Irina Ionesco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ionesco.
Irina Ionesco
Naissance (85 ans)
Paris
Nationalité France France
Profession
Famille
Lukas Ionesco, Eva Ionesco

Irène Ionesco dite Irina Ionesco est une photographe française née le [1] à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents sont des immigrés roumains venus de Constanţa, en Roumanie, installés à Paris. Elle voyage et peint durant des années avant de découvrir la photographie. Son travail peut être en partie qualifié d'érotique.

En 1974, son exposition à la Nikon Gallery (Paris) attire fortement l'attention. Bientôt, elle est publiée dans de nombreux magazines grands publics et artistiques comme L'Œil, Connaissance des arts, mais également dans certains autres érotiques ou pornographiques comme Playboy, Playmen et Penthouse[2], et recueils aujourd'hui très prisés des collectionneurs et expose dans les galeries du monde entier.

Irina Ionesco a été pendant une dizaine d'années la compagne du peintre Corneille, fondateur du mouvement Cobra[3].

L'œuvre d'Irina Ionesco est surtout connue pour ses théâtralisations de femmes savamment habillées, parées de bijoux, gants et autres atours, accompagnées d'objets symboliques comme des foulards et parfois d'autres symboles fétichistes, posant quelques fois d'une manière provocante ou érotique. Certaines de ses photographies mettant en scène sa fille Eva, entre l'âge de 4 et 12 ans, ont d'ailleurs été qualifiés par les juges pour certaines d'entre elles « comme appartenant habituellement au registre de l'érotisme ou de la pornographie »[4].

Au cours des années 1970 et au début des années 1980, elle a photographié de nombreuses personnalités comme notamment Sylvia Kristel (héroïne du film Emmanuelle) ou Elisabeth Huppert pour l'édition française du magazine érotique Playboy[5], parmi d'autres modèles peu ou pas connus du tout mais qui ont contribué à l'essentiel du corpus de son œuvre photographique : Fafa, Vivianne, Maroussia, Sacha, etc.

Entre 2000 et 2012, Irina Ionesco réalise un important travail de photographie de mode pour la presse, avec notamment le magazine français Stiletto[6].

Polémique et procès intenté par sa fille Eva[modifier | modifier le code]

En 2011, Eva Ionesco réalise My Little Princess, un film où elle montre une enfant érotisée à l'occasion de mises en scènes photographiques. Le personnage d'Irina Ionesco est interprété par Isabelle Huppert. À la sortie du film, Eva Ionesco déclare : « My Little Princess est très en dessous de ce que j’ai vécu[7]. »

Dans le même temps, Eva Ionesco engage à nouveau un procès contre sa mère. Celle-ci étant condamnée par le tribunal de grande instance de Paris, le lundi 17 décembre 2012, à verser 10 000 euros de dommages et intérêts[8] au lieu des 200 000 euros demandés pour atteinte au droit à l’image et à la vie privée de sa fille Eva[9] pour ces photos prises durant les années 1970 alors qu’Eva était âgée de 4 à 12 ans[8]. En revanche, le TGI de Paris déboute Eva Ionesco de sa demande de récupérer la propriété des négatifs de sa mère où elle figure et il la déboute également de sa demande de destruction de négatifs relatifs à sa personne.

Irina Ionesco a rappelé au cours de l'audience qu'aucune juridiction dans le monde n'avait jamais censuré ses photographies et qu'Eva Ionesco, elle-même, a participé, adulte, à la diffusion et à la commercialisation de ces photographies en signant des contrats d'édition sur lesquels elle touchait des royalties. Le tribunal a ainsi octroyé à Irina Ionesco le droit de conservation de l'ensemble des négatifs des photographies sur lesquelles apparaît Eva Ionesco. Celle-ci a fait appel de ce jugement.

