Irmgard Griss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Irmgard Griss
Irmgard Griss.jpg
Fonctions
Député au Conseil national
Q1359779
depuis le
Substitute Member of the Constitutional Court of Austria
-
Werner Suppan (d)
Président de la cour suprême d'Autriche-Hongrie
-
Johann Rzeszut (d)
Eckart Ratz (en)
Juge à la Cour suprême
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Irmgard Griss, née Reiterer le 13 octobre 1946 à Deutschlandsberg, est une juriste autrichienne, présidente de la Cour suprême d'Autriche entre 2007 et 2011.

Elle arrive en troisième position lors du premier tour de l'élection présidentielle autrichienne de 2016, comme candidate indépendante, sans l'appui financier ni le soutien d'une formation politique établie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Griss est la deuxième des trois enfants de la famille Reiterer[1].

En 1970, elle devient docteur en droit à l'issue de ses études puis travaille de 1971 à 1975 comme assistante à l'université de Graz[2]. Elle demande à bénéficier et obtient une bourse Franz Boas-Stipendium[3] pour étudier aux États-Unis[4]. Elle effectue un troisième cycle entre 1974 et 1975 à l'université Harvard[3].

Carrière de juriste[modifier | modifier le code]

Elle effectue un parcours dans différentes juridictions puis devient en 1993, juge à la Cour suprême. De début 2007 à fin 2011, elle en est la présidente[3].

Dans les années 2010 et 2011, elle est présidente du réseau des  présidents des cours suprêmes de l'Union européenne[5]. Elle préside également, en 2011, à la fondation de l'Institut européen du droit (European Law Institute)[6].

En mai 2013, après son départ à la retraite (2011), elle prend la tête d'un projet pilote Ministère fédéral autrichien des Affaires sociales sur les arbitrages concernant les transactions des consommateurs. En janvier 2015, elle est nommée juge international à Singapour pour le Tribunal de commerce international nouvellement créé[3].

Enseignante[modifier | modifier le code]

Elle a animé à des séminaires de droit civil, et droit commercial, à la fois à l'Université d'économie de Vienne et plus tard à Graz. Elle est aujourd'hui professeur honoraire à l'université de Graz[3].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En mars 2014, à la demande du ministre des finances Michael Spindelegger (du Parti populaire autrichien)[4], elle préside une commission d’enquête sur un scandale de corruption très médiatisé, le scandale du Hypo Group Alpe Adria, qui rend son rapport en décembre 2014[7]. Les déboires financiers de cette banque ont provoqué à partir de 2008 le plus grand désastre financier en Autriche depuis 1945. Certains observateurs soulignent la « dimension mafieuse » de certains prêts consentis par cet établissement[8],[3]. Le rapport de la commission Griss n'épargne ni la direction de la banque, ni les institutions financières chargées de surveiller ces établissements, ni le pouvoir politique[7].

Elle décide ensuite de se présenter comme candidate indépendante à la présidentielle de 2016. Elle fait campagne sans le soutien financier ni l’appui d’une formation politique établie. Elle semble avoir réussi à capter une partie de l’électorat de centre droit[9]. Elle obtient 18,8 % des suffrages exprimés au premier tour, devançant les candidats des deux partis traditionnels (parti populaire et parti social-démocrate) et se plaçant en troisième position derrière le candidat d'extrême-droite, Norbert Hofer (35,1 %) et un candidat écologiste Alexander Van der Bellen (21,3 %)[10],[9],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Weststeirische Rundschau. 88.;Jahrgang, Nr.9/2015, 27 février 2015. Simadruck Aigner und Weisi, Deutschlandsberg, 2015, S.3.
  2. (de) Kurzbiografie (PDF) auf der Website der Österreichischen Akademie der Wissenschaften zum Stand 2013, abgerufen am 15. 
  3. a b c d e et f (de) « Zur Person – Mein Ausbildungsweg », sur griss16.at.
  4. a et b (de) Karin Leitner et Maria Kern, « Spindeleggers Trümmerfrau in der Hypo. Die Juristin Irmgard Griss: Wer und wie ist die Frau mit beschränkten Kompetenzen und gutem Ruf? », Kurier,‎ (lire en ligne).
  5. (de) « Ersatzmitglied: Irmgard Griss », sur le site de la Cour constitutionnelle autrichienne
  6. Reinhard Zimmermann, « Les défis de l’Institut Européen du Droit », Revue internationale de droit comparé, vol. 63, no 4,‎ , p. 845-864 (DOI 10.3406/ridc.2011.20037)
  7. a et b (de) Renate Graber et Andreas Schauder, « Griss-Kommission sieht schweres Versagen der Koalition », Der Standard,‎ (lire en ligne)
  8. Joëlle Stolz, « L'Autriche cherche comment sortir du désastre de la banque Hypo Alpe Adria », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Blaise Gauquelin, « Autriche : les Verts et l’extrême droite favoris de la présidentielle », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. (de) « Griss hat 6.000 Unterstützungen geschafft », Kurier,‎ (lire en ligne)
  11. « Le prochain président autrichien, écologiste ou d'extrême droite », Libération,‎ (lire en ligne)