie pour jouer dans le championnat d'URSS et gagne le titre de maître national et décroche un diplôme de philologie de l'université de Sverdlovsk.

En 1940, Boleslavski joue dans le 12e championnat d'URSS à Moscou. Il gagne 8 des 10 dernières parties et finit ex æquo à la cinquième place, derrière Andor Lilienthal, Igor Bondarevski, Vassily Smyslov et Paul Keres et ex æquo avec Mikhail Botvinnik[3]. À la fin de l'année, il remporte le championnat ukrainien pour la troisième fois consécutive. En 1941 il participe au tournoi pour le titre de champion absolu d'URSS, et finit à la quatrième place, derrière Botvinnik, Keres et Smyslov.

En 1945, il arrive à la deuxième place du 14e championnat d'URSS, derrière Botvinnik (+9 =6 -2). Il se voit attribuer le titre de grand maître soviétique. Il occupe le troisième échiquier lors du match radio URSS-États-Unis. Confronté à Reuben Fine, il annule la première partie et remporte la seconde et le prix de la meilleure partie du match.

Sa fille Tatiana nait en 1946, elle épousera plus tard David Bronstein, de 22 ans son aîné. Boleslavski et Bronstein sont des amis proches depuis les années 1930 et le resteront toute leur vie.

En 1946, il fait son début international au tournoi de Groningue et termine ex-aequo à la sixième place.

En 1950, il figure parmi les premiers joueurs qui se voient attribuer le titre de grand maître international de la Fédération internationale des échecs.

Candidat au Championnat du monde[modifier | modifier le code]

Boleslavski se qualifie au tout premier tournoi interzonal à Saltsjobaden en 1948, ce qui lui permet de participer au tournoi des candidats qui a lieu deux ans plus tard à Budapest et qui doit sélectionner l'adversaire du tenant du titre mondial, Mikhail Botvinnik. Il mène le tournoi jusqu'à la dernière ronde, où il est rejoint par Bronstein. Lors du match de départage avec ce dernier, il est défait (-3=9+2).

Ceci s'avèrera être la dernière chance de Boleslavski d'être un prétendant sérieux au championnat du monde. Il participe encore au tournoi des candidats de Zurich en 1953, mais ne termine que 10e ex-aequo. Il ne se qualifiera pour aucun des tournois des candidats ultérieurs.

Reste de la carrière[modifier | modifier le code]

En 1951, il est l'assistant de David Bronstein durant le match pour le championnat du monde contre Botvinnik, qui se termine par un ex-aequo 12-12 qui permet à Botvinnik de conserver le titre. En 1952, il participe à l'Olympiade d'Helsinki et marque 7 points sur 8. C'est la seule Olympiade à laquelle il participe en tant que joueur, il soutiendra l'équipe soviétique dans les cycles ultérieurs.

Il remporte le championnat de Biélorussie à deux reprises, en 1952 (ex-aequo) et 1964.

En 1961, il joue son dernier championnat d'URSS. Il prend la première place du tournoi international de Debrecen. Il est l'assistant du champion du monde Tigran Petrossian de 1963 à 1969.

En 1968, il est le capitaine de l'équipe universitaire d'URSS, qui gagne le championnat du monde à Ybbs. Sa dernière apparition en tournoi est celle de Minsk en 1971, à 52 ans. Boleslavski est l'entraîneur principal de la fédération russe d'échecs dans les années 1960, il est resté un analyste et un auteur respecté jusqu'à ses derniers jours.

Il décède à Minsk le 15 février 1977 à l'âge de 57 ans, après une chute sur un trottoir verglacé, il se brise la hanche, et est terrassé par une infection contractée pendant son hospitalisation.

Héritage échiquéen[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case blanche c6
Pion noir sur case noire d6
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case noire e5
Cavalier blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case blanche e4
Cavalier blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Fou blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Variante Boleslavski après 6...e5

Une des contributions principales de Boleslavski à la théorie des ouvertures est la variante qui porte son nom de la défense sicilienne (1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 Cc6 6.Fe2 e5).

Elle existe aussi comme variation dans la Najdorf, avec 5...a6 au lieu de 5...Cc6.