Le 27 mai 2015, la 7e chambre du pôle 2 de la Cour d'appel de Paris a rendu un arrêt[10] condamnant Irina Ionesco. La Cour, rejetant l’argument d'Irina Ionesco fondé sur la prescription de l’action, a relevé qu’à supposer même qu’il ait existé, a considéré qu'Eva Ionesco n’a pas pu donner un consentement éclairé sur l’utilisation des photographies d'elle prises par sa mère. Écartant le débat de la qualité artistique ou non des photographies visées dans l’instance, la Cour a estimé que les photographies étaient « incontestablement attentatoires à la dignité d'Eva Ionesco ». Elle a précisé que « dénudée ou non, la fixation photographique de l’image sexualisée de façon malsaine, d’une très jeune enfant ou d’une toute jeune fille ne peut qu’être dégradante pour celle-ci, quelle que soit l’intention de l’auteur ou la subjectivité du public auquel elle est destinée. » En conséquence, la Cour d'appel a prononcé une interdiction à Irina Ionesco « « concernant la diffusion de toute image de sa fille sans le consentement express de celle-ci. Toute infraction à cette prohibition l’exposera à de nouvelles saisies et demandes d’indemnisation […]. »

Construction et organisation de l'œuvre photographique[modifier | modifier le code]

Dans un ordre chronologique, les différents registres de l'écriture photographique d'Irina Ionesco sont les suivants :

  1. La photographie théâtrale ou « photo-théâtralité »[11] (depuis 1965)
  2. La photographie érotique (1965-1989)
  3. La photographie du personnage inventé « Eva » incarné par sa fille répondant du même prénom (1970-1979)
  4. La photographie en couleur des icônes (1978)
  5. Les natures mortes, totems et tabous (1979)
  6. La photographie analytique (1983-1985) - Pour une Pyramide (1983)- Baby Jane ou la vie souterraine/sous tes reines (1984)- Esquirol (1985)
  7. Les trois voyages découverte de l'Orient (1988-1991) - Cité des Morts au Caire - Égypte (1988)- Cité de mémoire du désert saharien - Mauritanie (1989)- Tanger - Tunis (1990)
  8. Les reportages photographiques (1991-2004) - Knokke-le-zoute  »Après le bal" - Belgique (1991) - Kafka ou le passant à Prague - République tchèque (1991) - Yakusa, Tokyo - Japon (2004)
  9. La photographie de mode (dès 1990 puis de façon soutenue entre 2000-2012)

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages personnels[modifier | modifier le code]

  • Liliacées langoureuses aux parfums d’Arabie (1974), Chêne (ISBN 2-85108-005-9)
  • Femmes sans tain (1975), Bernard Letu
  • Nocturnes (1976)
  • Litanies pour une amante funèbre (1976), Cegna Editori
  • Temple aux miroirs (1977), Seghers
  • Irina Ionesco. Bernard Letu, Genève 1979 (ISBN 2-88051-006-6)
  • Cent onze photographies érotiques (1980), Borderie, Les Pilles 1980 (ISBN 2-86380-011-6)
  • Le Divan (1981), Borderie, Paris 1981
  • Les Passions (1984), Pink Star Editions, Paris 1984 (ISBN 2-903901-05-8)
  • The Eros of Baroque (1988), Tokyo, Libroport 1988 (ISBN 4-845-70362-9)
  • Les Immortelles (1991), Contrejour, Paris 1991 (ISBN 2-85949-128-7)
  • Égypte chambre noire (1991)
  • Kafka ou le passant de Prague (1992), Ed. Sand, Paris 1992 (ISBN 2-7107-0483-8)
  • TransEurope (1994)
  • Nudes (1996), Edition Stemmle, Kilchberg/Zürich 1996 (ISBN 3-908162-52-1)
  • Hiver clinique. Ed. Phi, Luxembourg 1996 (ISBN 2-87962-057-0)
  • Eva: Éloge De Ma Fille (2004). Tokyo, Editions Treville 2004 (ISBN 0-9727073-1-X)
  • L'Œil de la poupée (2004, avec Marie Desjardins). Des femmes, Paris 2004 (ISBN 2-7210-0485-9)
  • R (2004). Pan-Exotica. Tokyo, Editions Treville 2004 (ISBN 4-309-90604-4)
  • Le Japon interdit (2004). Arts Galeries Benchaieb, Paris 2004 (ISBN 2-9523045-0-5)
  • Master Set, Edition YNOX, Paris 2014 (ISBN 978-2-36699-017-1)
  • Sylvia Kristel, Edition YNOX, Paris 2014 (ISBN 978-2-36699-012-6) (édition de tête) & (ISBN 978-2-36699-013-3) (édition courante)

