Isérables

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Isérables
Blason de Isérables
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Martigny
Localité(s) Les Crêteaux, Prarion, Balavaux
Communes limitrophes Riddes, Nendaz
Président(e) Régis Monnet
NPA 1914
N° OFS 6134
Démographie
Gentilé Bedjuis, Bedjuasses
Population
permanente
832 hab. (31 décembre 2018)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 00″ nord, 7° 15′ 00″ est
Altitude 1 106 m
Superficie 15,23 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Isérables
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Isérables
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Isérables
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Isérables
Liens
Site web www.iserables.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Isérables est une commune suisse du canton du Valais située dans le district de Martigny, sur la rive gauche du Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Isérables (anciennement dénommé Isérabloz) est situé dans la vallée alpine de la Faraz, qui s'étend sur 1 532 ha, entre la plaine du Rhône à 476 m et la pointe de Champs Ferret à près de 2 750 m d'altitude. Accroché à la pente, à 1 116 m d'altitude, le village d'Isérables abrite une population d'un millier d'habitants et tire son nom de l'érable, abondant dans la région.

Bien visible depuis Riddes, mais aussi depuis les grands axes de communication de la plaine, le village est pourtant resté longtemps sans route d’accès. Les hottes et paniers servant aux transports à dos ou avec les mulets se sont maintenus jusqu’au milieu du XXe siècle. Les bâtiments construits pour la plupart en maçonnerie à la suite d’un grand incendie en 1881, sont implantés dans la forte pente en suivant les courbes de niveau[3].

Cable car to Isérables.jpg

En 1942, le téléphérique Riddes-Isérables est inauguré et rapproche ainsi la plaine à moins de dix minutes de la commune de montagne. Il a été remplacé en 2009. Par la même occasion, un câble réseau a été installé le long des câbles afin de connecter le réseau ethernet (isérnet) au reste du monde. Les habitants d'Isérables sont les Bedjuis et les Bedjuasses.

Culture[modifier | modifier le code]

La Fondation Pro Aserablos[4] veille au maintien et à la mise en valeur du patrimoine culturel d'Isérables. Elle a ouvert en 2003 un Musée qui met l'accent sur la manière dont une communauté alpine a su au cours des siècles développer ses activités en tenant compte de la topographie marquée par une pente très forte. Conçu par l'architecte Pierre Cagna et la scénographe Marie-Antoinette Gorret il est le cœur de l'activité de mémoire de la commune dont un autre élément original est constitué par le Chemin d'écoute réalisé par le compositeur Pierre Mariétan[5].

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Théodule. Saint Théodule ou Théodore est les premier évêque connu du Valais. L’édifice a été élevée en 1827 par Charles Mério sur les fondations d’une chapelle de 1613 dont subsistent le chœur et le clocher. Restauration 1998-1999. Autels et fonts baptismaux provenant de l’ancien sanctuaire du XVIIe siècle. Vitraux et chemin de croix par Jean-Claude Morend, réalisé par l’entreprise Fleckner, de Fribourg. Sous l’église coule une source ornée d’une statue de la Vierge[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2018 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a et b Guide artistique de la Suisse : Fribourg, Freiburg, Valais, Wallis, vol. 4b, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 604 p. (ISBN 978-3-906131-99-3), p. 451.
  4. http://www.iserables.org/fr/
  5. Pierre Mariétan

Sur les autres projets Wikimedia :