Irmgard Schwaetzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Irmgard Schwaetzer
Illustration.
Irmgard Schwaetzer le
Fonctions
Ministre fédérale allemande de l'Aménagement du territoire, des Travaux publics et de l'Urbanisme

3 ans, 9 mois et 30 jours
Chancelier Helmut Kohl
Gouvernement Kohl IV
Prédécesseur Gerda Hasselfeldt
Successeur Klaus Töpfer
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Münster (Allemagne)
Parti politique FDP
Profession Pharmacienne

Irmgard Schwaetzer
Ministres fédéraux de l'Aménagement du territoire d'Allemagne

Irmgard Schwaetzer, né le à Münster, est une femme politique allemande membre du Parti libéral-démocrate (FDP).

Nommée ministre d'État aux affaires européennes en 1987, elle se présente l'année suivante à la présidence fédérale du FDP mais échoue de peu. Après avoir été promue ministre fédérale de l'Aménagement du territoire en 1991, elle est proposée comme ministre fédérale des Affaires étrangères en 1992 mais elle se heurte à un veto du groupe FDP au Bundestag. Elle conserve alors son poste jusqu'en 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a obtenu son Abitur en 1961, puis a étudié la pharmacie à Passau, Münster et enfin Bonn. Elle a réussi son examen d'État de pharmacienne en 1967.

En 1968, elle décroche sa licence (Approbation) de pharmacienne, puis un doctorat en chimie pharmaceutique à l'université de Bonn en 1971. À partir de cette année, elle a travaillé comme cadre de l'industrie pharmaceutique et de biens de la consommation jusqu'en 1980.

Elle vit actuellement à Berlin et a été mariée au chimiste Wolfgang Adam. Du fait de ce mariage, elle se voyait régulièrement appelée « Irmgard Adam-Schwaetzer ».

Vie politique[modifier | modifier le code]

Au sein du FDP[modifier | modifier le code]

Irmgard Schwaetzer a adhéré au Parti libéral-démocrate (FDP) en 1975. Sept ans plus tard, elle est nommée secrétaire générale fédérale en remplacement de Günter Verheugen, démissionnaire du parti à la suite de la rupture de la coalition sociale-libérale.

Elle doit abandonner ce poste en 1984 pour devenir trésorière fédérale jusqu'en 1987. L'année suivante, elle se présente à la présidence du parti contre Otto Graf Lambsdorff, qui l'emporte par 211 voix contre 187. Elle devient alors élue vice-présidente fédérale et conserve ce poste pendant six ans.

Actuellement, elle fait partie du comité directeur de la fondation Friedrich Naumann.

Au niveau institutionnel[modifier | modifier le code]

Le , elle est élue députée fédérale de Rhénanie-du-Nord-Westphalie au Bundestag, puis nommée ministre d'État à l'office des Affaires étrangères le . À la suite des élections fédérales du , le FDP, qui a obtenu de bons résultats, exige un portefeuille supplémentaire au sein de la coalition noire-jaune alors au pouvoir. Le , Irmgard Schwaetzer est nommée au poste de ministre fédérale de l'Aménagement du territoire, de la Construction et de l'Urbanisme.

À peine un an plus tard, en , le vétéran Hans-Dietrich Genscher, ministre fédéral des Affaires étrangères depuis 1974, annonce sa démission. Elle est alors proposée par le comité directeur du FDP pour lui succéder, mais le groupe parlementaire lui préfère Klaus Kinkel par 63 voix contre 25. En 1993, elle fait l'objet d'une mini-polémique pour avoir signé un article promotionnel pour le groupe immobilier Germania dans sa revue interne[1].

Elle n'est pas reconduite à la suite des législatives du , qui constituent un revers pour les libéraux-démocrates. Réélue au Bundestag pour un dernier mandat le , elle est désignée présidente du groupe de travail du groupe parlementaire sur le travail, les politiques sociale, de santé, familiale, des femmes et de la jeunesse.

Ne s'étant pas représentée aux élections fédérales de 2002, elle est aujourd'hui retirée de la vie politique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Allemagne : pour avoir fait de la publicité pour une entreprise - Le ministre du logement sur la sellette, Le Monde daté du