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • 1979 – Women on Women (Twelve Photographic Portfolio, A&W Publication, Deborah Turbeville, Karin Szekessy, Alice Springs, Sacha, Marcia Resnick, Christa Peters, Sarah Moon, Linda Benedict/Jones, Irina Ionesco, Jo alison Feiler, Shirley Beljon, Caroline Arber
  • 1979 – La Photographie et le Charme Féminin, Editeur Christophe Collomb, 144 p. Photographies de : Michael Boys, John Kelly, Robert Farber, John Swannell, Alan Kaplan, James Wedge, Irina Ionesco, Ray Garcia, Hideki Fujii, Uwe Omner
  • 1982 – Le Nu Français - Editions Jannink, 1982, Paris . Texte de Jacques Laurent, photos de Jeanloup Sieff, Edouard Boubat, Henri Cartier Bresson, Jean-Philippe Charbonnier, Lucien Clergue, Jean Dieuzaide, Robert Doisneau, Anne Garde, Irina Ionesco, J.H. Lartigue, Man Ray, Meerson, Michaud et Willy Ronis
  • 1984 – Passions - Irina Ionesco, Michael Lonsdale & Pierre Bourgeade (Le Club Du Livre Secret & Pink Star Editions). 69 photographies d'Irina Ionesco. 31 x 24,4 cm. Couverture souple
  • 1991 – Méditerranéennes - Editions Contrejour, 1991. Elysabeth Foch, préface Jean-Marie Dallet. La Méditerranée en images avec notamment : Irina Ionesco, Werner Bischof, Edouard Boubat, Jean Dieuzaide, Alberto Garcia Alix, Agnès Vard, William Klein, etc. (ISBN 2-85949-124-4)
  • 2014 – Black Forest, 50 photographes contemporains (Roger Ballen, Arthur Tress, Jœl-Peter Witkin…), Russell Joslin, Candela Books, New York

Publications dans la presse photographique[modifier | modifier le code]

