Irmengarde de Chiemsee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Irmengarde de Chiemsee
Buchau Stiftskirche Irmgard von Buchau.jpg
Fonction
Abbesse
Abbaye de Chiemsee (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Étape de canonisation

Irmengarde de Chiemsee, parfois orthographié Ermengarde, (en allemand : Selige Irmgard, ou Irmengard), née vers 831/833 à Ratisbonne et morte le , est la première abbesse de Frauenchiemsee, de 857 jusqu'à sa mort. Elle est déclarée bienheureuse.

Membre de la dynastie carolingienne, elle est la seconde fille du roi Louis II de Germanie et de sa femme Emma de Bavière[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nées dans la cour du roi Louis, en Bavière, Irmengarde et ses sœurs sont destinées à la vie monastique. Elle est élevée dans l'abbaye bénédictine de Buchau en Souabe.

Vers 850, le roi Louis nomme Irmengarde abbesse du monastère de Frauenchiemsee, fondé en 782 par le dernier Agilolfinge, le duc Tassilon III de Bavière, qui a acquis depuis 788 le statut d'abbaye impériale. Sous la direction d'Irmengarde, les locaux vétustes sont restaurés[1] et l'ancien chapitre de dames nobles est transformé en un couvent de religieuses bénédictines.

Vénération[modifier | modifier le code]

Irmengarde est vénérée dès le début du XIe siècle, lorsque l'Abbé Gerhard transfère ses reliques à l'abbaye de Seeon en 1004. Son culte n'est cependant officiellement reconnu qu'en 1928 par le pape Pie XI, sur l'initiative du cardinal Michael von Faulhaber. Irmengarde est béatifiée le .

Son jour de fête est le 16 juillet[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b samuel ephrem, « Irmengarde de Chiemsee » (consulté le 11 août 2016)
  2. « Frauenwörth » [archive du ], Monasticon: repertory of profiles of women's religious communities that existed between 400-1600 C.E., Monastic Matrix hosted by University of Southern California (consulté le 16 novembre 2007)
  3. « Bienheureuse Irmengarde », sur nominis.cef.fr, Eglise catholique de France (consulté le 11 août 2016)