Boleslavski, avec ses compatriotes ukrainiens Bronstein, Efim Geller et Aleksandr Konstantinopolski, a contribué à transformer l'Est-Indienne d'une défense considérée comme douteuse en une des défenses les plus populaires aujourd'hui. Dans son livre L'Art de jouer les pions[4], Hans Kmoch appelle la configuration des pions c6 et d6 (surtout si le pion d est sur une colonne semi-ouverte) le mur de Boleslavski.

Un ouvrage consacré à ses meilleures parties, publié en 1990, remporte le prix du meilleur ouvrage échiquéen de l'année en Grande-Bretagne[5]

Parties remarquables[modifier | modifier le code]

Boleslavski a un score positif contre Mikhail Tal. Il le bat même avec les noirs à Riga en 1958
Tal-Boleslavski Riga 1958 1.d4 Nf6 2.c4 g6 3.Nc3 Bg7 4.e4 d6 5.f3 O-O 6.Be3 e5 7.d5 c5 8.g4 Ne8 9.h4 f5 10.gxf5 gxf5 11.exf5 Bxf5 12.Bd3 e4 13.fxe4 Qe7 14.exf5 Qxe3+ 15.Qe2 Qg3+ 16.Kd2 Nc7 17.Qh2 Qxh2+ 18.Rxh2 Nd7 19.Ne4 Kh8 20.Rg2 b5 21.Nf3 bxc4 22.Bxc4 Rab8 23.Rb1 Rxf5 24.Nfg5 Ne5 25.Bb3 c4 26.Bc2 Nxd5 27.Nxd6 Rf6 28.Nf5 Rd8 29.Ke1 Nf4 30.Rg3 Ned3+ 31.Bxd3 Nxd3+ 32.Rxd3 Rxd3 33.Nxg7 Kxg7 34.Ke2 h6 35.Ne4 Re6 36.Rg1+ Rg6 37.Rc1 Rg2+ 38.Nf2 Rd4 39.Kf3 Rg6 40.Ne4 Re6 41.Rg1+ Kf8 42.Rg4 Ra6 43.h5 Ra5 44.Rf4+ Ke7 45.Rg4 Rxh5 46.Kf4 Kf7 47.Ke3 Rd3+ 48.Kf4 Rh2 49.Ke5 Re2 50.Rf4+ Ke7 51.Kf5 Rd4 0-1

Boleslavski-Fine USA-URSS match radiophonique, 1945 1. e4 e5 2. Nf3 Nc6 3. Bb5 a6 4. Ba4 d6 5. c4 Bd7 6. Nc3 g6 7. d4 exd4 8. Nxd4 Bg7 9. Nxc6 bxc6 10. O-O Ne7 11. c5 Nc8 12. Be3 O-O 13. Qd2 Qe7 14. Rad1 Be8 15. f4 f5 16. exf5 gxf5 17. Rfe1 dxc5 18. Qf2 Nd6 19. Bxc5 Qd8 20. Bd4 Bxd4 21. Qxd4 Qf6 22. Bb3+ Kh8 23. Qxf6+ Rxf6 24. Re7 Rc8 25. Rde1 Bg6 26. R1e6 Rxe6 27. Bxe6 Re8 28. Rxe8+ Bxe8 29. Na4 Kg7 30. Nc5 a5 31. Kf2 Bf7 32. Bxf7 Kxf7 33. b3 h5 34. g3 Ke7 35. Ke3 Nb5 36. Nb7 c5 37. Nxa5 Kd6 38. Nc4+ Kd5 39. Kd3 Nd6 40. Nxd6 cxd6 41. a3 1-0

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) R. Edward, An Illustrated Dictionary of Chess, 1977, Hamlyn Publishing Group, ISBN 1-55521-394-4
  • (en) David Hooper, Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, 1992, Oxford University Press, ISBN 0-19-280049-3
  • (en) Anne Sunnucks, The Encyclopaedia of Chess, 1990, St. Martin's Press

Références[modifier | modifier le code]

  1. Larousse des échecs : Découvrir, approfondir, maîtriser (préf. Joël Lautier), Paris, Éditions Larousse,‎ , 480 p. (ISBN 978-2-03-518207-4), p. 376
  2. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France,‎ , 432 p., p. 42
  3. 12e ch d'URSS sur RUSBASE
  4. Hans Kmoch, L'Art de jouer les pions, Payot, ISBN 2-228-88770-6, 1994.
  5. Jimmy Adams, Isaac Boleslavsky Selected Games, Caissa Publications, ISBN 1870816064

Liens externes[modifier | modifier le code]