  • 1973 - OPUS INTERNATIONAL, N°43, Avril, « Les nuits rêvées d'Irina Ionesco », rexte et poème de Corneille
  • 1974 - PHOTO N°80, Mai, Portfolio Eva Ionesco
  • 1974 - SKEMA, N°7, Juillet
  • 1975 - PHOTO N°97, Octobre
  • 1975 - PHOTO Italie, N°3
  • 1976 - PHOTO, N°104, Mai
  • 1976, PENTHOUSE « Photo World », Juin/juillet
  • 1977 - PHOTO N°113, Février, 84 p.
  • 1977, ZOOM, N°117, Série : « Litanies pour une amante funèbre »
  • 1977,Yes Weekly Magazine, Scarce spanish
  • 1978, PHOTO N°124, Janvier
  • 1978, ZOOM N°59, Janvier
  • 1979, PHOTO N°141, Juin
  • 1979, PHOTO REPORTER
  • 1979, PLAYBOY N°66, Mai, Sylvia Krystel
  • 1979, PLAYMEN, Sylvia Krytel
  • 1979, ZOOM, N°59, Décembre/Janvier, 132 pages (dimension : 24cm x 31cm), p.94, «  Les coursives du rêve  », (Interview Yves Aubry).
  • 1979, PHOTO N°147, 150 pages, 27,5 x 21,5CM, décembre, «  Style 80 » p. 102 (exposition de la galerie Sylvia Bourdon)
  • 1980,PHOTO N°59, Mai
  • 1980, PLAYMEN, décembre
  • 1982, PLAYBOY N°103, juin
  • 1983, PLAYMEN (Italie)
  • 1983, LUI N°229, Février
  • 1983, ZOOM N°108, Mars
  • 1984, PLAYMEN, Décembre
  • 1985, PHOTO, Avril
  • 1985, PHOTO N°118, Avril
  • 1986, ZOOM N°15 - Edition japonaise
  • 1986, PLAYMEN N°134
  • 1987, PHOTO N°234, Mars, 114p., «  A la recherche de Bataille  », Modèle : Anne de Broca.
  • 1988, EXCELSIOR N°28, 29 x 23,5 cm, 138p.
  • 2002, REBEL, N°4, Photographies de mode
  • 2004, ABOVE Magazine N°1
  • 2005, YNOX Paris N°5, «  Natures mortes psychanalitiques  », 68 pages, Texte Jean-Fabien G. Phinera.
  • 2007, STILETTO N°7, Juillet, Photographies de mode
  • 2007, STILETTO N°17, Août 2007 - Hiver 2007/2008, Photographies de mode
  • 2008, STILETTO N°20, Septembre 2008 - Automne 2008, Photographies de mode
  • 2010, STILETTO N°28 - Septembre 2010 - Automne 2010, Photographies de mode
  • 2011, STILETTO N°30 - Juin 2011 - Printemps/Eté 2011, Photographies de mode
  • 2012, STILETTO N°35 - Septembre - Hors Série Biennale des Antiquaires, Paris, Photographies de mode
  • 2012, ZOO Magazine, Décembre, Photographies des années 1970, les portraits peints d'Irina Ionesco par Gérard Beringer
  • PHOTO N°211 - Collection Club, 82 p., Mai (avec Elysabeth Huppert)

Textes auto-biographiques d'Irina Ionesco sur son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Irina Ionesco, Mon Tapis volant (lire en ligne [PDF])
  • Irina Ionesco, « Mon désir d'Orient », Confluences Méditerranée, no 10,‎ , p. 161-163 (lire en ligne [PDF])
  • Irina Ionesco, « Le troisième œil », L'en-je lacanien, Éditions Érès, no 10,‎ , p. 163-168 (lire en ligne)

Autour d'Irina Ionesco[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1970 – Jalmar Galerie, Amsterdam
  • 1971 – Galleria La Lanterna, Trieste – Milan
  • 1973 – Photographer’s Gallery, Londres
  • 1974 – Galerie Nikon, Paris • Galerie Spectrum, Barcelona
  • 1975 – Canon Photo Gallery, Amsterdam • Pentax Gallery, Tokyo • Galerie 5-6, Gand • Galerie Bernard Letu, Genêve
  • 1976 – Galerie Canon, Genêve • Studio d’Arte Contemporanea, Roma • Galerie Loplop, Tokyo
  • 1978 – FNAC Montparnasse, Paris
  • 1980 – Galerie Aspects, Bruxelles • Hansen Gallery, New York (USA) • Galerie Jade, Colmar
  • 1982 – « Les Carnets d'Aryan », Galerie Créatis, Paris • Galerie Bijam Alam, Paris
  • 1983 – Galerie Aspects, Bruxelles
  • 1984 – Zeit Photo Salon, Tokyo
  • 1987 – Galerie Interform, Japon
  • 1989 – «  Photographies 1969-1969  », Espace Photographique, Paris Audiovisuel • «  Rêve d’Égypte  », Centre Culturel Français, Le Caire & Alexandrie
  • 1991 – «  Les Immortelles  », Galerie Contrejour, Paris • «  Kafka ou le Cercle de Prague «  et «  Le Château de Mucha à Prague  », Galerie Nationale, Prague • Bursary Léonard de Vinci : Institut français de Prague
  • 1992 – «  Baby Jane  », Galerie Turbulence, New York
  • 1992-1995 – Galerie De Zwarte Man, Bruxelles et Knocke-Le-Zoute
  • 1993 – «  Regards sur Tanger  », Institut du Monde Arabe, Paris, France • Galerie Vrais Rêves, Lyon
  • 1994 – Photogalerie Bild, Aarau, Suisse
  • 1995 – «  Les rituels et le jours  », Bon Marché Rive Gauche, Paris
  • 1996 –  «  Souvenirs des jours  », Galerie Nikon, Tokyo & Osaka  • Past Rays Gallery, Yokohama • «  In color  », Delta Mirage, Tokyo  
  • 1998 – Past Rays Photo Gallery, Yokohama  • «  L'Or du Temps  », galerie de la Reine Margaux, Paris
  • 2000 – «  Les Femmes  », Galerie Accento, Etterbeek • Past Rays Photo Gallery, Yokohama
  • 2001 – «  Anges  », Past Rays Photo Gallery, Yokohama • Galleria 70, Milan  • Past Rays Photo Gallery, Yokohama
  • 2002 – Galleria 70, Milan • Past Rays Photo Gallery, Yokohama
  • 2003 – MiArt, International Fair of Modern and Contemporary Art, Milan Galleria 70 • Past Rays Photo Gallery, Yokohama  
  • 2004 – «  Le Japon Interdit  », Arts Galerie Benchaieb, Paris
  • 2005 – Eva-The Nymph Of Dream, Parco Museum of art and beyond, Tokyo  
  • 2006 – Galleria 70, Milão • Palais de Tokyo—Ultra Peau, Paris • Biennale Internazionale di Fotografia di Brescia (Italy)
  • 2007 – II Corpo Nudo, Museo di Fotografia Contemporanea Ken Damy, Brescia • Irina Ionesco et Christine Spengler, «  Interlude Photo », Ynox Gallery Palais-Royal, Paris  
  • Kowasa Gallery—L’Eternel Féminin, Barcelone
  • Galerie Baudoin Lebon, Paris  
  • 2008 – Musée de l’Élysée, « Controverses: Une histoire juridique et éthique de la photographique », Lausanne
  • 2009 – NU(E)S, Galerie Baudoin Lebon, Paris
  • 2009-2010 – “Collection de Gilles Deves”, Musée Tavet-Delacour, Pontoise
  • 2010 – Irina Ionesco, Galerie One Piece Contemporary Art, Roma • Sogno svelato, Camera16 contemporary art, Milan • Irina Ionesco, Galerie E.G.P, Paris
  • 2013 -  »Irina IONESCO, son monde et la mode«  Galerie Vrais Rêves, Lyon

Collections publiques et musées[modifier | modifier le code]

  • Musées d'Art Moderne de la Ville de Paris, Paris
  • Maison Européenne de la Photographie (MEP), Paris
  • Bibliothèque Nationale de France (BNF), BPI, Paris
  • Musée Camille Pissaro, Paris
  • Musée de l'Élysée, Suisse
  • Musées royaux des beaux-arts de Belgique
  • Musée Ludwig, Cologne, Allemagne
  • Bates Museum of Art, Maine, États-Unis

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Divan, Henry Chapier (émission de télévision), années 1980
  • Nocturne Porte Dorée, film documentaire 52 min., réalisation Delphine Camolli, 2003

DVD et éditions numériques[modifier | modifier le code]

  • Nude, DVD (Japon)
  • Litanie per un amante funebre. Con CD-ROM - Ionesco Irina, Wittkop Gabrielle, cur. Cegna G., Si-Times Edizioni, 2013 (Italie)
  • New York room 442. Con DVD dell'opera originale - Corneille Pierre, cur. Irina Ionesco, Cegna G., Si-Times Edizioni, 2013 (Italie)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]